X3Tout ce que nous savons faire, par contre, c'est geindre. Geindre parce que ceux et celles que nous avons conduits – sans le désirer, j'en conviens – à la misère et à l'expatriation, nous supplient de les aider. Geindre parce que parmi eux, existent peut-être quelques djihadistes susceptibles de mener des attaques-suicides sur notre sol. Entre parenthèses, une fois encore, nos Gouvernants savent renflouer des banques afin d'éviter la banqueroute de groupes financiers et boursiers. Ils exigent que les dotations de l’État concernant tel ou tel service public soient moins lourdes à porter pour le budget de la nation. Mais, quand il faut ouvrir le porte-monnaie afin d’être efficace pour lutter contre les extrémismes de toutes sortes – chez nous ou ailleurs -, ce ne sont que de maigres fonds qui sont débloqués pour y remédier. Et de me demander, une fois encore, à qui profite ces craintes et ces inactions pour tenter de les résorber.

Car, ne soyons pas naïfs. Si ces circonstances perdurent ou ne sont pas réglées, c'est que certains en tirent avantage. Que ce soient des multinationales, des Gouvernements, des lobbies divers et variés, chacun a intérêt à ce que des portions entières de territoires, telles que celles qui se trouvent au Moyen-Orient, soient en permanence secouées par des soubresauts ethniques, religieux ou économiques.

Comment, sinon, pourrions nous vendre nos armes à des États comme l'Arabie Saoudite, le Qatar ou l’Égypte, dont les frontières sont exposées à des menaces extérieures ? Comment, en France, certains partis de Droite et d’Extrême-Droite, pourraient justifier leur politique de repli sur soi, s'ils ne profitaient pas de ces événements pour instiller la peur de l'étranger dans l'esprit de nos concitoyens ? Quand on sait que des personnes « bien intentionnées » propagent l'idée selon laquelle parmi ces Migrants, se cacheraient des hordes de poseurs de bombes prêts à mettre l'Europe à feu et à sang !

A qui cette crainte teintée de xénophobie et de paranoïa profite t'elle ? Aux multinationales vendant aux naïfs et aux angoissés que nous sommes des systèmes d'alarmes, des technologies soi-disant destinées à nous protéger du délinquant en devenir. Délinquant, soi-dit-en-passant, qui est toujours issu des cités périphériques à nos grandes métropoles. Délinquants qui, comme chacun en est convaincu par le matraquage répété des médias qui jouent avec nos épouvantes, ne sont que des djihadistes endoctrinés depuis la Syrie et l'Irak pour commettre des attentats.

Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit : ces menaces existent, évidemment. Elles sont quotidiennes, et il faut s'en prémunir par tous les moyens mis à notre disposition. Mais entre la réalité des faits, et la psychose collective qui s'est emparée de l'Europe au cours de ces dernières semaines et de ces derniers mois, il y un gouffre. Et c'est se transformer en pantin des véritables bénéficiaires de cette névrose généralisée, que d'adhérer à celle-ci.