X3Mais je vous le répète : renseignez vous par vous même pour vous apercevoir si ce que je dis est vrai ou non. C'est le meilleur précepte que je puisse vous conseiller. Et puis, au lieu de vouer aux gémonies, une dernière chose : lisez les autres textes sur la Religion que j'ai déjà publié. Si vous ne les retrouvez pas, je suis susceptible de vous les fournir. Cela ne me pose pas de problèmes, si vous avez une adresse mail ou vous les expédier.

Car, bien entendu, ce texte, de même que celui d'hier, ne dévoilent pas l'entièreté de ma réflexion à ce propos. C'est trop vaste et trop complexe pour que quelques pages suffisent à élaborer la totalité de ce que je sais, de ce que je pense, sur tout ceci.

Il y a quelques mois de cela, ceux et celles qui l'ont lu pourront vous le souligner, j'ai édité ici et ailleurs, un exposé d'une soixantaine de pages intitulé « Dieu et le Big Bang ». Parallèlement, j'ai écris d'autres exposés moins long, et reflétant le fragment d'un autre aspect de ce qu'est la Religion, Dieu et ses textes, pour moi. Actuellement, cet ensemble constitue plus d'une centaine de pages. Et je l'alimente régulièrement, comme ces deux derniers textes le démontrent ; si besoin était.

Alors, plutôt que de me juger et de me condamner – pour ceux et celles qui s'y emploient à chaque fois -, questionnez moi. Demandez moi mes sources, d'où je tiens mes affirmations. Un certain nombre apparaissant dans les exposés que j'ai déjà écrit, en les lisant, vous verrez de quoi il retourne.

Mais, après tout, il est vrai qu'il est plus facile, une fois encore en matière de religion, de se contenter du minimum. De rester sur ses positions, plutôt que d'aller chercher les réponses ailleurs que dans ce qu'on veut nous faire voir comme « LA » vérité. Il est plus aisé de demeurer aveugle, arc-bouté sur ses certitudes. Il est plus simple de juger et de condamner quelqu'un qui a passé des années à creuser, à chercher, à tenter de comprendre ce qu'est le phénomène religieux et ce besoin viscéral de Dieu. Plutôt que d'emprunter un chemin mystique o combien plus exigeant et difficile que de se référer à ce qui est habituellement propagé. Oui, tellement plus simple et plus facile. Comme toujours.

Vous ne ressentez pas la nécessité d'aller plus loin que ce que l'on vous affirme, que ce que l'on vous enseigne. Grand bien vous fasse. Si cela vous satisfait. Ce n'est pas mon cas. Je ne désire pas demeurer ignorant, sourd, suivre la meute parce que l'on m'a dit que c'était ce en quoi je devais croire ; obligation de croire !!! Non. Je n'ai jamais été cette sorte d'individu, et je ne le serai jamais. Même si on me voue aux flammes de l'Enfer, que l'on me traite de mécréant ou d'hérétique, je n'ai pas peur. Et je ne reculerai pas. Je ne suivrai pas le troupeau parce que l'on me considère comme un membre du troupeau. Je ne me soumettrais jamais à ce genre de « diktat ». Au contraire, plus on tentera de me contraindre, plus je me battrai contre cette contrainte, ainsi que contre ceux et celles qui désirent me contraindre à embrasser leur vision de la Foi, de Dieu, ou de leurs Dogmes et autres textes théologiques.

Mais après tout, n'est-ce pas ce que la Religion proclame : tais-toi, crois, courbe l'échine devant le Tout-Puissant, et ne te pose pas de questions. Eh bien, pas moi. Cela ne me suffit pas. J'ai besoin de plus dans ce domaine. De beaucoup plus. Alors, je cherche. Et non seulement je cherche, mais de plus, je ne tais pas mes interrogations, les réponses que j'ai découvertes, ou les nombreuses étapes de la route mystique qui est la mienne...