X3Aujourd'hui, j'ai eu le temps de me replonger sérieusement dans la rédaction de mon livre sur les Origines idéologiques et ésotériques du Nazisme. Et j'avoue que j'en ai été très heureux, après ces derniers jours assez mouvementés faisant suite à la publication de plusieurs textes sur Dieu et la Religion.

 

En les diffusant, je savais pertinemment que ceux-ci allaient susciter de vives réactions de la part des croyants de toutes confessions les plus virulents. Peu importe ; ils ne m'impressionnent pas, et ne me font pas peur. Car en France, nous sommes dans un pays où l'une des libertés les plus fondamentales est la liberté de s'exprimer. C'est aussi la liberté de penser, la possibilité d'affirmer ses idées, même si elles ne correspondent pas à celles de la majorité de ses habitants. Et la liberté de s'exprimer sur la Religion, sur le fait que l'on ne croit pas en Dieu, ou de dire que « pour moi, Dieu n'existe pas », est un droit. La liberté de critiquer la Religion, et d'argumenter pour expliquer pourquoi il s'agit là de ce qu'on pense, est aussi un droit. Et nul n'a à le remettre en question. C'est la base même de notre démocratie, de notre république, et de la laïcité.

 

Personnellement, j'ai toujours été révulsé contre l'obscurantisme idéologique et religieux ; d'où qu'ils viennent. C'est l'un de mes principaux combats. Et ce, parce que je connais de quelle manière ils se construisent, ils se diffusent, ils s'attaquent aux fondements mêmes de valeurs auxquelles je tiens. Or, dans ces temps de crise, de doute, de peur, beaucoup sont tentés de se raccrocher à ces préceptes rassurants, afin de se sentir épaulés, protégés, accompagnés. Généralement, malheureusement, ce sont les plus pauvres, les moins instruits – ce n'est pas une insulte, car chacun possède une richesse intérieure qui vaut la peine d’être mise en avant -, ceux qui souffrent le plus de la période dans laquelle nous vivons, qui en sont les victimes. Et l'obscurantisme, le retour en arrière – en s'imaginant que « c'était mieux avant » - est une erreur que nombre de ces gens qui se sentent abandonnés, terrorisés par un monde en perpétuelle mutation, font.

 

Chaque époque de l'Humanité a connue de grands bouleversements, et en maints domaines. Aujourd'hui, le monde va de plus en plus vite. Il est de plus dur, sans pitié pour ceux et celles qui ne parviennent, ou qui n'ont pas la force nécessaire, afin de s'y adapter. Tout se métamorphose, y compris notre façon de modéliser la Religion. Alors que celle-ci, telle une vielle dame qu'elle est, n'aime pas être bousculée, remise en cause, critiquée, etc. Elle ne supporte pas tous ces changements sur lesquels elle n'a aucune prise. Alors que jadis, sa voix était celle qui dominait tout, qui soumettait les corps et les âmes. Et, forcément, elle ne s'en crispe que davantage. Si des extrémismes existent aujourd'hui – quelle que soit l'idéologie qui les anime -, un fond religieux est toujours derrière. Et ce, quelle que soit la confession et le lieu qui l'a fait naître. Pour avoir étudié ces mécanismes – et ce, que l'on me croit ou non -, je sais de quoi je parle. Actuellement, je travaille sur un ouvrage traitant des origines du Nazisme. Et en me plongeant dans cette étude, je me rends compte à quel point les mêmes mécanismes l'ont partiellement engendré. C'est un phénomène complexe, riche, fascinant, passionnant, très intéressant. C'est pour cette raison que je m'élève, et que je m’élèverai toujours contre ceux et celles qui se voient comme des prosélytes devant à tout prix défendre leur foi. En ce qui me concerne, je ne suis pas croyant. Mais, au-delà de ça, j'estime que la foi est une question personnelle, intime. On la vit intérieurement, que ce soit à l'église, à la mosquée, au temple, etc. ou chez soi. Cela ne regarde que soi, et personne d'autre.

 

Sinon, elle est destinée à défendre une vision de la vie qui n'a plus rien à voir avec la réalité de notre monde actuel. Elle est dès lors destinée à enchaîner les faibles, les moins instruits, les naïfs, à des préceptes qui les empêchent de voir le monde tel qu'il est ; et ainsi, de pouvoir s'y adapter avec autant de possibilités et de capacités que s'ils n'étaient empreints de Religion.

Bien sûr, ceci n'est que mon avis personnel. Nul n'est obligé de l'accepter, et encore moins, de le suivre. Comme je l'ai déjà indiqué à de multiples reprises – mais je suis bien obligé d'insister, puisqu'il y a des personnes qui mettent en doute l’honnêteté de mes intentions -, je suis uniquement là pour partager mes idées, mes pensées, ma philosophie, mes savoirs – ou mon ignorance. Car j'avoue être ignorant dans bien des domaines. Mais je cherche toujours à en connaître davantage, à comprendre, à analyser, à décrypter, les sujets où je suis compétent. Je suis là pour apprendre des autres, à écouter, à échanger, à dialoguer, etc. y compris – et même surtout – quand on n'est pas d'accord avec moi. Mais toujours dans le respect, la franchise, la sincérité, envers mes interlocuteurs.

 

Voilà, ce que je souhaitais souligner, aujourd'hui...