X2Le bonheur, c'est simple comme une femme qui illumine notre vie. Le bonheur, c'est de pouvoir s'endormir et se réveiller à ses cotés chaque jour que Dieu fait. Le bonheur, c'est de prendre soin d'elle, d'être prévenant, d'être galant, d'être dévoué, à son égard. C'est d'être présent à chaque fois qu'elle en a besoin.

 
C'est de lui consacrer tout son temps. C'est de la respecter et de l'honorer de toutes les façons possibles et imaginables. C'est, chaque fois que c'est réalisable, la surprendre par de petites attentions. C'est de l'accepter telle qu'elle est véritablement. C'est de la comprendre, de l'écouter, même si ce n'est pas simple ou facile quotidiennement.
 
C'est encore de la protéger, c'est de prendre soin de son bien-être, de sa santé, de ses joies ou de ses peines. C'est de prendre en considération ses forces et ses faiblesses, ses valeurs et ses failles, ses victoires et ses défaites. C'est de ne jamais oublier qu'elle est notre égale. C'est de bannir le machisme, le sexisme, la ségrégation dont elle est la victime de la part de certains hommes parfois. C'est de condamner les violences - conjugales, sexuelles, etc. - dont elle est trop souvent l'objet.
 
C'est de faire en sorte de voir ses yeux briller de joie. C'est de partager avec elle tout ce qu'il y a de plus grand, de plus beau, issu de notre humanité. C'est de ne pas la soumettre à une idéologie, à une philosophie, ou à une religion. C'est de ne pas la condamner, au nom de traditions obsolètes, à s'incliner devant quelqu'un qui voudrait se prétendre son "maitre".
 
C'est enfin de l'aimer, et de l'aimer encore. C'est de succomber sans retenue à ses charmes, à sa sensualité. C'est de s'abandonner à sa volupté, à sa féminité. C'est de se perdre dans son regard ; c'est de se perdre en elle, en vérité. C'est de s'unir à elle physiquement afin d'atteindre les tréfonds de son âme, de sa personnalité. C'est d'explorer son corps afin de toucher son cœur, ses émotions les plus magnifiques et les plus intimes. C'est, au gré de ses gémissements de désir, alors qu'elle se cabre de plaisir, de lui montrer que nous sommes liés à elle à tout jamais.
 
Car c'est une bénédiction de s'offrir entièrement et définitivement à elle lors de ce fragment d'éternité. Et plus encore, c'est un privilège, lorsqu'elle vous a choisi pour partager sa vie, d'épouser toutes ces facettes de l'existence - et bien d'autres que je n'ai pas évoquées - ; parce qu'elles sont en permanence inscrites en moi quand j'ose m'évader de mon refuge et tenter en vain de l'approcher...