24 mai 2017

Quelques instants avec Doris et Louga, seconde partie :

Comme durant les journaux télévisés de la mi-journée ou du soir. Ou comme quand il attrape un bout de ma robe de chambre, ou de la ceinture de celle-ci, pour s'amuser avec. Sans compter toutes les fois où, lorsque je suis à table, en train de manger, et où il me monte sur les genoux. Evidemment, il lorgne alors sur mon assiette, un bout de pain qui traîne. Le plus souvent, cependant, c'est pour me léchouiller. Toutefois, il pèse son poids, et j'ai du mal à m'en défaire quand il s'appuie de tout son corps sur mes genoux. Il est... [Lire la suite]

22 mai 2017

Quelques instants avec Doris et Louga, première partie :

Voilà, ça y est, depuis quelques heures, je suis de nouveau seul à mon domicile. Ma mère et ma grand-mère – ainsi que nos deux boxers que sont Louga et Doris – ont quitté celui-ci aux alentours de 10h30 ce matin. Mon aide-ménagère était présente, puisqu'elle m'a grandement aidé à remettre un peu d'ordre dans l'appartement. Il faut avouer que Doris et Louga prennent de la place. Ils aiment leur confort, s'étaler de tout leur long sur le canapé ; au point que ma grand-mère, ma mère, et moi, devons nous organiser pour s'asseoir,... [Lire la suite]
20 mai 2017

Ecrire sur soi, quatrième partie :

Ce sont ces gens qui, sur des réseaux sociaux comme celui-ci, parcourent en biais des textes comme ceux que je produis régulièrement. Puis qui, ensuite, se font une idée de ce qu’est la vie de gens comme moi, selon leur bref et éphémère perception de la réalité. Ce sont eux qui postent, ici ou ailleurs, des vidéos, des images, des extraits d’articles, des citations, élaborés par d’autres, pour « marquer le coup » en fonction de leur humeur et de leurs centres d’intérêts. Ce sont eux, aussi, qui s’enorgueillissent, qui... [Lire la suite]
18 mai 2017

Ecrire sur soi, troisième partie :

Quoi qu’il en soit, ces hommes et ces femmes ne voient qu’une infime part de moi-même au travers de ce que j’écris ici ou ailleurs. Et ce, même si j’y publie quotidiennement des textes. Il y a peut-être trois ou quatre personnes – elles se comptent sur le doigt d’une main – à qui j’ai ouvert davantage qu’aux autres la réalité de mon existence ; qui sont informés du pourquoi et du comment de mes souffrances, de mes peurs, de mes blessures, de mes cauchemars. Mais aussi, de mes joies, de mes fiertés, de mes bonheurs, de mes... [Lire la suite]
16 mai 2017

Ecrire sur soi, seconde partie :

Il est vrai aussi qu’ils ou elles peuvent voir mes textes comme des provocations à leur encontre, à l’encontre de ce en quoi ils croient, de leurs philosophies, de leurs idéologies, de leurs religions, etc. Des provocations à l’encontre de l’ordre établi ou d’une « norme » à laquelle ils appartiennent et qu’ils ne désirent pas voir modifier ou évoluer. J’en suis conscient, puisque depuis que je me suis lancé dans la rédaction de textes – personnels, philosophiques, idéologiques, sociétaux, ou sur l’actualité… - se... [Lire la suite]
15 mai 2017

De Deiteus Mythica, pages 785 à 787 / 1804 :

En 956, Hugues a seize ans, le nouveau roi Lothaire son cousin, en a treize. Ils sont placés sous la tutelle de leurs oncles : le roi Otton Ier et l’archevêque de Cologne. Outre son titre, le nouveau duc des Francs possède une dizaine de comtés – Paris, Senlis, Orléans, etc. – et administre plusieurs abbayes dont celle de Saint Martin à Tours, d’où il tire son surnom : Capet venant de Capa, allusion directe au manteau – ou cape – de Saint Martin conservé dans ce monastère. Des liens de famille l’attachent aux plus... [Lire la suite]

14 mai 2017

Ecrire sur soi, première partie :

C’est un exercice très difficile que d’écrire. Et ça l’est encore plus lorsqu’il s’agit d’écrire sur soi. Tout simplement parce que l’on ne peut pas être totalement objectif quant au regard que l’on porte sur soi. Tantôt, on met les meilleurs cotés de sa personnalité en avant. On montre ce qui peut être l’objet d’admiration, d’honneurs, de respect, de joie, ou de bonheur. Tantôt, on met nos souffrances, nos malheurs, nos blessures, nos épreuves, nos désillusions, en avant. Et là, on est regardé avec inquiétude, horreur,... [Lire la suite]
10 mai 2017

Brèves Philosophiques, pages 45 à 46 ; Si Dieu existe, seconde partie :

Personnellement, je ne sais pas si Dieu existe. Et si j'avais envie de le savoir, ce n'est pas un livre saint – de quelque religion dont il soit issu – que j'utiliserai pour élaborer ma foi. Par ailleurs, j'ai lu et ai longuement étudié les livres saints des trois grandes religions monothéistes de notre monde – Torah, Bible, Coran. C'était lorsque j'étais chercheur à la Bibliothèque Nationale, et que j'ai écris une thèse de plus de 1800 pages sur les grands mythes fondateurs de la civilisation humaine. Or, s'il y a un fait – parmi... [Lire la suite]
10 mai 2017

Où écrire à propos de mes figurines conduit parfois ma pensée, troisième partie :

Alors, s’il est vrai que mon budget pour ce qui me passionne – figurines, en l’occurrence pour ce texte – peut paraître énorme pour certains et certaines, je comprends leur sidération. Mais, en même temps, ce qu’ils considèrent comme une chance, ne l’est pas tant que cela. Je préférerai mille fois avoir l’opportunité de côtoyer ces personnes, plutôt que de me contenter de correspondre avec elles via internet. C’était ce que je faisais, en outre, lorsque je travaillais à la Bibliothèque Nationale. La seule différence, c’est que... [Lire la suite]
09 mai 2017

De Deiteus Mythica, pages 780 à 782 / 1804 :

Espagne, Xème siècle :   Abd Al-Rahman règne sur l’Emirat de Cordoue de 912 à 961. Il transforme celui-ci en Califat et prend lui même, en 929, le triple titre de calife, de « Prince des Croyants » – « Almir al Mu’minin » et de « Combattant Victorieux pour la religion de Dieu » - « Nasir li-dini Allah ». Et ses raids, entre autres à Saint Jacques de Compostelle, brisent l’élan de reconquête des chrétiens.   Or, à la même époque, le califat de Cordoue attire les esprits... [Lire la suite]