12 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 166 à 168 ; Tout cela n'est pas bien sérieux, première partie :

Non seulement, je suis outré ; mais je suis également indigné et furieux : ce matin, en ouvrant ma page personnelle Facebook, je me suis aperçu que l'un de mes nombreux contacts me demandait l'autorisation d'y publier un texte personnel. D'habitude, je n'y suis pas hostile. Bien au contraire. Cela prouve qu'il y beaucoup de personnes – issues de lieux, de milieux sociaux ou professionnels, divers et variés – qui lisent et s’intéressent aux exposés, aux réflexions philosophiques, sociales, politiques, religieuses, etc. que... [Lire la suite]

10 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 163 à 165 ; Je zappe et je passe, première partie :

Il est intéressant de constater à quel point il est aisé d'oublier ce pourquoi on s'est indigné ou révolté hier. Le jour des attentats de Bruxelles, tout le monde s'est élevé contre la monstruosité dont la capitale de la Belgique a été l'objet. La télévision, les radios, la presse écrite, évidemment, ont relayé, parfois pratiquement minute par minute, ou heure par heure – les événements dramatiques qui s'y sont déroulés. Ces actes liés à l’extrémisme le plus barbare, et destinés à nous rappeler que nous sommes les proies de ces... [Lire la suite]
20 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 135 à 136 ; Le statut de la femme en Religion, troisième partie :

Quand j'y songe, en résumant en quelques mots tout ceci, j'ai l'impression que la femme est considérée comme une marchandise destinée, de son berceau à sa mort, à être la possession de l'Homme. D'abord de son père ; de ses frères ou de ses cousins ensuite, si celui-ci meurt prématurément. Puis, de son mari, et enfin, de son ou de ses fils qui la mettent sous tutelle. Tandis que les Califes possédaient des harems constitués de dizaines de concubines, ou que les musulmans d'hier ou d'aujourd'hui sont autorisés à être polygames.... [Lire la suite]
16 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 130 à 132 ; Addendum à mon article "les Paradoxes du Phénomène Religieux", dernière partie :

Mais je vous le répète : renseignez vous par vous même pour vous apercevoir si ce que je dis est vrai ou non. C'est le meilleur précepte que je puisse vous conseiller. Et puis, au lieu de vouer aux gémonies, une dernière chose : lisez les autres textes sur la Religion que j'ai déjà publié. Si vous ne les retrouvez pas, je suis susceptible de vous les fournir. Cela ne me pose pas de problèmes, si vous avez une adresse mail ou vous les expédier. Car, bien entendu, ce texte, de même que celui d'hier, ne dévoilent pas... [Lire la suite]
15 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 128 à 130 ; Addendum à mon article "les Paradoxes du Phénomène Religieux", troisième partie :

Aujourd'hui, la connaissance de l'Homme, du Monde, de l'Univers, est infiniment plus vaste qu'à l'époque où ces religions sont nées, se sont développées, puis se sont éteintes ; pour la plupart d'entre elles. Mais celles qui sont mortes se sont malgré tout partiellement perpétué au travers des apports qu'elles ont transmis aux dogmes et aux textes religieux actuels ; à la vision que ces dernières portent en elles. Je sais que beaucoup vont me fustiger. Cependant, il est incontestable que les religions de l'Antiquité, se... [Lire la suite]
14 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 126 à 127 ; Addendum à mon article "les Paradoxes du Phénomène Religieux", seconde partie :

Un certain nombre de mes lecteurs et de mes lectrices qui me connaissent depuis longtemps le savent : mon itinéraire personnel se situe en marge du parcours habituel d'une personne « normalement » constituée. Notamment parce que j'ai énormément étudié à la Bibliothèque dans des domaines aussi hétéroclites – mais parents – que sont l'Histoire, la Genèse des Civilisations, la Religion – sous toutes ses formes -, les Mythes, l'Ésotérisme, la Philosophie, la Littérature, etc. J'ai décortiqué des centaines, des milliers... [Lire la suite]

13 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 125 à 126 ; Addendum à mon article "les Paradoxes du Phénomène Religieux", première partie :

Une fois encore – mais cela ne me surprend guère -, mon exposé d'hier sur les dérives du phénomène religieux, a été beaucoup commenté. Ce n'est pas la première fois, ce ne sera certainement pas la dernière fois non plus. En effet, c'est un aspect de l'être humain sur lequel je me penche de temps en temps parce qu'il y a beaucoup à en dire. Evidemment, en un seul texte comme celui que j'ai publié hier – ou même les précédents -, je ne peux détailler en profondeur l'ensemble des perspectives de ce thème éminemment complexe, divers, et... [Lire la suite]
12 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 125 à 126 ; les Paradoxes du Phénomène Religieux, dernière partie :

Al Qaida et Daesh ne sont pas davantage que des émanations de ce processus de radicalisation d'une petite fraction du monde musulman. Petite certes, mais bruyante et éminemment dangereuse. Une tentative ultime et désespérée de garder la mainmise sur des populations qui n'aspirent qu'à une seule chose : profiter de cette mondialisation, de cette société de consommation qui les émerveille, et dont l'Occident est le détenteur. Même si elles savent pertinemment qu'au final, que ce soit par les armes, ou idéologiquement, c'est un... [Lire la suite]
11 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 123 à 125 ; les Paradoxes du Phénomène Religieux, troisième partie :

Est-ce un bien ? Est-ce un mal ? Je n'ai pas à juger notre monde. Il est tel qu'il est, avec ses bons et ses mauvais cotés. Comme chaque époque ou chaque civilisation a eu ses bons et ses mauvais cotés. C'est ainsi, et malgré tous les efforts de ceux et de celles qui souhaitent nous faire revenir en arrière, c'est impossible. Ils n'y réussiront pas. Et les personnes qui s'y sont déjà essayé par le passé, ont toutes échoué ; et le plus souvent, en provoquant des conflits majeurs, et au final, en étant emportés par ces... [Lire la suite]
10 juillet 2017

Brèves Philosophiques, pages 122 à 123 ; les Paradoxes du Phénomène Religieux, seconde partie :

Ces Religions ne se sont jamais remises en question. Elles se querellent comme des enfants dans une cour de récréation. Leurs plus hauts dirigeants – qui ne sont que des hommes, je le rappelle -, sont soumis aux mêmes contraintes humaines que n'importe qui. Ils sont autant habités par l'amour que par la haine, par le bonheur que par le malheur, par la joie ou la souffrance, par la maladie ou la santé. Ils ne sont pas au-dessus des autres ; même si un certain nombre en soient malheureusement convaincus. Ils jugent et condamnent... [Lire la suite]