Mes Univers

23 septembre 2018

What is the truth?

X1It is unfortunate that, as soon as one wonders about religion - and about Islam in particular - believers of all stripes feel assaulted, humiliated, insulted. One feels that their faith is more important than their reason. One has the impression that their devotion erases their individuality; that it submits them irremediably without the possibility of sharing anything other than their conception of the truth.

To try to explain to them that their vision of the world, of the universe, of the place of Man within them, is not the only one who has the right of quotation, to try to make them realize that to question their doctrines, is not to deny them or to disrespect them. To risk to jostle them, to mishandle them, to make them discover other aspects of them that are not revealed in their holy books, does not make his detractor an impious, an evildoer, or a heretic. To venture to demonstrate that science is capable of revealing, invalidating or confirming that the precepts which are theirs are apt to be invalidated, thwarted, desacralized, is not to kill them. As if demystifying religion, its dogmas and traditions, was like an unbearable, intolerable, dangerous?

As if to upset her, to disturb her in her most fundamental principles, and anchored in the collective and secular consciousness, would destabilize her forever?
Religion, whatever form it has taken over the millennia and centuries past, has always existed. Since the dawn of the ages, since the human being has a minimum of intelligence, feelings, and notions about his place within his environment, has always wondered about the existence of deities. For a long time, he believed them multiple. He attached them to the elements - trees, plants, rocks, winds, rain, storm, etc. - to a nature of which he had not pierced the mysteries - Mother earth, shamanism. He has long personified them - Sumerian, Mesopotamian, Egyptian, Greek, Inca, Hindu, Celtic, etc. religions. Then, with the appearance of the Jewish religion, monotheism gradually replaced polytheism: Christianity and Islam have imposed themselves following it.


Obviously, I simplify and shorten. If I had to develop, I should take up all the 1800 pages of notes I wrote when I studied the origins of Religion during my years of research at the National Library of France. And, believe me or not - it does not matter - I have deconstructed the foundations of each polytheistic or monotheistic religion as deeply as possible and necessary. And all, I say all, rely on original patterns roughly equivalent. With some differences constituting their originality and their specificity.

Nevertheless, they all relate more or less to the fundamental myths that have existed within the collective consciousness since humanity developed. The myth of the Savior, the myth of the end of the world, the myth of paradise, the myth of the founding father - sometimes of the mother-goddess; it is often forgotten, alas, and many others find themselves in one form or another at the heart of all our past and present religions.


I have no illusions: I am aware that once again, an army of shields will be raised by affirming this. Some will swear that the truth in their holy books proves that this is not the case. They will claim that the words that are uttered there come from the mouth of their Prophet (Quran), the Son of God (Bible), or the Patriarchs (Torah). They will never stop proving and insisting, in good faith and sincerity, that I am wrong. I will not be surprised or outraged. That does not scare me because I know their arguments on the fingertips. They are always the same, and all resulting from passages of their holy books.

Which, for me, does not corroborate their vision of their truth. On the contrary, they will demonstrate in this way how they have no other reference than their religion on which to rely. No scientific or material proof, no historical trace, etc. do not come to support them.


However, Muhammad did indeed exist, and his personal journey is known. From there to believe that he has been penetrated by the word of Allah, there is a step that I will not cross. As for Jesus, Abraham, Moses, etc., their existence is pure hypothesis. And even if this is the case, the stories evoking their initiatory journey refer to facts and undeniable historical periods. But the importance of their influence on them is very exaggerated.

Starting from this postulate, I seek to draw attention to this: the perception of what we call "the truth" is very volatile. It changes according to the places, the traditions, the societies, the ways of thinking, the personal itineraries, the family origins, the education, which are ours. I will add that it also changes according to each person.

There are as many "truths" as people traveling our planet. And they are just as religious as they are philosophical, traditional, scientific, societal and historical. The truth, if it is supposed to exist, is by no means monolithic, immutable or definitive. She evolves continually over the ages, according to events, in relation to her own perception of "Reality". Now, since reality itself is a notion that is constantly being questioned for equivalents to those mentioned above, the truth is also subject to interpretation.


Is it good, is it bad? This is another debate. As far as I'm concerned, I think it's good because, from my point of view, certainty is always a source of conflict: "I'm right, so you're wrong. And if you are wrong, it is natural that you submit to what I believe. ". It generates intolerance, a desire to enslave the other to his will or his precepts. It is giving up one's free will to the benefit of the one who proclaims himself the holder of the truth. And, from the furthest antiquity to the ups and downs of the most recent news, the misdeeds resulting from this constant are innumerable.


As a result, I remain convinced that one and only "truth" - religious, ideological, philosophical, scientific, etc. - can be trusted. - is the most dangerous thing in the world. My personal observations during my years of research at the National Library led me to question these commandments. I have discovered that the more sources we have about this or that subject, the more we are freed from die-cut judgments, preconceptions, or prejudices. For we are all, more or less unconsciously, tributaries, whether we like it or not. And they chained us to their demands, their certainties, their "infallibility".

With all the excesses they inevitably engender.
Man, it is a fact, has always tried to go beyond the limits that were enacted. Whatever his intelligence, his wisdom, his possibilities, or his abilities, he has always tried to transcend the boundaries that have been set for him. He overthrew all the ideologies, all the traditions, all the authorities who wanted to durably constrain him. The ideal of freedom - of conscience, of expressing oneself, of property, of traveling, of trading, of thinking, etc. - is innate. No one can muzzle him.

All those who, in one way or another, have been persuaded in the past to be able to do so have been crushed. They were convinced that they had the only truth that was tolerable, satisfying, worthy of being taught and propagated. They have been dismissed. Their hegemony, their imperialism, their tyranny, was crushed. And whether in the name of a religion, a philosophy, a dream, etc., none survived.


We are only a few things within this universe. Our Earth is only a grain of sand lost in the midst of an almost infinite immensity. Our species has only about 10,000 years of civilization behind it. It's only a second of Eternity compared to the billions of years since the world is world. There are so many things we do not know.

We still have so much to discover, to learn, to experiment. Our intelligence is limited. She is in permanent conflict with the instinct that drives us. The knowledge that we hold is tiny in the face of the immensity of space and time. Our perception of ourselves, of others, of our environment, is derisory.

In fact, we are still children. However, phenomenal challenges are already discernible before us. So, instead of clinging desperately to our certainties, to our truths, to our pre-priorities, let us use our differences of view, our divergent realities. Let us serve the multiplicity of our beliefs and our achievements, to ensure that our civilization, our species, can evolve. Rather than force it into sterile quarrels that blind and condemn it to extinction, in truth ...


20 septembre 2018

The status of the woman in Religion

X1One of the "concrete" evils of Religion, which has for some time been the "current one", is the way in which it considers women; and, in turn, the child.


The woman, despite the beautiful words and passages of the Torah, the Bible, and the Koran, which refer to her place in a theological society, is each time considered inferior to man. It is only intended to generate offspring; male, preferably. When one follows the dogmatic precepts as described, the woman is the temptress, the one who influenced Adam in the Garden of Eden to seize the forbidden fruit. And, therefore, who sentenced him to be cast out of Paradise. God punished him by forcing him to give birth in pain; to remind him of his seductive condition. A creature who diverts man from the right path and his privileged bond with the Divine.


How many examples such as this one are reproduced after this episode in the Bible, whether in the Old or the New Testament. In fact, and whatever the monotheistic religion to which reference is made, the woman is first and foremost the property of the father. In the Islamic world, as in the Western Christian world until a few decades ago, it is the Patriarch who chooses the future husband of his daughter. The mother, she is only there to inculcate a household education or marital that she will need once married: know how to hold a house, prepare meals, be a devoted and submissive lover, know how to properly care for his offspring until the father decides otherwise. For the boy, to introduce him to the arts highlighting his manhood, find a gainful job to provide for the needs of his future family. For the girl, find her a "good party", that she remains respectable - "virgin" - until the day of her union, and get a comfortable dowry.


This is how the woman was considered for several thousand years with the support of Religions. It has only been in recent decades that it has begun to emancipate itself and to gain freedom in Western countries; although there is still a lot to do. For until the seventies, a woman was not allowed to have a bank account without the consent of her husband. The right to abortion did not exist. The choice to marry for love was almost forbidden. Sex before marriage was seen as a disgrace to the whole family. And often, the young woman was forced to hide to go to give birth - or to abort - clandestinely. Then, then, forced to abandon his child. But this shame remained and she had great difficulty finding a man who wanted to marry her. She was often destined to remain an "old maid."


Currently, Islam - and more specifically the so-called "fundamentalist"; but sometimes not only - follows this same ideology. The women are veiled not to tempt the men that they cross in the street. As if the men they meet were wild animals ready to jump on them. Lovers are forced to hide in order to spend a more or less intimate moment together. Often, there is sexual relation, but annal or oral, so that it is not visible at the time of the marriage. Or, if there is a vaginal intercourse and the hymen is torn, the family forces the girl to undergo surgery to repair it and the future husband does not notice it. When this young woman is sent to France for one reason or another, once the age of marriage is reached, it is not uncommon for her to be required to return to "the country" in order to marry her. to a man she has never known or seen.


These practices of another age are strangely reminiscent of those of Catholicism until the early to mid-twentieth century. It must be admitted that, among his attributions, Christianity has had a stranglehold on marriage and the vision that society must have had for nearly two millennia. It was only at the beginning of the 20th century, with the separation of Church and State, with the advent of secularism, that things began to change. The First World War only amplified this movement. In England, from that time, the suffragettes won the day by acceding to the right to vote; in France, it was not until the end of the Second Planetary Conflict that they obtained this right.

 

For a long time, too, the Church had a say in the education of children. Until the 1905 law, she ran the majority of schools. It was not until the middle of the nineteenth century that girls were able to enroll in schools specially reserved for them. And, as for the education they received within the family unit, the latter was exclusively oriented towards her future "occupation" of mother's wife. It was not until the 1950s, and especially 1960s, that schools gradually became mixed.


Nevertheless, this belief in the predominance of men over women remains deeply rooted in the collective consciousness. It's not for nothing that women's wages are lower than men's. It is not for nothing that there are fewer women ministers, deputies, business leaders, and so on. In sensitive cities, where the weight of Islam and tradition is powerful, as soon as a young woman with the desire to emancipate herself, she is considered as a trail shaming her family, her clan. Or, she is designated as a "prostitute" whose young men have the right to use and abuse at their pleasure; they then drag them into the cellars of their buildings to be the victims of revolutions or rapes because, according to them, by clothing themselves, they showed them that they were consenting.


Or, again, in India, these young women attacked with acid by rejected pretenders, and marked for the rest of their lives without his aggressor being condemned - or little - by the justice of their country. This report that I saw a few days ago, and evoking these quasi-prepubescent teenagers in Lebanon, married to men older than them, and who bear when they have only fourteen, fifteen, or sixteen years ... to often try to divorce several years later because unhappy. What about the niqab imposed in the Arab Emirates, or in other countries of the Near and Middle East, in some circles in Europe and France. That these gentlemen consider normal because their wife is their personal "object" on which no one has the right to lay eyes. Who are reclusive in places - including in public places - that are specifically reserved for them so they do not have the temptation to look at anyone other than their "master".


When I think about it, summing up in a few words all this, I have the impression that the woman is considered as a commodity destined, from her cradle to her death, to be the possession of Man. First of his father; of his brothers or cousins, if he dies prematurely. Then, from her husband, and finally, from her son or sons who put her under guardianship. While the Caliphs possessed harems consisting of dozens of concubines, or that Muslims of yesterday or today are allowed to be polygamous. While nothing is said, neither in the Torah, nor in the Bible, nor in the Koran, about this systematic submission inflicted upon it. I do not even speak of this hypocrisy of the Catholic Church which had nothing against the fact that clerics have wives or concubines, as well as children, until around the beginning of the eleventh century. Who granted dispensations to the sovereigns so that they could remarry if their wife died prematurely; while divorce or a second union was proscribed by the ecclesiastical hierarchy for ordinary people. Or who veiled his eyes modestly vis-à-vis mistresses or other favorites; when they themselves - the Borgias in particular since they are the best known, but which are far from being an isolated case - did not indulge in lust, or did not place their offspring in high-paying positions of the highest quality. Catholic authority.

 

No word, or so little, of the reasons and justifications for this masculine and domineering behavior with disastrous or monstrous excesses. The most recent news is echoed when we discover with horror that pedophile priests rage for years or decades in their dioceses. When we know that their superiors have been informed for a long time, and that they do not take any serious sanction against them. Just when it's time to get to know each other, and to headline the newspapers, move them away from their original parishes until the affair is over. When we know that these superiors prefer to "settle" the history within the Church, without referring to the judicial authorities of their country. Since quite recent years, the revelations in this field are multiplying, without the Church taking the measure of the evil that this image refers to the general public. And that the latter, in territories where faith is in decline, where vocations to the priesthood are reduced to a trickle, where worship sites are populated by majorities only people of the third age, discredits a little more every day.


When we know, again, that many priests have women and children hidden. That there is no text that explains that carnal love is in contradiction with divine love. But it is a tradition developed in the middle ages so that the financial or earthly legacy of the clergyman does not return to his relatives after his death, but is passed on to the Church. Yes, we can say, really, all this is hypocrisy, compromise, arrangements between friends, arrangements with dogmas, faith and the divine, in the name of personal and material interests.


And who are the first victims? The women, whom the various denominations wish to see as submissive and obedient creatures, women with more than limited culture and knowledge, in order to better control and dominate them. Put out of the male society, Religion has, since the birth of the great monotheistic dogmas still in force, subjected the woman to their Laws. She has fabricated around her a form of myth where she is seen as the one that prevents the link between Man and God to create, or to continue. All the subterfuges and all the instruments are good in order to make it a less accomplished being. All of this, in the name of traditions born of what Religion enacts as being "THE" Truth.


While neither in the Torah, nor in the Bible, nor in the Koran, is there any expressly written affirmation that woman is a creature inferior to man, because they are men who govern spiritually and materially. the world, this one has no right of city. Worse still, men will find all possible justifications imaginable to maintain their hold, to enslave it, to lower it to the state of object or genitor. Why evolve? It is so beneficial for those who hold the levers of power to stay on these gains. Since Tradition and Religion, which we, the Men, have modeled in our image, allow us, why should we give them an ounce of our privileges?


And I am asked to approve all this; to applaud with both hands and say: "continue, that's good"; whereas all that I have just described goes against the fundamental values ​​that are mine. While I am for the right of everyone, whether man, woman, or child, to be respected. That he has the right to dignity, to the freedom of his actions, his thoughts, his ambitions, his hopes here below. I am asked to accept this millennial diktat for those without whom we men would be nothing. Everything according to the name of Religion and Teachings from the Divine that Himself did not write. All this in the name of archaic precepts and dogmas, enacted in remote times when the stranglehold of Religion was all powerful, and it was unthinkable to question.

 

However, the world is changing. The West has learned the lessons of this institutional and religious barbarism. Obviously, there is still much to do to sweep away these thousands of years of old-fashioned customs and mentalities. Many fights are still to be fought. And vigilance remains in the hands of those who would like us to go back. These traditionalists or Islamists who see in the emancipation of the woman, in the freedom which accompanies it, a danger for the faith. This faith, I do not want it. I push it with all my strength. I fight, and I will fight against them until I have a breath of life left. It is a fight against a backward, misogynistic, retrograde vision of the world and of humanity. This religion, it makes me want to throw up. This God who allows man to behave thus in relation to an essential fraction of his creation - if one follows the sacred texts, of course - I reject him. And it is I who vows it to the flame of Hell; like those who adhere to all this.


Do not tell me that Religion is a blessing, that it is necessary, useful, a vector of love, sharing, harmony, tolerance, etc. For what it teaches in the relationships between men and women, sometimes adults-children, is everything except a vector of spiritual fulfillment ...

 

 

Posté par dominique913 à 20:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

A quoi bon ?

X1Si je publie de moins en moins sur Facebook - sauf ces derniers jours concernant mes dernières lectures ou mes avancées dans l'écriture de mon ouvrage sur les origines idéologiques et ésotériques du Nazisme -, la raison en est simple. Évidente même.

A quoi bon ? L'innombrable majorité des personnes qui usent de ce réseau social ne le font que pour se distraire, échanger vidéos, textes - souvent des citations copiées collées -, écrits personnels régulièrement monstrueusement bourrés de fautes de toutes sortes, ou photos du quotidien ou humoristiques.

A ce propos, parmi les personnes qui se prétendent écrivains, poètes, amoureux de l'écrit, neuf sur dix publient des textes malmenant la langue française. Orthographe, grammaire, ponctuation, répétitions, lourdeurs, etc. les constellent. Souvent, quand je les parcours - parce que je suis curieux -, j'ai l'impression que c'est un enfant d'une dizaine d'années qui les a écrit.

Et ces gens prétendent vouloir faire publier leurs œuvres chez éditeurs, et s'étonnent que, la plupart du temps, elles soient refusées. Elles s'étonnent de devoir se rabattre sur des éditeurs quasi-inconnus dont la visibilité ne va pas bien loin. Elles s'étonnent encore, de devoir faire appel à l'auto-édition, et que malgré la publicité personnelle qu'elles font de leurs titres ici ou ailleurs peu de gens les lisent autre part que sur les réseaux sociaux ou de petits sites dédiés aux auteurs dont la renommée ne dépassera jamais quelques dizaines, centaines, de lecteurs.

C'est un affront fait à notre langue. Quand on se prétend écrivain, il s'agit d'un véritable sacerdoce. Des milliers d'heures d'écriture avant de parvenir à quelque chose qui ressemble déjà a un début d’œuvre littéraire. Relectures, corrections, coupures, clarifications, allègements, approfondissements, vigilance permanente en ce qui concerne l'orthographe, la grammaire, la ponctuation. Il est évident que celui ou celle qui se prétend écrivain, qui cherche à se faire éditer, parce qu'il a consacré une semaine, un mois, deux mois, un la rédaction d'un livre, ne peut qu'échouer. Les portes des éditeurs dignes de ce nom se refermeront pour lui.

Pour ma part, ça fait vingt-cinq ans que j'écris. Je n'ai jamais encore vraiment publié. Pourquoi ? Parce que, jusqu’à présent, je ne me sentais pas assez mur, vis-à-vis de mon style littéraire, des thèmes abordés, de la confiance que j'ai en moi, pour m'engager sur cette voie.

Vous le savez tous et toutes, du moins ceux et celles qui me suivent régulièrement, ça fait un an et demi à peu près, que j'ai débuté la rédaction de mon ouvrage sur les origines idéologiques et ésotériques du Nazisme. Un travail de titan dont j'ai à peu près terminé - et encore, c'est relatif - 150 pages de 600 ou 700 que doit compter ce livre au final. Et si je progresse aussi lentement, c'est justement parce que j'y investis quotidiennement toute mon attention, toute mon énergie, toute ma concentration, j'use de l'ensemble de mes facultés intellectuelles. Je me reporte sans cesse aux centaines de pages de notes accumulées depuis le début de mes recherches sur le sujet à la Bibliothèque Nationale et ailleurs, il y a vingt ans. Je mets en permanence mes connaissances à jour. Je relis, rectifie, corrige, en ôte les malfaçons, les lourdeurs, etc.

Écrire n'est pas un passe-temps, une activité à laquelle on se consacre épisodiquement, quand on a une idée que l'on s'empresse de jeter sur le papier. Il faut que cette idée murisse, se raccroche à d'autres idées, d'autres façons d'envisager le déroulé de son texte, etc. Et cette pratique ne s'acquiert qu'au bout d'années, plus, de travail quotidien, intensif, à passer des journées entières sur son ordinateur, à travailler et retravailler, ce que l'on a rédigé, à corriger, à améliorer, à modifier, à alléger, en rendre plus agréable à lire, etc.

Quand j'écris le genre de texte que vous lisez actuellement et que je publie sur Facebook, je n'emploie pas cette méthode. Je ne la réserve que pour mon livre sur le Nazisme. Car c'est l'aboutissement d'années pour atteindre cette manière de procéder. A quoi bon user de cette méthode pour 99 % de gens qui ne lisent qu'en biais, à la va vite, ce que j'écris ici.

Jusqu’à il y a peu, je tentais de susciter la curiosité, l’intérêt, l'envie de partager avec moi. J'espérais que ceux et celles à qui j'offrais ces textes auraient le désir d'approfondir ce que j'exprimais à travers eux. Que ce qu'ils découvraient de moi leur donnerait envie d'en apprendre, d'en découvrir, d'en connaitre, davantage sur moi ; et sur les nombreuses facettes sous-jacentes à ce que je dévoile ici.

Que nenni !!! Ils ne sont présents ici que pour le superficiel, l'éphémère, "se marrer", critiquer, s'abreuver de fakes news, se borner leur petite personne ou à leur entourage immédiat ; ce qui les concerne directement. L'ouverture aux autres, à la différence, quelle que soit la forme que prenne celle-ci, est un concept qui leur est étranger, inconnu ; pire, qui leur faire peur, qu'ils ne veulent pas voir bousculer leurs certitudes, leurs à-priori, leurs habitudes, leur façon d'envisager leurs relations avec les autres.

Des moutons, comme je le répète désormais régulièrement. Et ils le prouvent continuellement au travers de ce qu'ils diffusent ici. Au travers de ce que ces soi-disant écrivains "pondent" comme textes, récits, commentaires, poèmes, etc. Du bas de gamme dont les neuf dixième est bon à jeter à la poubelle.

Pire : depuis quelques temps, parce que je sais que le pouvoir de l'image est souvent plus parlant auprès de ces moutons, je partage ici nombre de petits documentaires très instructifs sur le fonctionnement de nos sociétés occidentales ; et française notamment. Elles sont très représentatives de ce que je décris dans ce pamphlet. Mème là, ce sont des aspects de notre société - dont ils sont un maillon - à laquelle ils participent, ils s'insurgent contre elle. Ils jurent leurs grands dieux qu'ils se comportent différemment, alors qu'une fois revenu à leur quotidien, ils n'agissent pas autrement que les autres moutons qu'ils critiquent. Ils retournent au cœur de la meute, de la masse, et contribuent à alimenter ce qu'ils sont censé honnir et combattre.

Vous savez, je ne suis pas meilleur ni pire qu'un autre. Comme tous et toutes, j'ai mes qualités et mes défauts, mes forces et mes faiblesses, mes victoires et mes défaites, etc. Je suis un être humain, comme tous ceux et toutes celles que je viens de clouer au pilori. Ce qui m'en distingue pourtant, c'est que je ne m'en contente pas. Par mes moyens, mes capacités et mes possibilités - l'écriture notamment -, je tente de faire réagir. Comme Don Quichotte, je me bats contre des moulins à vents certainement. Je tente modestement, humblement, à mon niveau, à ma façon, de faire bouger les choses.

C'est peut-être infime, dérisoire, sujet de dédain, de moquerie, d'indifférence, etc. Je l'assume, et je n'ai pas peur des coups que l'on me porte. Je suis triste que ceux et celles de qui je souhaite me rapprocher amicalement, ne comprennent pas le sens de ma démarche, n'acceptent pas ce que j'ai envie de partager avec eux ou elles ; à une ou deux exceptions près. Ça me blesse, ça me meurtrit.

Je pense notamment à Dulcé Batista ou à Sophie Leroy, dont l'indifférence à l'égard de l'amitié - hors Facebook - que j'aimerai partager avec elles, est dénié. Au plus profond de ma chair et de mon âme, ça me détruit, moi qui suis extrêmement sensible à cela ; comme à bien d'autres choses. Car si je vois quelque chose qui en vaut la peine en elles, elles se comportent comme ces moutons dont elles disent ne pas faire parti.

Bref, en ce qui me concerne donc, c'est aussi par mes échecs, par mes désillusions, par ces blessures, par cette indifférence chronique de la part de ceux et celles desquels je rêve de me rapprocher, que j'apprends. Et ce que j'ai appris, au cours de ces derniers mois, c'est que les gens présents sur Facebook - et qui se comportent de la mème façon dans la réalité, puisque Facebook n'en n'est que le reflet - sont d’indécrottables moutons. Malgré tous les outils, malgré tous les procédés, qui leur permettraient de se teinter de plus d'humanité, d'apprendre, de partir à la découverte de connaissances, des autres, ils se contentent des petits riens dont ils sont les réceptacles.

Pour en revenir à ces écrivains à deux balles que je citais plus haut, ils n'apprennent rien de leurs échecs répétés. Moi, j'ai la chance d'être suivi, encouragé, par des personnalités influentes - je ne les nommerai pas, question de respect de leur anonymat et de leur vie privée - qui croient en moi, qui me poussent, et qui, quand j'en aurait terminé avec mon livre sur le Nazisme, tenteront de m'ouvrir certaines portes. Depuis plus de deux décennies que j'écris, et que j'améliore mon style, mes textes, jusqu'à être enfin prêt à publier dès que j'aurai fini mon livre sur le Nazisme - mais pas avant cinq ans supplémentaires de travail d'arrache-pied -, je me bats chaque jour.

Chaque jour, outre ce sacerdoce, ma vie est complexe, car je suis handicapé, parce que mon quotidien est difficile, encombré d’épreuves dont les difficultés du quotidiens de la plupart des gens, n'arrivent pas à la cheville : maladie, solitude, souffrances physiques, morales, psychologiques. J'ai connu la pauvreté, la faim, les dettes, les désillusions amicales, sentimentales, professionnelles, la mort d'êtres chers, les déchirements familiaux, etc. durant près de deux décennies.

Alors, je sais de quoi je parle. Et ces gens qui se plaignent de leurs petites misères - attention, il y en a qui ont de graves problèmes aussi, qui s'apparentent à ceux que je viens de décrire - et qui ne sont là que pour se distraire, qui ne sont là que pour combler le vide de leur existence centrée sur la société de consommation, sur l'entre-soi, sur leur quotidien, sur leur comportement de "masse", semblables à des "moutons", à quoi bon user mon temps, mon énergie, ma patience, mes connaissances, la description de mon parcours personnel, pour eux. A quoi bon ; non seulement ça ne les touche pas, ça ne les intéresse pas. Mais même lorsqu'ils parcourent en vitesse ce que je diffuse, c'est juste parce qu'ils ont cinq minutes à perdre. Avant de retourner à leurs occupations habituelles, en oubliant aussitôt ce que j'ai tenté - un peu - de leur communiquer, de partager avec eux ou elles.

Voila pourquoi je diffuse beaucoup moins ; voila pourquoi je m'éloigne tant de Facebook et de ses effets pervers, actuellement ; sauf ces deux ou trois derniers jours, puisque les circonstances l'ont voulu ainsi. Je ne veux pas participer à tout ce que je viens de décrire succinctement - il faudrait des livres entiers à rédiger selon mes réflexions sur ces thèmes, pour les approfondir et les disséquer. Si ces gens estiment qu'ils ne valent pas mieux que cela - consciemment ou inconsciemment -, moi j'estime que je vaux mieux que cela.

Je dirai ceci pour terminer : en plus, cette façon de faire salit l'âme, ça nivelle l'Homme vers le bas, ça le rends médiocre, ça le montre sous son aspect le plus primaire, un retour en arrière, aux ages obscurs où il n'existait que pour être un esclave destiné à manger, dormir, se reproduire. Au pain et aux jeux des romains, que les empereurs satisfaisaient ainsi pour mieux les maintenir sous leur joug. Quelle déchéance. Cinq mille ans de civilisation pour en arriver là....

Dominique Capo

16 septembre 2018

Mes lectures actuelles

X1Dans la continuité de ce que j'ai publié hier concernant l'avancement de la rédaction de mon ouvrage sur les "Origines idéologiques et ésotériques du Nazisme", aujourd'hui, je dévoile ce qui se trouve en permanence dans ma chambre, juste à coté de ma table de chevet.

Si vous me suivez régulièrement, vous savez que je suis, non seulement Historien et écrivain, mais également un lecteur vorace. Je lis chaque soir, de 23h à 1h30 du matin environ.

En permanence assoiffé de nouveaux savoirs, de nouvelles connaissances, d'aspects divers et variés de ceux-ci. Ils concernent le passé. Je suis Historien avant tout, et spécialisé dans l'étude des civilisations et des religions comparées, de leur émergence et propagation. Forcément le présent - mes réflexions sur notre civilisation, notre société, l'actualité, la politique, l'environnement, la religion, etc. - m'intéresse parce qu'il est directement lié à notre passé. Enfin, le futur et ses multiples possibilités, qu'elles soient bénéfiques ou néfastes, me fascinent. Le devenir de l'Humanité est un thème qui m'est particulièrement cher, et qui, lui aussi, est intimement lié, et à notre passé, et à notre présent.

De fait, mes lectures actuelles sont aussi diverses et variées que ce que je viens de décrire précédemment. La première photo montre une pile d'une trentaine de revues sur l'Histoire, dont j'ai entamé la lecture il y a près de deux semaines. Elles traitent de sujets aussi divers et variés que la la - les - sexualité(s)s à travers l'histoire, l'histoire de la gastronomie, le Jésus historique, les origines de l'Islam, comment meurent les empires, l'Age d'Or des Abbayes, le Moyen-Age des Hérétiques, Napoléon III, Paris à travers les siècles, le temps des bagnes, la fin des Colonies, La Droite française, les grandes batailles de la Gauche, et j'en passe...

X2A coté de cela, comme le montre la seconde photo, j'ai des dizaines de romans qui m'attendent, parfois depuis des mois. Parmi eux, des auteurs comme Robin Hoob, Dean Koontz, John Grisham, Linwood Barclay. Il y a la monumentale série des Piliers de la Terre, et dont le troisième tome se déroulant au XVIe siècle, est paru l'année dernière - plus de 1000 pages chaque tome ; quel délice !!! Alexis Aubenque qui est un auteur de thrillers français découvert assez récemment et dont j'ai acheté tous les ouvrages - une vingtaine. Car j'ai vraiment aimé les deux ou trois romans que j'ai déja dévoré de lui. Ou Michael Connelly ; une fois encore, entre autres livres qui m'attendent dans cette pile.

15 septembre 2018

Première grosse paerie de mon livre sur les Origines idéologiques et ésotériques du Nazisme...

X1

Après trois mois de relectures, de rectifications, de coupures, d'allègements, d'affinements, j'ai enfin terminé la seconde version - à peu près définitive - de 150 pages de mon ouvrage sur les "Origines idéologiques et ésotériques du Nazisme". Je l'ai aéré, j'en ai ôté les lourdeurs, les répétitions, les fautes de grammaire, d'orthographe, de ponctuation. J'ai fait en sorte que le texte soit le plus agréable et le plus clair, possibles.

X2

Évidemment, ce ne sont que 150 pages, sur les 500 ou 600 pages que doit compter l'ensemble ; la totalité du livre une fois définitivement terminé. Il me faudra encore bien des relectures, des corrections, des approfondissements, des chapitres entiers à rédiger, et pour les dix déjà écrits, de nombreux passages à y insérer, à y développer, à y décrypter, etc.

X3

Cependant, pour ces 150 pages, si ce n'est quelques rectifications mineures, ce qui est écrit ne changera plus beaucoup. Ce qui sera à travailler désormais, essentiellement, sera les textes que j'y insérerai, et les chapitres complémentaires qui les suivront.

Les trois premières photos montrent donc la première, deuxième, et troisième page : la page de titre, la table des matières telle qu'elle existe actuellement - et forcément incomplète puisque d'autres chapitres vont suivre ceux que l'on y voit. Et la troisième page, montrant les premiers paragraphe de mon introduction générale de l'ouvrage.

X4

La quatrième photo montre mon matériel de travail - mes notes - que je vais exploiter dans les semaines et les mois qui viennent, afin de compléter les chapitres déjà existants. Une fois toutes ces notes incluses - en particulier dans ses cinq premiers chapitres -, je relirai ces passages ainsi amalgamés, afin de les clarifier, d'en ôter les fautes, les lourdeurs, les répétitions, etc.

X5

La cinquième et la sixième photo montrent deux autres "tas" de notes - pour la sixième photo, il s'agit de ces notes que j'ai prises lorsque je travaillais en tant qu'aide-bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale. Je les ai regroupées par thèmes, synthétisées. Ces deux "tas" de notes seront à la base de 350 à 450 pages venant enrichir ce que vous voyez actuellement de mon ouvrage sur les origines idéologiques et ésotériques du Nazisme.

Un travail de titan auquel je me consacre quotidiennement - sauf le Dimanche qui est mon jour de repos -, mais sans vacances ni jour férié. Je pense que le résultat sera à la hauteur des attentes d'un éditeur digne de ce nom ; comme Hachette, les Presses de la Cité, ou autre. Un travail dans lequel je mets toute mon énergie, toute ma passion, toutes mes connaissances, tout mon intellect, toute ma réflexion, toutes mes recherches, toute ma concentration.

Avant d'entamer un autre livre, parmi les projets d'écriture qui me trottent en permanence dans la tète...

Dominique Capo


Si...

X1Si j'étais quelqu'un d'autre, je prendrais sur moi tous les malheurs, toutes les tristesses, toutes les souffrances, du monde afin de t'en soulager. Si j'étais quelqu'un d'autre, je trouverai chaque jour un moyen différent afin de voir ton visage s'illuminer d'un magnifique sourire.

Si j'étais quelqu'un d'autre, je t'enverrai parfois des cadeaux - fleurs, chocolats, spécialités de ma région natale qu'est le Doubs, textes de ma composition, là où tu es actuellement, afin d'honorer le profond, sincère, fidèle, et immense lien qui m'unit à toi.

Si j'étais quelqu'un d'autre, je parcourrai sans hésiter toutes les montagnes, forêts, cités, déserts, océans, ou routes de la Terre, quand et si tu as besoin de moi. J'abandonnerai sur l'instant ce que je fais pour te soulager de tes terreurs, de tes larmes, de tes blessures, de tes tourments ; et ce, sans, en retour, rien en attendre.
Si j'étais quelqu'un d'autre, un jour, j'aurai l'honneur et le privilège de te rencontrer, de te parler, d'échanger avec toi, autour d'un déjeuner, lors d'un voyage, que sais-je encore.
Prendre le temps de partager quelques heures pleines de rires et de joies, de discussions passionnantes, fascinantes, intéressantes, sur tous les thèmes qui nous sont mutuellement chers. Évoquer nos combats personnels ou en faveur des gens qui comptent pour nous. Creuser ces sujets pour lesquels nous nous sentons concernés plus ou moins directement.
Prendre le temps d'évoquer ensemble pourquoi nous nous impliquons tant, chacun à notre façon, pourquoi nous ne baissons jamais les bras face à l'indifférence, face à la superficialité, face à l'éphémérité qui gangrène l'Humanité et le monde. Pourquoi nous sommes si sensibles, si empathiques, face à la douleur, face à la maladie, face à la solitude, face à la violence - physique, psychologique, morale, etc. -, face à la pauvreté ; bref, tous les maux de notre société qui nous émeuvent ou nous touchent d'une façon ou d'une autre.
Oui, si j'étais quelqu'un d'autre, je t'offrirai tout cela, et bien davantage, au-delà des mots ainsi exprimés. Je t'en ferai cadeau parce que tu es une personne qui, à mes yeux, en vaut la peine. Tu es un trésor unique, irremplaçable, qui m'apporte tant que tout ceci n'est rien comparé à ce je désire partager avec toi quotidiennement. Car tu es toi, tout simplement. Et pour nous, il n'y a rien de plus important...

14 septembre 2018

Modifications du 14/09/2018 :

Ce matin, j'ai reçu ma commande de figurines du magasin "Figurines et Collections", fait en début de mois. Ces figurines viennent compléter un certain nombre de séries en cours, que je suis depuis des mois pour certaines, un ou deux ans pour d'autres.

X1Pour débuter, je m’arrête donc sur une série qui se conclut - provisoirement j'imagine - avec cette commande. Il s'agit de celle qui se nomme "Pikes and Muskeets". Elle se réfère au milieu du 17e siècle, et notamment à la période évoquant la révolution anglaise et l'époque de Cromwell. Période sanglante de déchirements internes comme il y en a eu un peu partout à la même époque. Je pense notamment à la Fronde en France - 1649 - 1653 - que je connais bien pour l'avoir étudiée en profondeur. J'ai un synopsis de roman sur cette guerre civile française lors de la minorité de Louis XIV, depuis plusieurs années dans mes cartons.

Bref, une époque riche en événements de toutes sortes, passionnante, fascinante ; comme toutes les époques de l'Histoire de l'Humanité, quelque soit le pays, le continent, la civilisation, le thème, exploré...

X2La seconde image évoque une série nommée "la Croix et le Croissant". Celle-ci concerne les Croisades en Terre Sainte du Moyen-Age. Une fois encore, époque riche, diverse, épique, qui mérite que l'on creuse ses méandres. Cette fois-ci néanmoins, c'est davantage les tournois très en vogue en période où les combats ne faisaient pas rage entre États, entre religions, entre provinces, etc.
Ils étaient une sorte d'entrainement lorsque la paix était présente. Il n'en n'étaient pas moins violents ou hasardeux. Le roi de France Henri II est mort lors de l'un de ces tournois parce qu'un bout de lance s'est fiché dans son œil droit, et lui a perforé le cerveau. Il est mort sur le coup.
C'est sa femme Catherine de Médicis qui a alors été régente du royaume de France, avant que ses trois fils ne lui succèdent tour à tour et meurent sans descendance. La fin de la dynastie des Valois en pleine Guerres de Religions, avant que les Bourbons, avec Henri IV, ne leur succèdent. Une période très intéressante, une fois de plus.

X5Viennent ensuite deux photos montrant une collection dont la reprise est assez récente, après une dizaine d'années d'interruption. Elle évoque l'Empire Romain, de sa naissance avec Jules César et la Guerre des Gaules, à son effondrement, avec les invasions barbares des 4e et 5e siècles de notre Ère. D'ailleurs, sur cette première photo se dévoile Vercingétorix, figurine que j'ai acquise ce mois-ci, est qui est le chef des "gaulois" tentant de résister à l'envahisseur romain au milieu du 1er siècle avant JC. Nous connaissons tous - je l'espère du moins - la défaite d'Alésia en 53 avant J.C. ; prélude à la civilisation Gallo-Romaine en ce territoire que nous appelons aujourd'hui France, mais qui débordait sur la Belgique, les iles Britanniques, en Espagne, notamment. Je parle en ce qui concerne l'Europe occidentale actuelle.

X6La seconde photo est dans la continuité de la première. Elle montre un "barbare" se soumettant aux romains vainqueurs - 4e siècle de notre Ère. Une période d'instabilité civilisationnelle avec ces hordes de surgissant de Germanie, mais originaires deux ou trois siècles plus tôt des steppes d'Asie centrale. Elles étaient en quête de nouvelles terres ou s'installer, puisqu'elles ont été chassées de leurs contrés d'origines par l'expansion de l'empire chinois - Ère dite des Trois Royaumes.
Il est d'ailleurs à noter qu'à l'époque, le mot "barbare" n'a pas la connotation si négative que nous lui donnons aujourd'hui. Il se rapprocherait du terme "étranger". Car à l'époque, tous les peuples qui n'étaient pas romains, étaient considérés comme barbares. Mème des civilisations aussi développées que l'empire Perse, était considéré comme barbare. En outre, contrairement à une idée reçue, ces barbares indo-européens venus d'Asie centrale - je pense à Huns, aux Goths, aux Francs, aux Saxons, etc. ont permis un brassage ethnique, culturel, social, technologique, etc. qui a donné naissance aux premiers contours de nos nations modernes.
En outre, ils n'étaient pas tous de grands blonds aux yeux bleus tels que l'image d’Épinal veut nous le faire croire. Nombre de ces peuples avaient des traits orientaux, asiatiques, qui se sont amalgamés aux spécificités ethniques celto-romaines.

X7L'image suivante montre l'Empereur Napoléon en compagnie de sa femme Joséphine de Beauharnais - une créole des Antilles pour ceux et celles qui ne le savent pas. Il s'agit d'une mini-série sur la période napoléonienne. Une autre figurine concernant cette série me manque, avant de la terminer. Mais je gage que d'autres séries sur cette période qui a suivi les bouleversements de la Révolution Française, sont à venir. Napoléon, qu'on l'encense ou qu'on le déteste, est à l'origine de nombreux bouleversements un peu partout sur le veux continent, et mème au-delà. Premières découvertes archéologiques faisant suite à sa campagne d’Égypte en 1799, vente de la Louisiane aux États-Unis, Code Civil, Légion d'Honneur, bâtiment des Invalides, Arc de Triomphe, refonte en profondeur des frontières européennes dont il subsiste encore des tracés. Période passionnante, fascinante, et bien plus complexe qu'il n'y parait au premier abord.

X8Enfin, pour la dernière image, nous revenons fugitivement à l'époque du Moyen-Age et des Croisades. Cette série évoque la légende de Robin des Bois, durant l'absence de Richard Cœur de Lion en Terre Sainte, et le gouvernement du perfide Prince Jean sur le royaume d'Angleterre.
Le mythe est bien connue ; qui n'a pas vu une des innombrables versions cinématographique de cette légende ; en premier lieu, celle de Walt Disney qui a bercé notre enfance. Je tiens à dire que un Robin de Locksey a effectivement existé, il s'est agit surtout d'un obscur petit comte anglais qui n'a pas marqué l'histoire de l'Angleterre.
Aucun fait glorieux ou héroïque dans les annales de l'époque. Son nom a juste été repris par la suite par les hagiographes de Richard Cœur de Lion, afin de redorer son blason à son retour de Croisade. Et par là même, ternir celle de son frère, le fameux Jean sans Terre, qu'il a combattu en Aquitaine - sous domination anglaise à l'époque -, et en Angleterre, afin de reconquérir son trône.
C'est dans cette optique qu'au cours des décennies et siècles suivants, la légende de Robin des Bois s'est développée pour prendre l'aspect que nous lui connaissons aujourd'hui.

La suite de mes commandes de figurines, le mois prochain...

09 septembre 2018

La Fascisme Ordinaire, troisième partie

 

X1Cette ségrégation que j'ai décrite dans mes deux textes d'hier, en la nommant "Fascisme Ordinaire", j'en maintiens l'expression, et je l'assume totalement. Car cette ségrégation ou Fascisme conduit progressivement, insidieusement, aux pires monstruosités que nous avons connu jadis. Et qui, aujourd'hui, sournoisement, lentement, en désignant l'étranger, l'autre - et de préférence noir, arabe, musulman, différent quoi - comme l'ennemi, celui qui est à l'origine de tous les malheurs de ces moutons.

 
Parce que ces moutons sont la masse du peuple, son immense majorité - ce qui fait leur force - individuellement, ne réagirait pas forcément aussi outrancièrement, et ferait preuve de raisonnement, de davantage de tolérance. Car il est plus simple de s'en prendre à une minorité - juifs du temps des fascismes ; noirs du temps de la ségrégation, musulmans aujourd'hui - en les montrant du doigt, et en disant que tout est de leur faute. Ils ne sont en fait que des boucs émissaires. Ils servent à justifier cette peur, cette violence, qui est la seule solution trouvée par ces moutons pour répondre à leurs angoisses, pour tenter de trouver un remède aux difficultés et aux épreuves personnelles ou collectives qu'ils traversent.
 
C'est plus commode, il en a toujours été ainsi à travers l'Histoire. Mais, dans une société comme la notre ou ces modes de fonctionnement ont été analysés, décryptés, compris, raisonnés, je ne peut accepter que ces moutons s'y adonnent et s'y réfèrent encore, alors qu'ils ont les connaissances a portée de la main - de clic -, pour réaliser qu'ils sont dans l'erreur ; pire, qu'a persister dans cette voie, ça ne fait qu'envenimer les choses.
 
Il suffit de regarder la montée des extrêmes dans tous les pays occidentaux actuellement, pour s'en rendre compte, ce retour aux nationalismes exacerbé, alors qu'on devrait avoir tiré les leçons de nos erreurs passées. D’où cette ségrégation ordinaire, ce Fascisme ordinaire, toujours aussi présent dans l'inconscient collectif, lorsque la masse des moutons se retrouve entre elle, comme un réflexe animal, qui n'a rien à voir avec l'intelligence, la sagesse, ou la raison dont l'homme est pourvu quand il fait l'effort de se démarquer de cette masse.
 
Mais là aussi, sa peur est trop forte, se démarquer, veut dire "être différent", veut dire qu'à son tour, on va être montré du doigt, susceptible d’être rejeté, maudit, méprisé. Dans notre société si individualiste, si égocentrique, si égoïste, paradoxalement, ce que l'immense majorité de ces moutons désirent - à n'importe quel prix -, c'est d'être intégré, accepté, dans la masse. C'est une façon de se rassurer, de se sentir moins seul, d'avoir l'impression d'être utile à la communauté - voire indispensable. Et donc, n'ayant aucun motif d'être mis à l'écart ou moqué, rejeté, etc.
 
Évidemment, la encore, ceux et celles qui raisonnent ainsi, qui se comportent ainsi, font fausse route. Ils sont dans l'erreur la plus absolue. Chacun de ses moutons, tout le long de son existence, est confronté a des aléas qui le distingue forcément, inévitablement, des autres moutons. Par son parcours personnel, par ses expériences, par son milieu socio-culturel, par sa religion, par ses convictions, par sa personnalité, par ses capacités, par ses forces et ses faiblesses, par ses victoires ou défaites, j'en passe. Nous sommes des individus avant tout, avant d'appartenir a un groupe, quel qu'il soit. Et rien ne changera ce fait.
 
De plus, toute cette masse de moutons qui se tente vainement de se rassurer en se basant sur ces principes erronés galvaudés, peuvent, un jour ou l'autre, pour n'importe quelle raison, devenir l'autre, celui qui ne correspond plus aux normes de la masse de moutons, à laquelle il appartenait jusque là. Et de mouton contribuant à ce désir de protection, cette envie d'éloigner la peur, le danger, la difficulté, de soi, c'est lui qui en est le sujet.
 
L'exemple tout simple, je l'ai déjà décrit hier. Je suis handicapé, malade. Je l'écris régulièrement. Je décris mes doutes, mes peurs, mes souffrances, mes blessures, etc. dues a ce que je viens de décrire du comportement de cette masse de moutons. Comme je le fais souvent, et comme je l'ai fait dans mes deux textes d'hier également. Mais ce a quoi ne songent pas cette masse de moutons, c'est qu'un jour, individuellement, certains, ou certaines, peuvent se retrouver à ma place. Maladie, accident, parce que trop jeune, trop vieux, parce que roux, parce qu'il a une particularité physique, mentale, émotionnelle, etc, il ou elle se retrouve dès lors inévitablement, inexorablement, mis en dehors de la masse.
 
Toujours cet effet de protection, cette peur, ce sentiment de danger, qui domine - alors que notre intelligence, raison, ne devrait pas nous y pousser si nous la laissant avoir de prise sur nous.
 
Seulement, la laisser gangrener cette masse de moutons, est plus simple, plus facile, ne demande ni raison ni se demander pourquoi j'agis comme ça, et comment je peux combattre ce comportement pour améliorer mes relations avec les autres. Non, ces questions, lorsqu'on appartient a cette masse de moutons, on ne se les pose pas ; on se laisse porter par l'effet de groupe, et quand il y quelqu'un, ou groupe plus minoritaire, qui apparait, naturellement parce qu'on se laisse porter par cet effet de groupe, on se laisse porter : forcément, c'est l'autre, l'étranger, le différent, celui qui ne me ressemble pas, qui n'est pas comme moi et cette masse de moutons a laquelle j'appartiens, qui est a l'origine de mes problèmes.
 
Cette éternelle discrimination, ce fascisme ordinaire, encore et toujours. Et comme je le disais hier, ce phénomène est encore grossit, démultiplié, visible, sur internet, et notamment un réseau social comme Facebook. Ou cette éphémérité, cette superficialité, cette non acceptation d'accepter la main de celui qui n'appartient à la masse de mouton, quand cet personne différente tend la main a l'un de ses membres, est symptomatique. Quelqu’un qui appartient à cette masse de moutons, a moins d'accepter de s'en démarquer, de faire prévaloir son individualité sur l'effet de masse, refusera cette main tendue. Alors que s'il n'appartenait pas à cette masse de moutons, il serait plus enclin à l'accepter, à être tolérant, à ouvrir sa porte a l'autre.
 
Pour faire parti d'un nouveau groupe, évidemment, dans le même but que parce qu'auparavant il appartenait a cette masse de mouton. Car nous avons tous besoin d'appartenir a une communauté, quelle qu'elle soit. Seulement, appartenir a cette communauté, ne veut pas dire s'y soumettre systématiquement, automatiquement, sans réflexion ni raisonnement individuel. Ça ne veut pas dire ne pas s'en démarquer lorsque certains des principes, des comportements, de celle-ci, conduit a se transformer en ségrégationnistes ou fascistes ordinaires.
 
Pour ma part, c'est ce que je constate quotidiennement ici, de la part de ces personnes que je tente vainement de solliciter pour créer un lien amical, pour un échange constructif, pour enrichir nos particularismes des différences de l'autre. Je fais primer l'intelligence et la raison sur l'effet de masse des moutons auquel ils se soumettent, auquel ils contribuent, pire, qu'ils désirent ; alors que, paradoxalement, ils s'en défendent parce qu'ils publient sur leurs murs, ou dans les groupes ou ils sont inscrits. Alors que, justement, ils ne font qu'alimenter tout ce ce que je viens de décrire. Je devrais dire "elles", plutôt, puisque ce sont des femmes que je sollicite généralement.
 
Aucun désir de draguer de ma part, je tiens à le souligner, pour les mêmes raisons que j'ai décrites plus haut. Juste ce désir de partager, comme n'importe qui de "normal", amicalement, malgré le fait que je soit handicapé, fragile, etc. Ce sentiment d'être vu comme normal, et accueilli, accepté, dans leur environnement, virtuel ou réel, comme quelqu'un de "normal".
 
Je ne le nie pas, je compense mes défaillances physiques par une intellectualité exacerbée, par une soif insatiable de découvrir de nouvelles connaissances, de nouvelles facettes du savoir, des rapports humains, au monde, à l'univers. Je creuse chaque jour davantage dans ces domaines, et bien d'autres, comme le montrent de moi mes textes par lesquels je dévoile mes interrogations et mes réflexions sur tel ou tel sujet de société, sur le devenir de l'homme, etc.C'est ma force, c'est ce qui me permet d'endurer tout le reste, d'endurer tout ce que je décris des épreuves qui sont les miennes de par mes particularités, objet de dédain, de rejet, de moqueries, de souffrances, de peur, de crises d'angoisses, etc.Qui remontent loin parce que ce comportement de cette masse de moutons dans la norme , j'en suis victime depuis mon enfance.
 
Mais n'oubliez jamais qu'un jour, c'est vous, moutons dans la norme, qui pouvez être a ma place. Et que ce jour là, vous verrez très vite que cette masse de moutons vous éjectera du groupe parce que vous n'en faites plus partie.
 
Vous verrez vos contacts, amis, connaissances - virtuels ou réels - fondre comme neige au soleil. Ils se diront, tout comme cous tant que vous en faites partie : "Après tout, j'ai mes problèmes, j'ai ma famille, j'ai mon travail, j'ai mon quotidien, etc. Qu'il ou qu'elle se débrouille ; ce qui compte avant tout, c'est moi ; voire, ceux et celles qui comptent vraiment à mes yeux. Lui, elle, maintenant qu'il est au dehors de ça, ça ne me concerne plus".
 
Ce fameux conducteur de train d’Auschwitz dont je parlais hier. Qui fait comme les autres./ Sauf que cette fois, parce que vous vous différenciez de la masse, vous serez dans le train vers le camps de la mort, plutôt qu'à la place de celui qui se soumet au diktat de la masse. Et ce jour là, vous vous direz comme j'aimerai que ce conducteur de train - ancien collègue, ami, connaissance, contact, relation, membre de la famille, etc., ou anonyme tout simplement - ne réagisse pas comme moi si j'étais a sa place. Comme j'aimerai qu'il ne soit pas indifférent, ségrégationniste, intolérant, moqueur, qu'il ne me rejette pas, qu'il ne soit pas ce fasciste ordinaire que j'ai été lorsque j'étais a sa place.
 
Il est vrai cependant qu'ayant agi jusque là ainsi, pourquoi celui dont vous solliciteriez la compassion, l'amitié, l'indulgence, la tolérance, pourquoi il agirait autrement que vous, vous qui en avez fait de même avec des personnes différentes toute votre vie ; avant que votre vie ne vous fasse devenir, à votre tour, quelqu'un de différent, quelqu'un d'en dehors de la masse de moutons. Donc, c'est à vous de changez maintenant, que ce soit virtuellement ou dans le réel, si vous ne souhaitez pas qu'un jour cela vous arrive a votre tour...

08 septembre 2018

La Fascisme Ordinaire, Seconde partie

X1Je ne suis pas parfait, loin de là, j'ai mes défauts, mes incapacités ou mes impossibilités également. Chacun tente, en fonction de sa personnalité, de son vécu, de ses blessures, de ses victoires ou défaites, forces ou faiblesses, de faire au mieux. C'est vrai pour les autres, c'est vrai pour moi.

Parfois, je suis maladroit, parfois je suis brutal dans mes mots. Je ne le nie pas ça fait partie de moi. Par ailleurs, étant concentré sur mon livre et ayant des centaines de contacts dans mes "amis" Facebook, je ne porte pas forcément - involontairement de ma part attention - à ceux ou celles qui me tendent la main ; et que je ne vois pas.

Je ne dis pas que tout le monde est indifférent, je dis que l'immense majorité est indifférente, ce n'est pas pareil. Et, malheureusement, c'est cette immense majorité à laquelle des gens comme moi - ou ceux et celles qui ont des épreuves, difficultés, maladies, handicaps, différences de tout ordre en gros - sont contraints de se soumettre, contre lesquels ils ont l'impression d'être impuissants. Je ne m'y résigne pas.

En outre, justement, je concentre mon attention sur ceux et celles dont l'échange mutuel entre elle et moi, je le pense viscéralement, va dans ce sens. Fais que cet échange, ce partage, pourrait ère fructueux, enrichissant, source de bonheur, d'ouverture vers l'autre, de tolérance, etc. autant pour ces personnes que pour moi.

Par mes moyens, avec ce que je suis, etc., je m'y emploie avec la plus extrême des virulence et de détermination ; y compris si j'en souffre, si j'en suis malheureux, blessé, ou autre. J'essaye, humblement, modestement, d'apporter ma pierre à cela, parce que ça m'importe. Est-ce que cela changera quelque chose ? Globalement non, c'est évident. Mais si une, deux, ou quelques personnes réagissent, et modifient leur comportement, que ce soit a mon égard ou à l'égard de personnes dans de semblables - ou pires - situations, ce sera déjà une victoire.

Prendre la main de quelqu'un - vous en l’occurrence - est toujours faisable. Ce qui est plus dur, et plus vital, plus nécessaire, c'est qu'une personne qui, pour tout ce que j'ai écris auparavant, prenne la main que je lui tends malgré ou à cause de tout cela. Là est la victoire, là est l'avancée déterminante qui permet d'avancer.

Enfin, pour répondre : oui, quand je me suis cassé la figure, le chauffeur de taxi, la vendeuse, le médecin, m'ont aidé. Ça c'est dans la réalité, et sur l'instant. Le véritable combat, c'est sur des réseaux sociaux comme Facebook qu'il se livre, parce que ceux-ci sont le reflet de nos comportement de masse ; pas de nos comportement individuels, ponctuels, dans une situation comme je l'ai vécu.

Faut-il leur en vouloir ? Oui, parce que cela montre leur manque d'humanité. Parce que leurs actes sont le reflet de ce comportement quotidien sur un réseau social comme Facebook, qui démultiplie d'eux ce qui n'est pas visible au premier abord. En usant de Facebook de telle ou telle manière, nous dévoilons comment nous nous comportons, avec une loupe grossissante, du fait de l'anonymat - chacun étant anonyme derrière son ordinateur. Il montre cette apathie, cette indifférence, cette superficialité, cette éphémérité, cet égoïsme, égocentrisme "ordinaire", "normal", "banal" de l'immense majorité de ces utilisateurs(trices). Parce qu'il n'est pas "comme moi", parce qu'il n'est pas de "chez moi" - pays, région, ville, statut social, religion, philosophie de vie, handicap, maladie, niveau d'étude, etc.

Bref, parce "qu'il n'est pas moi", et que pour cette raison, je l'ignore, je le rejette, et pourquoi pas, un jour, je l'enferme dans un camps ; il n'est pas comme moi, moi qui suis un représentant de la masse des moutons. Et pourquoi pas, je le laisse seul, je l'abandonne, il souffre, il meurt, parce que je ne m'en suis parce qu'il n'est "pas moi". Pour reprendre le titre d'un documentaire que j'ai vu il y a quelques années sur la période nazie - déjà - : le Fascisme Ordinaire. Car oui, cette banalité des comportements décrits est bien un "Fascisme Ordinaire"...

Le Fascisme Ordinaire, première partie :

X5Jeudi après-midi, j'ai décidé d'aller dans un magasin de téléphone mobile pour changer de téléphone - prendre un 3G plutôt qu'un 2G datant d'une dizaine d'années, afin que puisse envoyer quotidiennement sms et mms sans faire de crise de nerfs à chaque fois parce que le réseau SFR ne passe pas de temps en temps.

En taxi, hier, vers 15h, j'y suis allé, la conductrice du taxi m'attendant rangé sur un parking à quelques mètres de là. j'ai marché les quelques mètres jusqu’à la boutique. Or, entre la boutique et moi, il y avait un parapet. Et je n'ai pas vu qu'il n'y avait pas de marche pour le descendre.

Trop tard, je l'ai franchi sans voir le mètre de vide qui béait devant moi. Et, forcément, je me suis cassé la figure.

Il m'a fallu un certain temps avant de pouvoir me trainer jusqu’à l'intérieur de la boutique. Quelqu'un qui passait par la m'y a aidé, ainsi que la vendeuse de la boutique. Je me suis immédiatement assis pour récupérer ; j'avais du mal a tenir sur mes jambes. J'ai même fait une crise de convulsions de quelques minutes. Le choc j'imagine. Assis, j'ai effectué les démarches pour changer de téléphone portable, qui sera actif mercredi prochain, avec le même numéro de téléphone.

Donc, rien ne change de ce coté là, si ce n'est que l'envoi et la réception de sms, mms, ou tout simplement pour téléphoner, sera encombré de moins d'inconvénients que jusqu'à maintenant. Mais au lieu d'être chez SFR, je serai chez Orange, puisque eux entretiennent leurs antennes relais. Et avec le 3G, ça sera plus rapide, aisé, etc.

J'ai pris un téléphone le plus simple, avec juste téléphone, sms, mms, petite caméra et photo. C'est suffisant, puisque je ne m'en sers que dans ce but, vis-à-cis des quelques rares contacts amicaux hors Facebook, qui pensent et tiennent assez à moi pour me téléphoner et me demander de mes nouvelles.

Car absent de Facebook hier - je n'y ai pas mis un mot, alors que c'est ce que je fais quotidiennement. Cependant personne ne s'en est soucié. J'aurai pu avoir un accident plus grave, mourir, qui s'en serait inquiété.

Après tout, ce n'est pas le problème des utilisateurs de ce réseau social me rétorquera t'on. Chacun a sa vie, ses problèmes, ses épreuves, ses difficultés - juste -. Mais chacun qui y est confronté reste dans son coin, individualiste, égoïste, égocentrique, ne pensant qu'à lui même ou à son entourage proche alors que lorsque lui-même est face à la même situation, il désirerait qu'on se préoccupe de lui. S'il ne le fait pas, pourquoi les autres le feraient.

Ceci dit, le taxi est venu me reprendre devant la boutique, et m' ramené chez moi. Cependant, les douleurs dues a ma chute ne se sont pas amoindries. Mon problème est que la jambe qui a "morflé" est ma jambe forte, celle sur laquelle je m'appuie pour marcher, l'autre, a cause de mon hémiplégie, étant plus faible naturellement. Donc, a chaque fois que j'appuie sur ma jambe gauche, les douleurs déjà existantes dues à l'hématome et à l’œdème, se réveillent avec fulgurance.

Jeudi, j'ai hurlé de douleur a maintes reprises en tentant de me déplacer ; et je suis tombé plusieurs fois, du fait de sa faiblesse due au choc. Le docteur est venu hier, et a bien confirmé que c'était un hématome et un œdème. Il m'a prescrit des calmants pour la douleur, et des anti-inflammatoires. Et je loue un déambulateur pour me déplacer, pour une période d'un mois.

A chaque fois que j'appuyais sur ma jambe gauche, ma souffrance était intenable. Mon genoux a un peu gonflé. Je n'ai donc dormi que par à coup, malgré les somnifères et le Dafalgan, pour essayer d'apaiser la douleur. Ce matin, j'ai un peu moins mal, mais j'ai toujours du mal a me déplacer, et ai toujours besoin du déambulateur pour le faire.

Je me sens vraiment impotent,malhabile, et j'ai l'impression d’être un escargot. Voila, ce qui m'est arrivé. Voila pourquoi je suis pratiquement absent de Facebook en ce moment ; qui me regrette vraiment en outre, qui se soucie de ma santé, etc. Quand on est handicapé, malade, ce genre d'accident décuple encore davantage toutes les difficultés que le quotidien m'inflige. Le moindre petit geste, déplacement, le moindre acte, aussi anodin soit-il, est une source de douleur. C'est un parcours du combattant, solitaire, silencieux, parce qu'il n'y a personne pour vous aider, pour vous épauler. Chaque action - faire son lit, se changer, mettre la table, faire à manger, etc - est à l'allure d'un escargot, alors que j'ai tant de choses à faire dans la journée. Mais ce n'est pas grave, qui en a quelque chose à faire, qui ça intéresse.

Dire que des tas d'autres personnes dans la mème situation que moi sont confrontés, non seulement aux mêmes problèmes, mais également, à la même solitude, au même désespoir de se rendre compte que ce qui est si simple, si facile, pour l'immense majorité des gens, est un véritable parcours du combattant qui vous fait hurler de douleur physiquement, mais qui vous meurtrit psychologiquement, et qui vous désespère de ne pas réussir à accomplir ses actes, comme vous désespère aussi face à l'indifférence généralisée - ou presque - qui se manifeste autour de vous.

Et pourtant, il y a longtemps que je me suis rendu compte de cette indifférence quasi-généralisée - à quelques exceptions près -, où l'apparence, la superficialité, l'éphémère, la bêtise, la violence, l'entre-soi, l'égocentrisme, etc. priment sur tout le reste. Et si cela me désespère et me blesse, ça me met aussi en colère, une grande colère, une fureur tempétueuse ; je n'accepte pas cet état de fait ou la justification qu'on me serine régulièrement est : "c'est comme ça ; je n'y peux rien ; je ne peux rien faire à mon petit niveau, et autres fadaises."

C'est faux, c'est juste une justification facile pour se donner bonne conscience et continuer à faire comme si de rien n'était, alors que de simples petits gestes - des pas grands choses - pourraient modifier cela. Peut-être pas énormément, mais comme on dit : ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières.

Seules deux ou trois personnes ont donc cette attitude vis-vis de moi, comme je l'ai vis-à-vis d'elles, au quotidien, ou au pire, régulièrement. Et je serai le premier à les soutenir, à leur venir en aide par tous les moyens à ma dispositions, avec toutes mes capacités - même étant handicapé - pour être présent à leur coté - Facebook, téléphone, présence physique, etc., et peu importe le moyen finalement.

Ce qui prouve que c'est possible, faisable, que ce n'est pas astreignant, chronophage ou énergivore. En outre, par les vidéos que j'ai trouvées sur le fonctionnement non visible de nos sociétés, très instructives, que j'y partage actuellement -, les preuves de faire autrement, existent. Elles sont à portée de clic pour qui veut chercher un peu et se renseigner sur les moyens de se comporter différemment.

Ce qui est terrible, monstrueux, ignoble, peut parfois pousser certains au désespoir, à la solitude la plus extrême, à la folie éventuellement, c'est que ce comportement collectif à l'égard de gens comme moi ou d'autres vivant les mêmes choses, provoque des crises d'angoisse, de panique, des terreurs, des souffrances, comme je l'ai dévoilé au travers d'une vidéo de quelqu'un expliquant en quoi ces crises d'angoisse consistaient.

Non pas de mon fait ou des gens qui sont victimes de ce genre de phénomène, mais du fait de l'indifférence, de l'apathie, de l’égoïsme, etc. de cette immense majorité qui ne réagit a rien, qui n'est touchée ou émue, inquiète, heureuse, uniquement pour leur cercle proche ; et encore parfois. Or, rien que ça, ça montre qu'ils sont dénués d'humanité ; de cette humanité essentielle qui est la base de tout système social et d'interaction entre les gens, évolués. C'est ceux que je nomme parfois "les moutons" dans mes textes.

Car in en revient, encore et toujours à cette justification absurde : les autres, ce n'est pas leur problème. Et mon problème, mes épreuves, que sont elles comparées à d'autres épreuves,; difficultés de l'existence, maladie, problèmes d'argent, de travail, de famille, éminemment plus délicats et ravageurs, que d'autres subissent - j'en connais ici.

Alors qu'il faudrait peu, pour moi, pour ceux qui sont victimes de ces mêmes traitements dignes tortures mentales de tortionnaires dignes des régimes totalitaires les plus monstrueux - et je souligne tant de fois qu'il faut cette expression que j'assume entièrement - pour que ça change. Pour terminer d'ailleurs, ça me fait penser à ceci, mème si l'image est violente et que c'est un exemple extrême - mais c'est fait pour :

Vous savez tous et toutes que je travaille sur un livre suer les origines idéologiques et ésotériques du Nazisme. Or, Hitler et ses sbires n'auraient pu accomplir tout ce qu'ils fait à l'Europe et au monde, si, en Allemagne ou dans les pays occupés, chacun à sa place, sans réfléchir aux conséquences de ses actes, en obéissant bêtement, à ce qu'accomplissait la masse du peuple partout ailleurs, s'était comporté différemment. Il y en a qui ont résisté, qui ont refusé, en résistant, et qui l'ont souvent payé de leur vie. Mais l'immense majorité des gens, comme ici ceux et celles qui utilisent Facebook comme des moutons, était apathique, parce que c'était comme ça, et qu'individuellement, ils se disaient : ce n'est pas mon problème, j'ai mes soucis, moi aussi j'ai peur, et je ne veux pas m'en mêler, etc.

Ici, par le comportement de cette immense masse de moutons dont je dénonce régulièrement les comportements apathiques, égoïstes, superficiels, etc. et bien, ils se comportent exactement comme ce conducteur de train qui conduisait un convoi a Auschwitz, qui le faisait parce que c'était son métier, que c'était comme ça et qu'il n'y pouvait rien ; tout en sachant qu'il envoyait des milliers de gens a la mort. Mais ce n'étais son problème.

C'est très parlant, et le parallèle, même si les conséquences sont moindres - quoique dans certaines circonstances - est vraiment éloquent. Dites vous que chacun de vous, par vos actions, par votre façon de vous comporter, d'intéragir, de partager ce que vous partager avec les autres - et notamment des personnes comme moi ou d'autres dans le même cas - êtes ce conducteur de train. Et que selon votre action, si ce n'est pas a la mort que vous nous envoyez, mais au désespoir, à a la tristesse, à la folie parfois, à la détresse, aux tourments, du fait de votre désintérêt, nonchalance, égocentrisme. Ou vous détournez le train quand vous tendez la main, vous partagez, vous discutez, vous acceptez la différence, vous ouvrez un peu de votre vie, de votre univers, lorsque quelqu'un comme moi ou d'autres font cette démarche envers vous. C'est le mème principe.

Et dans le cas de ce que j'ai vécu dernièrement, mon accident de Jeudi, ou par mes multiples tentatives de main tendue a l'encontre de quelques unes de personnes à qui j'ai tendu la main, et qui ont agis comme ces moutons, comme ces conducteurs de train conduisant ce convoi a Auschwitz, réfléchissez-y. Réfléchissez à cette part d'humanité que j'ai décrit au travers de ce texte, et qui est en vous...

Posté par dominique913 à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,