30 novembre 2016

Le 25 Juillet 1998, troisième partie :

Combien de moments complices avons-nous partagé. Je ne me rappelle plus, tellement ils sont nombreux. Ce sont presque les seuls qui m’aient rendu heureux ces dernières années. Aymeric était le seul avec lequel je pouvais discuter librement, avec lequel je pouvais rire, avec lequel je pouvais jouer à des jeux vidéo, avec lequel je pouvais visionner des films. C’était le seul auquel je pouvais confier ma désarroi et ma souffrance de ne pas être capable de séduire une jeune femme susceptible de m’attirer. C’était le seul qui me disait... [Lire la suite]

29 novembre 2016

Le 25 Juillet 1998, seconde partie :

J’aimerai être comme eux, toutefois je n’y arrive pas. C’est trop dur. Tandis que je regarde le cercueil descendre dans le noir, je me répète que j’aurai préféré que ce soit moi qui ai cet accident de voiture à moins d’un kilomètre de notre domicile de la Sarthe. C’est moi qui aurais dû mourir, pas Aymeric. Aymeric avait dix-huit ans. Il était jeune, il était beau, il avait toute la vie devant lui. Il était sportif, il avait le privilège de plaire aux jeunes femmes de son âge. Il avait une facilité à se faire des amis partout où... [Lire la suite]
28 novembre 2016

Le 25 Juillet 1998, première partie :

Aujourd’hui, nous sommes environ une semaine après le 25 Juillet 1998. Ma famille et moi sommes réunis devant le caveau familial qui se trouve à l’angle du cimetière du petit village franc-comtois que nous connaissons si bien ; et depuis si longtemps. C’est là que, durant toute notre enfance, ma sœur, mon petit frère Aymeric, et moi, avons passé la plupart de nos grandes vacances ; ainsi que quelques-unes de nos vacances de Noel alors que nous étions encore enfants. C’est dans ce village du Doubs que se situent nos racines les... [Lire la suite]
27 novembre 2016

Aujourd'hui, j'ai 25 ans, cinquième partie :

Puis, au bout d’un moment, j’ai réintégré mon appartement. Mes joueurs étaient toujours là. Rien n’avait changé depuis mon départ. L’un d’eux avait pris le relais pour poursuivre la partie de jeu en cours. De toute façon, je n’avais plus envie de la présider, puisqu’ils avaient anéanti le scénario que j’avais mis tant de temps et d’énergie à créer. Je me suis réfugié dans ma chambre. Non pas pour dormir : avec le bruit que faisaient mes amis, je n’aurai pas pu. Je n’avais pas non plus la force psychique, ou la volonté de leur dire... [Lire la suite]
26 novembre 2016

Aujourd'hui, j'ai 25 ans, quatrième partie :

Quand j’étais enfant, puis adolescent, on m’a bien fait comprendre que je n’étais qu’un moins que rien, un inadapté. Une personne qui pouvait contaminer les autres de sa différence, et que, pour cette raison, il valait mieux rejeter. Mon père a toujours eu honte de moi ; il me l’a si souvent dit. Il m’a aussi expliqué que je n’étais qu’un bon à rien, que je ne réussirai jamais ma vie. Il a, à maintes reprises souligné qu’il me regardait comme quelqu’un d’inférieur. Que, de toute façon, il avait toujours raison, et que je n’avais pas... [Lire la suite]
25 novembre 2016

Aujourd'hui, j'ai 25 ans, troisième partie :

Mais nul n’en n’a cure. Mes compagnons de jeu de rôles vivent pleinement leur état de jeune adulte. Ils ne connaissent pas les affres de la solitude sentimentale sans fin. Ils ne savent pas ce que c’est que d’avoir honte du handicap, de la tâche de naissance que vous portez depuis votre naissance. Des moqueries, des rejets, des grimaces, que l’on vous a lancées durant toute votre enfance et toute votre adolescence. Toutes ces jeunes femmes qui vous ont attiré, tous ces sentiments que vous avez muselés, réfréné, parce que vous saviez... [Lire la suite]

24 novembre 2016

Des profondeurs de mon âme :

S'il y a une chose qui m'irrite et m'insupporte particulièrement, c'est que l'on s'en prenne aux personnes qui me sont chères, aux ami(e)s que j'ai, ici ou ailleurs. Parce que celles-ci ont leurs propres particularités, on s'en prend à elles. Et ce genre de comportement de la part d'individus qui se croient tout permis sur la toile parce qu'ils sont protégés par l'anonymat que leur confère Internet, est d'une lâcheté sans nom. C'est minable, pathétique, sidérant de médiocrité et d'irrespect.   Régulièrement, je suis la cible... [Lire la suite]
24 novembre 2016

Aujourd'hui, j'ai 25 ans, seconde partie :

Peut-être, enfin, recevrai-je un coup de fil de l’un des membres des quelques groupes auxquels je participe de temps en temps, une fois rentré chez moi ? Pour combler un trou !!! Un joueur s’étant désisté au dernier moment, et la partie en cours nécessitant un individu supplémentaire. Toutefois, fatigué, je ne sais pas si j’aurai la force de me déplacer à l’autre bout de la capitale afin d’endurer une seconde nuit sans sommeil. Surtout afin d’y demeurer en tant que potiche, sommeillant à moitié tout en essayant de suivre plus ou... [Lire la suite]
23 novembre 2016

Une once d'humilité :

A chaque fois, je suis particulièrement irrité et amusé par ces personnes qui s'érigent en juges, avant de condamner un écrit que j'ai posté ponctuellement ici ou ailleurs. A chaque fois, je remarque que celles-ci dénoncent mes textes pour toutes sortes de raisons – elles changent régulièrement en fonction de leurs détracteurs, ainsi que des idéologies auxquelles ils adhèrent -, tentent de porter leur opinion haut en fort en les commentant. Par contre, lorsque je me rends sur les « murs » de ces derniers, parce que je suis... [Lire la suite]
23 novembre 2016

Aujourd'hui, j'ai 25 ans, première partie :

Aujourd’hui, j’ai environ vingt-cinq ans et je travaille en tant qu’Aide-Bibliothécaire à la Bibliothèque de l’Arsenal. Il s’agit d’une des annexes de la Bibliothèque Nationale. Et cela fait environ un an que j’y suis employé. Nous sommes samedi matin, et je m’apprête à quitter mon appartement du 19e arrondissement de Paris. Il doit être 9h00 du matin. Je pars tous les jours à cette heure précise parce que la Bibliothèque ouvre ses portes à 10h00, qu’il me faut presque une demi-heure de métro pour m’y rendre. Et qu’une fois arrivé... [Lire la suite]