X1Deuxièmement, il y a une chose qui m'irrite particulièrement, depuis que je suis devenu relativement connu par mes textes sur Facebook. Je sais que nombreux et nombreuses sont les personnes qui me lisent, ou qui partagent ce que je diffuse. Or, parmi eux, il y a des importuns qui veulent faire parti de mes contacts, et que je ne désire pas côtoyer.

Ce sont des gens sournois, parfaitement reconnaissables. Lorsqu'ils me font une demande « d'amitié », leur photo montre une superbe jeune femme ayant entre vingt et trente ans. Ses poses sont suggestives, et elle ne porte que peu de vêtements. Il n'est pas difficile de deviner ses intentions ; à première vue. Il s'agit, soi-disant, d'une jeune femme désirant rencontrer des hommes afin d'avoir des aventures érotiques – pour ne pas dire plus – avec lui. Elles habitent – soi-disant – en France. Aux quatre coins du pays, et de temps en temps dans les alentours de la ville où j'habite.

Je ne suis pas intéressé par ce genre de jeune femme. J'aimerai que ceux ou celles qui se cachent derrière ce genre de profil le comprennent.

Habituellement, ces profils ne sont pas actifs longtemps. Ils sont juste là pour attirer le crédule, le naïf, qui croit qu'une créature de rêve est susceptible d'avoir succombé à son charme. Alors que celle-ci surgit de nulle part, se manifeste à un inconnu sans le connaître par un autre biais.

Au début, il y a plusieurs années, curieux que je suis, j'ai accepté une de ces demandes d'amitié. Or, je n'y suis pas resté longtemps. La méthode est toujours la même, je l'ai appris plus tard, et désormais je sais la reconnaître systématiquement. On ne m'y prend plus. Car c'est comme pour les spams frauduleux afin de piéger les utilisateurs d'internet. Puis, ensuite, leur extorquer de l'argent.

Bien évidemment, ces jeunes femmes n'existent pas. Malheureusement, il y a toujours une poignée de rêveurs et de crédules qui se laissent avoir. Je m'en suis rendu à cette époque. Leurs contacts sont tous masculins. Ils sont tout au plus quelques dizaines. Ils croient que la sublime personne qui les a contacté a flashé sur eux.

Alors que derrière l'écran – situé en Cote d'ivoire ou au Nigeria surtout -, ce sont des jeunes gens qui essayent d’hameçonner une proie. Ils commencent à discuter avec lui. Se faisant passer pour cette jeune femme, ils lui envoient une photo où celle-ci est sublime… et légèrement vêtue. La jeune femme est toujours occidentale.

Au fur et à mesure de la discussion – soit le jour même, soit après plusieurs jours d'échanges -, la soi-disant jeune femme lui avoue qu'elle est tombée amoureuse de son interlocuteur. Le piège se referme lentement. Elle explique qu'elle se trouve en Afrique pour des raisons professionnelles ou familiales. Hélas, la pauvre, n'a plus d'argent pour revenir en Europe. Cependant, elle a envie de rencontrer celui qui l'a séduite. Alors, si il pouvait lui prêter de l'argent, elle se rendrait en France. Elle le rencontrerait. Et enfin, leur histoire d'amour pourrait véritablement débuter.