X1L'immense majorité des personnes usant de ce réseau social l'emploient pour se vider la tète. Moi, j'y recoure pour nouer des liens amicaux à enrichir en dehors de cette réalité virtuelle éphémère. J'y recoure pour apprendre de nouveaux savoir, pour me cultiver, pour étudier, pour découvrir le monde. J'y suis pour développer de nouvelles réflexions sur l'actualité, sur la philosophie, que sais-je encore...

 
Par contre, je ne souhaite pas participer à ce système qui fait de l'homme un mouton sans cerveau, s'abrutissant en permanence par son aveugle comportement. Je ne veux pas avilir et déprécier mon âme en me soumettant à toutes ces contingences précaires, périssables, évanescentes.
 
Je suis en effet parfaitement conscient que ces mots sont destinés à disparaitre et être oubliés presque immédiatement au profit de publications stupides, imbéciles, ou niaises ; pour être poli. Je fais confiance à ces rouages des GAFA - ou autres -, humains ou non, pour resserrer leur emprise afin de les abrutir davantage encore. Afin de les instrumentaliser à outrance, comme les moutons qu'ils sont à leurs yeux.
 
Parce que vous et moi, ne l'oubliez jamais, nous ne sommes uniquement considérés en tant que consommateurs décérébrés destinés à les enrichir. Nous ne sommes que des consommables bons à jeter à la poubelle une fois une fois notre argent dépensé, une fois endettés, une fois convertis idéologiquement ou dogmatiquement. Nous ne sommes là que pour être instrumentalisés au profit de leurs intérêts, que pour êtres pressurés, avant d'en devenir les déchets incapables de penser sans se référer à nos tablettes, à nos téléphones portables, etc.
 
Pire encore, et contribuer ainsi à un système que nous vénérons d'un coté, et que nous haïssons de l'autre. Auquel nous rêverions d'échapper, mais sans lequel nous serions désormais perdus. Étrange paradoxe auquel nous nous soumettons de notre plein gré ; à la fois sidérant, absurde, délirant, flirtant avec l'addiction et l'aliénation.
 
Et si moi, j'écris ici chaque jour que Dieu - laissez-moi rire !!! - fait, ce n'est pas pour contribuer à cette vision fataliste des choses. Chacun - normalement ?, - mais n'est-ce-pas trop tard, me dis-je lorsque je survole malgré moi les textes, les photos, les vidéos ici présentées - pour beaucoup de ceux et celles qui s'y plient sans réfléchir à ce qu'ils font.
 
De fait, il est évident, j'use de cet outil régulièrement pour des raisons qui n'ont rien à voir avec les excès et les abus que je dénonce dans ce texte, ou dans des similaires rédigés plus ou moins récemment. Je suis là pour qu''il me soit utile à faire connaissance avec des personnes qui ont envie de "rencontrer", de "parler" - au sens propre du terme - avec des gens différents, ouverts à la diversité, à la connaissance, à la tolérance.
 
Car, en ce qui concerne cette immense majorité d'autres que je ne suis pas - et ne suivrai jamais dans l'utilisation qu'ils font de ce réseau social, ou d'internet en général, il est évident que nous ne vivons pas dans le même monde. Et que nous n'y vivrons jamais, puisqu'ils sont des moutons. Et que je tente modestement, humblement, de faire en sorte d'en être un le moins possible - bien qu'on ne puisse jamais totalement y échapper -. Cependant, souvent à mes dépends, ayant régulièrement l'impression de "prêcher dans le désert", je me bats contre cette fatalité avec force. Je mets toute ma volonté et mon espoir d'apporter ma petite pierre dans le but de faire évoluer les mentalités.
 
Maintenant, je me libère de l'ascendant de Facebook. Et je retourne à la rédaction de mon livre destiné à être publié chez un éditeur digne de ce nom...
 
Dominique Capo