X3Ainsi, il y a 65 millions d'années, un météore géant qui s'est abîmé dans le Golfe du Mexique a conduit à un nouvel Age Glaciaire et à l'extinction des dinosaures. Durant des centaines d'années, les particules émises à la suite de l'explosion ayant suivi la chute d'un astéroïde de près d'un kilomètre de diamètre, ont caché le Soleil et ont plongé le globe dans la pénombre. Tous les animaux pesant plus de vingt kilos ont disparu. Parmi ceux qui ne se sont pas éteint, il y avait un marsupial ressemblant à un rat ou à un castor. C'est de lui que descendent tous les mammifères vivant actuellement – et notamment l'hominidé.

Qu'est ce qui s'est passé pour qu'à un moment donné son parcours diffère de celui de la Terre ; alors que toutes les conditions étaient réunies pour qu'elle évolue de la même manière qu'elle. La découverte d'eau dans les profondeurs de son sol pourra nous apporter un début de réponse.

Plus important encore, si de l'eau s'y trouve, c'est que de l'eau, sous une forme ou sous une autre, peut être apparue sur une autre planète tellurique de notre Système Solaire ; ou sur l'un de leurs satellites. A mon avis, ceci est peu probable, mais pas à rejeter entièrement. J'irai même encore plus loin : si de l'eau y existe, c'est qu'elle existe aussi forcément sur d'autres planètes en dehors de notre Système Solaire.

Il est prouvé depuis quelques années que des planètes telluriques tournent autour d'étoiles ayant le même volume et le même age que notre Soleil. Éparpillées aux quatre coins de la Voie Lactée et des milliards de milliards de galaxies, il y a en a des plus petites ou des plus grosses ; qui sont impropres à l'apparition de l'eau ou de la Vie. Mais nous savons aussi qu'un certain nombre, de taille équivalente, ont été découvertes.

Or, cette eau martienne ouvre des perspectives vertigineuses. Si il y en a là, il est plus que probable que certaines de ces planètes en possèdent également. Quand on sait que, selon les statistiques, moins d'un pour cent des Systèmes Stellaires de notre seule Voie Lactée ont des chances de cacher des planètes semblables à la Terre, cela nous laisse malgré tout un million de possibilités. Et si, sur ce million, un pour cent a de l'eau sur son sol, cela revient a une dizaine de milliers. Et sur ce dizaine de milliers, encore un pour cent capables d'engendrer la vie, cela fait, au final, une centaine susceptibles de détenir des espèces vivantes. Et ceci, rien que pour la Voie Lactée. Alors que l'Univers compte des milliards de milliards de galaxies.

Aujourd'hui, notre planète est à bout de souffle. En 2050, nous serons plus de neuf milliards. La pollution, les changements climatiques, la rarification des matières premières, l'extinction de races animales entières, la désertification ou la montée des océans vont entraîner des bouleversements globaux comme il s'en est déjà produit par le passé.

Plus haut, je parlais de l'extinction des dinosaures. Mais sans aller si loin, la dernière glaciation ayant vu l'Homme de Néanderthal s'éteindre pour laisser l'Homo Sapiens Sapiens (nous) dominer est un exemple des plus frappants. Et ceci n'a été la conséquences de l'un des bouleversements mineurs que le Globe a maintes fois connu au cours de son existence.

La grande différence avec ces derniers auxquels l'espèce humaine a tant bien que mal survécu depuis trois millions d'années, c'est que cette « sixième extinction », comme elle est déjà appelée, n'est pas liée à la Nature. Elle est l’œuvre exclusive de l'Homme. Et nous n'en sommes qu'aux prémisses. Elle va s'amplifier au cours des prochaines décennies. La Terre qui entrera dans le 22ème siècle – celle de nos petits-enfants – n'aura rien à voir avec celle dont nous étions les locataire à la venue au monde de notre génération. Et si nous voulons voir nos petits-enfants affronter le mieux possible les épreuves qui les attendent, il est vital de regarder vers le ciel. Il est essentiel de laisser nos querelles intestines et futiles de coté. Il est nécessaire de nous concentrer sur ce qui est encore faisable afin que l'Humanité survive aux cataclysmes qu'elle a enfanté.