X3Que dire d'autre aujourd'hui que je suis triste et malheureux de voir sans cesse se déverser en permanence tant de haine et tant de violence sur les réseaux sociaux. On est pour telle personne, on est contre telle personne, peu importe. On adhère à tel parti, on adhère à tel autre, ce n'est pas le plus important. On est d'accord avec telle idéologie, on ne l'approuve pas, là n'est pas l'essentiel.

 
Il suffit d'observer ce qui défile en ce moment même sous mes yeux : d'abord, Dany Boon qui est censé appeler à voter Macron au deuxième tour. De quoi ? L'intitulé ne le dit pas, mais je suppose que c'est pour les européennes. Des smileys représentant des "grr" ou des rires l'accompagnent. Et alors ?
 
Est-ce son opinion qui compte ? Est-ce par sa position que les européennes vont être remportées par tel ou tel parti politique ? Évidemment, non. En tant que personne publique, il a le droit - comme n'importe quel anonyme d'ailleurs - de partager ce qu'il pense, vers qui va sa préférence. Doit-on le vouer aux gémonies pour autant. Bien-sûr que non. Cependant, les outrances de plus en plus violentes, barbares, se déchainent contre lui. Comme n'importe quel individu qui ose dévoiler son opinion, sa pensée, ici ou ailleurs. Mais où va t'on ?
 
Je descends un peu plus bas : maintenant, il s'agit de l'incendie de Notre-Dame. Une photo de celle-ci, et en dessous un titre : "Des artisans ayant travaillé à Notre-Dame déclarent ne pas arriver à comprendre l'incendie". Encore des théoriciens du complot de tous poils qui se déchainent à leur tour sur les réseaux sociaux. Il faut évidemment qu'il y ait un coupable, que ce soit intentionnel. Et si c'était de la faute du Gouvernement, pour détourner l'attention du public d'autres faits de l'actualité, ce serait encore mieux.
 
Est-ce leur métier, à ces artisans, de comprendre comment s'est déclaré l'incendie de Notre-Dame ? Ce n'est pas leur métier. Eux, sont des ouvriers spécialisés dans la réfection de tels ouvrages d'art. Ils ne sont pas spécialisés dans le départ d'incendie. Ce sont les pompiers, les enquêteurs, les mieux à même de déterminer ce qui s'est réellement passé. Mais ce n'est pas grave ; on s'en donne à cœur joie parce qu'il faut déverser son ressentiment sur quelqu'un. Parce qu'il faut profiter de n'importe quel sujet, de n'importe quelle occasion, pour accabler ceux qui l'ont sauvé.
 
En dessous encore, toujours la mème personne d'ailleurs : "187 migrants mineurs obtiennent un abri dans un hôtel" ; avec de nouveaux "grr" ou smileys mécontents. On n'en sait pas plus sur cette histoire. Ni le pourquoi, ni le comment. Mais parce que ce sont des migrants, des étrangers - des envahisseurs donc -, il faut les stigmatiser. Je soupçonne la personne qui publie de tels posts d'être une raciste, xénophobe, partisane du RN à mon avis. C'est son droit, sa liberté, et sa liberté d'expression également. Mais ce qu'elle fait là est de la propagande, du matraquage, afin de propager les idées monstrueuses du RN - selon moi - en vue des prochaines européennes. C'est visible comme le nez au milieu du visage.
 
Tout est bon pour montrer le vrai visage de certaines personnes, et de certaines idéologies en cours à l'heure actuelle. Tout est bon pour susciter la violence, la haine. Tout est bon pour aggraver les tensions entre les différentes communautés de notre pays.
 
Ah, ensuite, c'est Macron qui s'en prend aux associations de protection animale. une fois de plus, tout est bon pour tirer à boulet rouge sur notre président de la République. Une autre personne au-dessous : l'Algérie n'appartient pas au monde arable. Plus loin : Raphaël Glucksmann est un Thatcher de Gauche avec d'autres "grr" et indignations. Mème si c'était vrai, c'est son droit. Pourquoi, qui, dans quelle intention, avec quelles arrières pensées idéologiques, ce genre de propos qui ne sont pas forcément vrai - et même si c'est vrai, peu importe à vrai dire - sont-ils divulgués.
 
Un Noir pris en photo en train d'uriner dans un lavabo, avec un commentaire : "c'est culturel". Quelle honte de tels discours. Je suis blanc, je l'ai déjà fait. Quel homme ne l'a pas déjà fait à une occasion ou a une autre. Mais parce qu'il est noir, c'est forcément culturel, et il faut le stigmatiser pour cela. Et enfin, quelqu'un qui s'indigne : Facebook supprime le compte du blogueur antisémite et extrémiste Boris Le Lay. Avec juste raison. J'approuve cette décision de Facebook. Pour ceux et celles qui s'en indignent, l'antisémitisme est un crime passable d'amende ou de peine de prison dans notre pays.
 
Voila quelques uns des partages qui défilent à longueur de journée sur mon fil d'actualité. Je ne suis pas le seul, évidemment. Quelle honte, quelle ignominie. Tant de haine, tant de violence, tant de barbarie. Tant de propagande, tant de fakes-news, tout cela pour occuper le terrain et abreuver les crédules, les naïfs, les incultes de faits tronqués ou manipulés. Tout cela, parce qu'il faut s'en prendre à tous ceux dont les idées, les propos, les pensées, ne plaisent pas à ceux et celles qui les diffusent. C'est ça, la liberté de s'exprimer. Qu'y a t'il de constructif, de rassembleur, là-dedans ? Qu'y a t'il comme solutions à la crise que traverse notre pays actuellement ?
 
C'est minable, c'est pitoyable. J'ai pitié pour ceux et celles qui s'emploient à partager de tels posts. Ils sont non seulement pas très intelligents, ils ne se renseignent pas par diverses sources, sur la véracité de ce qu'ils propagent. Ce n'est pas leur but, il est vrai. Mais, c'est là ou en usant de sa raison, de son intelligence, d'un minimum de connaissance, de réflexion, on se rend compte à quel point a violence est partout. La violence gangrène tout. Comme si c'était la seule solution pour permettre de s'exprimer.
 
Je ne suis pas pour Macron. Je n'aime pas le chemin sur lequel il conduit la France. Je n'aime pas son arrogance. Je n'aime pas ce monde qu'il représente. Il n'a pas les bonnes solutions, je ne le redirai jamais assez. Cependant, il est notre Président, et je respecte l'homme, comme je respecte n'importe lequel d'entre nous, d'entre vous. C'est un minimum. Je respecte l'autorité de l’État, ses représentants, son armée, sa police. Sans eux, ce serait l'anarchie. Et je ne le désire pas pour mon pays, ce serait pire que tout. Ni Macron, ni Le Pen, ni Mélenchon, etc. ne trouveront des solutions pour sortir notre pays de la Crise. Mais l'Europe, le reste du monde non plus. L'Histoire est en mouvement. Nul ne peut la stopper. Nous assistons juste à un changement de civilisation. Que nous l'acceptions ou pas, nous y assistons.
 
Je ne suis ni de Droite, ni de Gauche. Tous les partis politiques qui se battent comme des chiffonniers pour un pouvoir qui leur échappe, je n'y crois pas. Tout comme l'ultralibéralisme actuel, tout comme le communautarisme, tout comme le repli identitaire, etc. ne sont pas les solutions. Nous arrivons à la fin de la Civilisation capitaliste, telle qu'elle a évolué jusqu'à présent, et ce depuis le milieu du XIXe siècle. Cependant, ce n'est pas pour autant que ces idéaux rétrogrades propagés ici et ailleurs sont ce qui nous sauvera. Tout simplement parce que la société à changé. Et que ce qu a été fait hier - communisme, qui est égalitarisme meurtrier ; extrémisme de Gauche ou de Droite ; on a vu les dizaines de millions de morts engendrés par ces idées -, ont été des échecs. Pire, ils ont été des crimes contre l'Humanité.
 
Alors, désolé pour les hommes et les femmes qui tentent par tous les moyens me faire plier, ils n'y parviendront pas. Désolé pour eux, ils ne me soumettrons pas à leur vision de l'homme, du monde. Leurs dogmes, leurs croyances, révèlent leurs instincts les plus vils, les plus primaires. Ils me rappellent ces Cro-Magnon de jadis qui ne s'exprimaient pas encore par la parole, au travers de pensées sensées, cohérentes. Ils sont les agents du retour à ces Ages Obscurs ; parce qu'en incitant les masses à demeurer amorphes, passives, face à leurs posts, ils les transforment en esclaves volontaires. Ils font d'eux des fatalistes, des indifférents, des résignés, face à la brutalité du monde. Ils leur font progressivement accepter leurs idéologies monstrueuses comme quelque chose de normal ; ils les habituent à elles. Jusqu'au jour où, d'eux mêmes, à force d'y être accoutumé, ils les embrasseront. Ils verront en elles l'unique vérité, l'unique solution à mettre en pratique.
 
Hitler, en son temps, a user des mêmes ressorts. Rien de nouveau à l'horizon. Le monstre est toujours là, prèt à nous dévorer, prêt à nous emporter. Et avec lui, toutes les valeurs auxquelles nous tenons. Et avec lui, notre modèle de société, notre civilisation.
 
Désolé, je ne participerai jamais à cette Apocalypse programmé. Désolé, je ne deviendrais jamais un de ces moutons qui laisse faire sans se battre. Je ne me soumettrai pas, dussé-je y perdre la vie, ma liberté, etc. Et je ne laisserai pas la "masse" qui, lorsqu'elle se rassemble lors de mouvements outranciers, violents, barbares, se laisse emporter par cette décadence.
 
Dominique Capo