X5

Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses. En effet, pour les lecteurs et les lectrices qui suivent mes divers écrits quotidiennement, vous le savez : je suis actuellement en train de publier ici et ailleurs la conclusion d’un exposé de soixante-deux pages que j’ai rédigé il y deux mois environs, et qui s’intitule « Dieu et le Big Bang ».

J’y expose un certain nombre d’hypothèses concernant la naissance, puis, l’expansion de l’Univers, la « théorie des cordes », les univers parallèles, ainsi que d’autres thèmes analogues et – à ce qu’il me semble – extrêmement fascinants. Toutefois, je suis parfaitement conscient de n’être qu’un amateur dans ces domaines qui m’interpellent et m’interrogent depuis très longtemps. Amateur éclairé, peut-être ? Quoique… j’ai croisé en ces lieux et d’autres des personnes avec davantage de compétences que moi à leur propos. Je suis plus à ma place en tant qu’Historien – je pense que mon nouvel exposé en cours de rédaction le démontrera – qu’en tant que scientifique. Je suis l’actualité des sciences que j’ai abordées au plus près. Dès qu’un nouvel article ou documentaire sérieux les concernant est apporté à ma connaissance, je m’y intéresse ; et ils alimentent aussitôt mes réflexions personnelles. Ils me permettent de les approfondir ou de les remettre à jour. Ils me donnent l’opportunité de les aborder sous un angle inédit auquel je n’avais jamais songé auparavant. Et j’ai alors le sentiment de dépasser les limites de ma conscience pour flirter avec de nouveaux champs d’investigations aux possibilités et aux capacités quasi-infinies et illimitées.

J’ai déjà heurté mes réflexions, mes pensées, mes connaissances, avec certains et certaines, dont les convictions religieuses sont profondément ancrées en eux. Je suis conscient qu’il est extrêmement difficile de modifier des points de vue et des convictions de gens qui sont arc-boutés sur leurs certitudes dogmatiques. Aujourd’hui, mon propos n’est pas d’essayer de les convaincre d’entendre ma voix, que je pense être malgré tout raisonnable et ouverte à la diversité des opinions et des croyances. J’invite, par ce petit texte, tous ceux et toutes celles qui ne sont pas convaincus par les hypothèses que j’ai étayé dans « Dieu et le Big Bang », de lire cet ouvrage à la fois riche, passionnant, fascinant, interpellant, qu’est « la Formule de Dieu », et dont j’ai lu la moitié de 750 pages qu’il compte en trois jours.

Je le qualifierai de « Thriller scientifique ». L’auteur, comme il le souligne lui-même dans son préambule, s’appuie sur les thèses et les sources les plus en pointe de la science moderne de ces dernières années en matière d’astronomie, l’astrophysique, de physique quantique, etc. Sur fond de thriller comme on peut en lire des centaines, mais se rapprochant, dans l’esprit du « Da Vinci Code », je m’y plonge chaque soir avec une délectation incroyable. Mais, plus important, à mon avis, que l’intrigue policière que l’on y suit, ce sont les mises en lumière des multiples hypothèses cosmiques, cosmologiques, spatiales, temporelles, etc. qui y sont développées afin d’être – à peu près – facilement compréhensibles par tout un chacun. Et ainsi, de donner un accès direct, aisé, simple, aux questions fondamentales que l’Humanité se pose sur l’Univers, Dieu, etc. qu’il se pose depuis la nuit des temps. Et lorsqu’on les lit, je peux assurer les plus fervents des croyants avec lesquels j’ai déjà échangé et bataillé sur ces thèmes à de multiples reprises, les certitudes les plus absolues se fissurent et se délitent, tout en laissant place au « pourquoi pas », ou au « et si » que n’importe quel personne douée d’un minimum de raison et d’intelligence, devrait – à mon avis – favoriser ; plutôt que de rester braquer sur des concepts qui – et ce livre le démontre très bien – ne tiennent plus la route depuis des décennies, voire davantage encore.

Le tout, à mon humble avis, c’est de de rester ouvert au fait que d’autres possibilités que celles écrites dans les Textes Sacrés des trois grandes religions monothéistes, existent. Les rejeter parce qu’elles ne correspondent pas à ce que l’on nous a enseigné comme vérités dogmatiques et inattaquables, intouchables, est faire preuve de suffisance. Les repousser parce qu’elles n’émanent pas de la soi-disant  Parole Divine, est tout, sauf être en phase avec les réalités multiples diverses et variées du monde dans lequel nous vivons actuellement. C’est faire preuve d’obscurantisme, de rejet d’explications rationnelles et scientifiques, d’une grande complexité, je le concède. Elles remettent cependant en perspective l’Univers tel qu’il est véritablement. Cela n’exclue pas le « Mystère » ; néanmoins, ce « Mystère » ne se trouve pas là où on l’attend, et encore moins là où les religions de tous acabits le place habituellement.

Evidemment, je le répète : ne me croyez pas sur parole. Si ma voix, que je souhaite sensée et raisonnable, emprunte de réflexions intellectuelles et de connaissances, ne vous parle pas, faites-vous votre propre opinion. Lisez cet ouvrage qu’est « la Formule de Dieu » d’un abord simple, et plongez dans un univers que vous croyez connaitre, mais qui, au vu de ce qui y est décrit scientifiquement, ne ressemble pas du tout à l’idée que vous en avez…

Dominique