X7Évidemment, aujourd'hui, je pourrais consacrer l'ensemble de la durée de ma session d'écriture aux deux événements majeurs qui font la une de l'actualité : l'attentat contre une mosquée à Londres cette nuit ; et le résultat du Second Tour des élections législatives en France hier. Ce dernier ayant vu la confirmation de la victoire écrasante de l'abstention - près de 60 % des gens ne se sont pas déplacés pour aller voter -, celle de la "République en Marche" détenant désormais la majorité absolue à l'Assemblée Nationale. Rajoutez à cela le repli significatif, mais moins terrible que prévu "des Républicains", l'effondrement du "Parti Socialiste", l'entrée de "la France Insoumise" au Parlement, celle d'une petite dizaine de députés du "Front National", etc., les cartes désignant les représentants de la politique de notre pays ont été redistribuées.

 
C'était à prévoir. Rien de nouveau sous cet écrasant Soleil de mi-Juin, accompagné de cette chaleur étouffante. Désormais, Emmanuel Macron détient tous les leviers du pouvoir pour réformer la France selon ses projets. En résultera t'il du meilleur ou du pire ? Je ne me prononcerai pas. En effet, il est encore trop tôt. J'attends, j'observe, je demeure dubitatif. J'espère que ce sera en mieux, tout en craignant que ce soit en pire.
 
Je n'ai pas d'idées politique préconçue. J'estime que chaque bord politique peut avoir de bonnes ou de mauvaises idées, de bonnes ou mauvaises solutions. Malheureusement, jusqu'à maintenant, et ce depuis les débuts de la Crise que traverse notre pays, rien de concret n'est apparu pour sortir la France de l'impasse où elle se trouve. Droite comme Gauche ont échoué ; j'en ai maintes fois expliqué les raisons, selon moi. Et encore, ce que j'ai décris n'en n'est qu'une petite fraction. Nous verrons bien ce qui ressort de cette législature.
 
Ce qui est vrai, pour autant, c'est que maintenant que cette interminable campagne électorale pour les présidentielles et pour les législatives, est passée, les français vont peut-être pouvoir passer à autre chose. Je crois qu'une partie du fat que nombre d'entre eux ne se soient pas déplacés aux urnes ces deux dernières semaines dévoile un ras le bol généralisé. Une fatigue, une lassitude, renforcée par les Affaires qui n'ont cessé d'émailler ces derniers mois. En outre, après l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, beaucoup ont pensé que tout était terminé ; les partis traditionnels auxquels ils croyaient défaits, ils n'ont pas estimé nécessaire de voter pour un parti en lequel ils ne croyaient pas. Quant aux autres, ils ont pensé qu'il fallait laisser sa chance au nouveau président et à son Gouvernement.
 
En outre, beaucoup de ses députés sont des nouveaux venus, issus de la société civile. Beaucoup sont des cadres, avocats, médecins, professions libérales. On pourrait s'en offusquer. Pas moi. J'estime qu'on se doit de leur laisser leur chance. Dans chaque parti, il y a toujours des nouveaux venus qui doivent faire leurs armes en politique. Je pense que l'échec des partis traditionnels est aussi parce qu'ils n'ont pas su renouveler leurs dirigeants ou leurs représentants. Toujours les mêmes tètes, toujours les mêmes idées, toujours les mêmes solutions donc. J'estime qu'il est sain que ces nouveaux élus viennent de ces milieux là, parce qu'ils sont au plus près de ce qu'est la réalité de la France, et notamment du milieu de l'entreprise. Ils savent là où l'économie, l'emploi, etc. fonctionne, et là ou ça ne fonctionne pas, où les solutions envisagées ne sont pas probantes. C'est un atout précieux que n'ont pas ces "gouvernants héréditaires" dont le seul métier est de faire de la politique. Ces derniers se sont trop éloigné, depuis trop longtemps, e ce qu'est la réalité de la France d'en bas. Là est également leur échec.
 
Je suis encore heureux que la proportion de femme au sein de l'hémicycle s'accroisse. Il était temps. Après toutes les lois votées en ce sens, au gré des législatures, nous nous sommes rendu compte que les parti traditionnels ne s'accordaient pas avec les lois qu'eux mêmes avaient instruits. Il est d'ailleurs à remarquer, notamment pour le Républicains, que les candidats féminins ne représentaient qu'un quart de ceux-ci ; et le plus souvent, transportés dans des circonscriptions que ces femmes ne pouvaient gagner. Ironie et tactique pour conserver la prééminence masculine au sein de l'Assemblée ; malgré des annonces de changement qui se font toujours attendre.
 
Quoiqu'il en soit, désormais, nous allons pouvoir passer à d'autres choses, d'autant que les grandes vacances s'approchent à grands pas. Rien n'est moins sûr. Détrompez-vous. A partir de maintenant, les partis traditionnels de Droite et de Gauche, ainsi que le Front National, vont régler leurs comptes en interne. Et ça va être sanglant. Les Républicains, bien que première force d'opposition au Parlement, ne sont pas d'accord entre eux vis-vis de la conduite à tenir face à Emmanuel Macron et sa politique. Certains s'estiment "compatibles", d'autres pas. Un déchirement entre les uns et les autres se profile à l'horizon ; une scission éventuellement. Sans compter la guerre des chefs qui va ressurgir, pour savoir qui va récolter les miettes et s'emparer de la direction du mouvement. Donc, rien n'est terminé.
 
Le Parti Socialiste, lui, est moribond. Parviendra t'il à se relever de cette débâcle sans précédent ? Là encore, rien n'est moins sûr. Entre ceux qui demeurent arc-boutés sur les idées socialistes telles qu'elles existent depuis 1905, et ceux qui s’apprêtent à fuit un navire qui prend l'eau de toutes part pour la jouer solo, ou pour fonder leur propre parti, l'avenir nous réserve bien des surprises. Il n'en demeure pas moins que si les socialistes ne se remettent pas en question, ne parviennent pas à faire évoluer leur idéologie, comme le parti communiste il n'y a pas si longtemps, il risque de dépérir ; et finalement, de mourir.
 
Quant au Front National, empêtré dans les Affaires lui aussi, ne détenant pas assez de députés pour former un groupe parlementaire, son poids et son influence est extrêmement minime. Cette défaite, malgré l'entrée de davantage de députés que jadis à l'Assemblée Nationale, montre que son électorat est un électorat de contestation du système actuel, plutôt que d'adhésion à son idéologie extrémiste. Bien-sûr, un noyau solide de partisans à ses idées est présent. Depuis longtemps. Mais il ne dépasse pas un certain seuil, mème s'il augmente légèrement. Il n'y a que dans le Nord et certains territoires ailleurs qu'on peut constater son avancée significative.
 
Elle ressemble d'ailleurs à celle de la France Insoumise qui ne croit plus en nos institutions actuelles, et en ses représentants. On peut les comprendre, tous ces pauvres gens, perdus face à un monde qui les dépasse, qui les écrase, qui leur fait peur. Pourtant, ils se trompent, la solution que prônent ces deux extrêmes sont irréalisables. Elle est pire que le mal dont souffre la France depuis plusieurs décennies.
 

X5Je vois que je me suis encore laissé emporté par mon analyse politique personnelle. Quant à l'attentat de Londres de cette nuit, à ce qu'il semble, il a fait une vingtaine de morts et une dizaine de blessés. Cette fois, c'est la communauté musulmane qui a été visée. Cet attentat, puisqu'on peut le qualifier ainsi, est aussi odieux et monstrueux que les précédents sur le sol Britannique, ou un peu partout ailleurs en Europe ou dans le monde.

 
Pour l'instant, nous n'en savons pas plus, si ce n'est que sont auteur a été arrêté. Est-ce un membre de Daesh ? Dans ce cas, cela prouve que les membres de l’État Islamique se servent de la religion comme prétexte. En fait, ce ne sont que des barbares qui utilisent celle-ci pour propager la haine et la violence, la destruction et la mort. Ils n'ont que faire des croyants, quelle que soit leur confession ou leur origine, puisqu'à chaque fois qu'ils sèment l’horreur, il y a des musulmans parmi les victimes. Et pourtant, ils se disent "vrais musulmans". Donc, leur idéologie ne tient pas la route.
 
Est-ce un extrémiste catholique ou autre, qui s'en prend aux musulmans comme boucs émissaires. Et là, celui-ci est aussi ignoble que ceux qu'il condamne. Par ses agissements, il leur donne des raisons de nous haïr et de vouloir nous exterminer. Il leur fournit des armes idéologiques contre notre modèle de civilisation. Et c'est tout aussi condamnable.
 
Sur ce, je vais consacrer mes prochains jours et mes prochaines semaines à corriger, réactualiser, modifier, augmenter, mon texte intitulé "Dieu et le Big Bang". Il sera ensuite publiable. J'enverrai donc mon manuscrit à un éditeur digne de ce nom. Avant de reprendre la rédaction de mon ouvrage sur les "Origines idéologiques et ésotériques du Nazisme". Je vais débuter dès cet après-midi en réunissant tous les documents en ma possession sur le sujet, afin de les adapter, de les intégrer à ce texte. Puis, je vais en poursuivre l'introduction, et enfin, entamer le chapitrage...