X3Autre conséquence, évidemment, c'est que les entreprises qui s'y sont délocalisées, ont mis au chômage des millions de personnes chez nous. Avec la globalisation et l'échange si simple et si aisé des marchandises entre les différentes parties du monde, pourquoi faire ici ce que l'on peut faire là-bas. C'est donc le moteur de leur croissance ; mais aussi le moteur de notre « décroissance ». Quand on y rajoute la fin de l’Ère industrielle telle qu'elle a existé durant près de 150 ans ; le monde ouvrier n'en finit pas d'agoniser.

Le monde agricole prend le même chemin, parce que subissant la concurrence des pays à bas coûts, le regroupement au sein de multinationales de l'agro-alimentaire. Les perspectives ne peuvent donc qu’être des plus sombres.

Il ne faut donc pas se leurrer. Les seules industries qui ont encore un avenir relativement serein devant elles, sont les industries innovantes. Ce sont aussi les industries du « loisir », sous toutes ses formes. En Occident en tout cas. Et jusqu’à ce que notre civilisation à bout de souffle finisse par péricliter dans son ensemble au terme de l’ère « tout pétrole ». Durant ce laps de temps, de quelques dizaines d'années tout au plus, non seulement l'immigration de masse telle qu'elle est matérialisée par le conflit avec Daesh, va se poursuivre. Mais, il va augmenter.

Jadis, le mur de Berlin n'a pas empêché réfugiés nés de l'autre coté du « Rideau de Fer » d'essayer de fuir vers cet idéal que symbolisait l'Europe occidentale. Les barrières sont tombé en 1989. En ériger d'autres, pour des raisons climatiques ou religieuses, ne les empêcheront pas de s'écrouler à leur tour tôt ou tard. C'est inévitable.

D'autre part, en ce qui concerne plus spécifiquement l'emploi, il est évident que le temps partiel et les contrats à durée déterminée vont devenir la norme à plus ou moins brève échéance. Un : parce que tous les emplois « industriels » n'existent pratiquement plus, à quelques exceptions près. Deux : parce que, même s'ils revenaient, la main d’œuvre nécessaire pour les exécuter, n'a pas besoin d'être abondante. Deux ou trois ouvriers, accompagnés de robots automatisés et travaillant 24h/24h et 7j/7j accomplissent davantage de taches que 1000 ou 2000 ouvriers d'autrefois. Et trois, parce qu'avec les modifications en profondeur de notre mode de vie, les métiers vont de plus en plus se spécialiser.

Enfin, il ne faut surtout pas sous-estimer ce que la robotique et l'informatique ont modifié de manière considérable. Et ce qu'ils vont continuer à transformer dans les années et les décennies à venir. Les gens vont bientôt pouvoir travailler en permanence de chez eux, faire leurs courses de chez eux. Les automobiles de demain n'auront pas besoin de conducteur, puisqu'elles se conduiront toutes seules. Les taches les moins valorisantes ou les plus répétitives vont être prises en charge par des robots de plus en plus perfectionnés. Communiquer via Internet va faire disparaître le téléphone ; les mails, les envois postaux. Les téléphones et les ordinateurs de plus en plus miniaturisés vont devenir des parties intégrantes de notre corps. Un peu comme les cœur artificiels que l'on peut remplacer ou améliorer en cas de défaillance du tissu humain. La biotechnologie va autoriser la réparation , la valorisation, l'augmentation des capacités des bras, des jambes, etc.

Nous sommes donc à l'aube d'une nouvelle évolution, ainsi que d'une révolution sans commune mesure avec celles que l'Homme a connu jusqu’à présent.

 

A suivre...