X1Je ne m'attarde pas. Je souhaite juste rassurer ceux et celles qui me suivent ou me lisent :

 
Je suis extrêmement fatigué, nerveusement, moralement, psychologiquement, physiquement, etc., mais je survis. Vivre est un mot encore trop relatif pour qu'il me définisse correctement. Donc, je survis sans de véritable horizon, sans de véritable regard sur demain, après-demain, ou les jours d'après. Le principal étant que je sois là.
 
Je tente comme je peux, de me reposer, de m'éloigner de tout ce qui m'a meurtri, éprouvé, terrorisé, détruit, ces derniers temps. Ce n'est pas simple ni facile. Je fais ce que je peux en fonction de mes possibilités et de mes capacités. Parce que je me sens vide, bien au-delà de mes limites.
 
Je tenais donc partager avec vous ce petit mot pour dire de ne pas vous inquiéter pour moi. Je suis là. Mème à peu près silencieux et invisible, je ne suis pas très loin. J'ai seulement besoin de recouvrer mes forces, de l'espoir, de l'envie de poursuivre mes projets, qu'ils soient littéraires, historiques, ou autres. J'ai besoin que mon quotidien me laisse "définitivement" en paix pour de nouveau pouvoir répondre présent à ce qui m'attends demain, après-demain, la semaine prochaine, dans un mois, etc...