10 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 969 à 970 / 1803

Mais le prestige du titre royal permet encore à Henri V de reprendre l’initiative. Il confisque les biens de York et de ses partisans. Une nouvelle confrontation est inévitable. Acculé au combat à Ludford, York abandonne son armée et s’enfuit en Irlande. En Octobre 1459, son fils Edouard et les Neville gagnent Calais, d’où les lancastriens tentent en vain de les déloger. Ils y rassemblent une nouvelle armée, à laquelle Londres ouvre ses portes. En Juillet 1460, les lancastriens sont écrasés à Northampton. Henri V étant prisonnier,... [Lire la suite]

09 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 968 à 969 / 1803

Par ailleurs, à ce moment là, partout en Flandres, le « béguinage » devient une véritable institution monastique qui échappe à ses règles habituelles. Instruites, marquées par les courants mystiques, les religieuses de Belgique et des Pays-Bas qui s’y adonnent réclament une indépendance spirituelle qui les fait parfois taxer d’hérésie et donne lieu à des procès ecclésiastiques. Pour résister aux pressions, celles-ci s’organisent donc en petites communautés et s’acquittent de missions diverses – enseignement, infirmerie,... [Lire la suite]
08 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 967 à 968 / 1803

Mais la richesse vive du duché réside surtout dans les provinces du Nord, beaucoup plus urbanisées que la Bourgogne : le centre de gravité économique et politique se déplace en conséquences. Textiles, cuivre, minerais de fer et hauts fourneaux contribuent à l’essor de l’Etat, tandis que l’activité portuaire de Bruges, puis d’Anvers à partir de 1460, assure les relations commerciales avec la Hanse, l’Angleterre, l’Espagne et l’Italie. Bruges devient une place bancaire internationale, où les Médicis, célèbre famille italienne de... [Lire la suite]
07 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 966 à 967 / 1803

Bourgogne, XVème siècle :   A la fin du XIVème siècle, Philippe II le Hardi, un Valois, fils du roi de France Jean II le Bon, pose les bases de l’Etat de Bourgogne : il reçoit ce duché, et épouse en 1383 Marguerite de Mâle, héritière de la Flandre, de l’Artois, d’Anvers et de Malines. Le duc transforme Dijon en résidence princière, rénove le palais ducal et y donne des fêtes qui servent son prestige. Il fait venir de nombreux artistes de Flandre : le sculpteur Claus Sluter se voit ainsi confier la décoration du... [Lire la suite]
06 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 965 à 966 / 1803

Johannes Reuchlin, lui, est assez mal renseigné sur les travaux des collègues de Pic de la Mirandole lorsqu’il compose son « De Verbo mirivico » - ou, « le Verbe qui fait des Miracles ». Dans l’un de ses chapitres, « De Arte cabalistica » - ou, « la Science de la Kabbale » -, il décrit en effet ce qu’est selon lui le véritable sens du pythagorisme. Il y associe le Pentagramme au nom de Jésus ; « le tétragramme rendu prononçable ». Et il y défend nombre de Livres Hébreux parce... [Lire la suite]
05 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 964 à 965 / 1803

Mais, la France est alors à reconstruire. Dans l’atmosphère de la paix retrouvée, une nouvelle architecture citadine voit peu à peu le jour. Les signes de la noblesse militaire sont toujours là, mais ils s’estompent au profit d’une nouvelle structure. Le donjon d’autrefois, à l’entrée des villes ou aux coins de leurs remparts, devient alors tour, et la tour devient escalier monumental, autour duquel s’ordonne noblement la demeure seigneuriale, avec ses pièces d’apparat – et notamment la galerie de promenade et d’exposition – et... [Lire la suite]

04 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 963 à 964 / 1803

Louis continue donc de répandre ses subsides et il asphyxie le Téméraire en poussant la banque Médicis à lui refuser tout crédit. A Grandson, le 2 Mars 1476, les troupes bourguignonnes sont surprises par les Suisses. Le Téméraire n’est sauvé que par la richesse de ses bagages sur lesquels se jettent les montagnards éblouis. Le Bourguignon reforme aussitôt une nouvelle armée et la risque au siège de Morat, où les Suisses l’acculent aux rives du lac : 10 000 hommes sont massacrés, le Téméraire s’échappe de justesse. Charles n’a... [Lire la suite]
03 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 962 à 963 / 1803

Car, autant Philippe le Bon a su construire un vaste rassemblement d’Etats autour du duché de Bourgogne, autant son fils, Charles le Téméraire, qui lui succède en 1467, commet une erreur en voulant aussi un titre royal. Le nouveau duc décide en effet d’unifier ses territoires en reliant la Bourgogne aux Pays-Bas pour recréer une grande Lotharingie, sur le modèle de celle qui a séparé les domaines français et allemand lors du partage de l’Empire Carolingien au traité de Verdun, en 843. D’où son action en Rhénanie, en Alsace et en... [Lire la suite]
02 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 961 à 962 / 1803

Encore à cette date, L’Art français semble en retard sur les évolutions constatées en Italie et en Flandre. Mais Jean Fouquet est un intermédiaire exceptionnel. Formé à l’école française de la miniature – elle même très marquée par l’influence flamande -, il va en Italie en 1446. Il y travaille tout de suite le portrait et fait celui du pape Eugène IV.   Sa technique, originale, emprunte aux artistes flamands un procédé d’éclairage latéral qui donne un fort contraste dynamique aux deux cotés du tableau et écrase le fond,... [Lire la suite]
01 décembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 960 à 961 / 1803

Le huitième panneau dévoile une Laie jouant de la cornemuse et faisant danser trois Marcassins ; la Laie – ou Druidesse – représente ainsi le « caaput mortuum », et le reste démontre que l’Alchimie est le jeu des Enfants et un Art de Musique ; quant aux trois Marcassins, ils désignent les trois phases du Grand Œuvre. Le neuvième panneau annonce une Sirène Noire sur le point d’enfanter ; elle tient un Miroir dans la main droite. Il s’agit là de la Vierge parturiente, la Terre Primitive qu’il faut choisir... [Lire la suite]