14 septembre 2017

Mémoires, pages 42 à 44 / 311

C'est d'ailleurs pour cette raison que le jour où je lui ai menti pour qu'elle me donne un billet de cent francs – une somme non négligeable en 1986 ou 1987 -, je n'étais pas fier. C'était quelques semaines après la rentrée scolaire. Il pleuvait averse. Et comme d'habitude, le jour précédent, je m'étais rendu dans la petite librairie se trouvant sur le trajet du lycée. De nouveaux livres dont vous êtes le héros venaient d’être publiés. Je ne possédais pourtant pas assez d'argent de poche pour les acquérir. Et j'ai dit au vendeur... [Lire la suite]

13 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 289 à 290 ; De ce que je partage au travers de mes textes philosophiques, première partie :

Certains et certaines ont beau critiquer la longueur de mes textes, il est intéressant de noter que chaque fois que j'en publie un ici ou ailleurs, le nombre de personnes qui souhaitent m'accueillir parmi leurs contacts grandit. Ainsi, hier, une dizaine se sont manifesté à moi dans cette intention. La fois précédente – il y a plus d'une semaine maintenant -, les proportions étaient à peu près équivalentes. A chaque fois, je reste interloqué par la quantité des personnes qui désirent, dès lors, en savoir davantage sur ma philosophie... [Lire la suite]
07 septembre 2017

Mémoires, pages 40 à 42 / 311

La seconde librairie que j'ai visité, j'y avais davantage mes habitudes que celle où ma mère m'a offert ma première boite de l’œil Noir. Elle se situait non loin de l’arrêt de bus proche du lycée. Mais je devais longer plusieurs avenues avant d'y arriver. Je m'y rendais une fois par semaine. Puis, je me dirigeais vers l'édifice où je devais passer ma journée à étudier. J'y entrais, saluant le propriétaire au passage. Je m’avançais vers le fond de la boutique. Je suivais du regard les présentoirs sur lesquels étaient habituellement... [Lire la suite]
06 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 283 à 284 ; Conscience universelle, première partie :

Il me semble que l'une des choses les plus difficiles au monde est de creuser au plus profond de soi-même. Je suis sûr que l'une des choses les plus ardues dans l'existence d'un individu est de se livrer aux autres sans avoir peur d’être critiqué, moqué, rejeté, violenté, ou blessé. Je suis certain que l'un des exercices les plus exténuant est de se dévoiler aux autres tel que l'on est en réalité : avec ses forces et ses faiblesses, ses joies et ses tristesses, ses bonheurs et ses malheurs, ses réussites et ses échecs… Je suis... [Lire la suite]
27 août 2017

Mémoires, pages 35 à 37 / 311

Il existe, au cours de sa vie, de rares périodes de pure félicité que rien ni quiconque ne vient entacher. Bien que les années 2002 – 2004 aient été parsemées de drames et de profonds déchirements dans ma famille – une fois encore, rien que pour les relater, il me faudrait y consacrer un long texte explicatif -, dévorer le Seigneur des Anneaux, puis, dans la foulée, « les Misérables » de Victor Hugo a été comme un fragment d’Éternité qui m'a alors complètement submergé. Quelques semaines situées en dehors de l'espace et du... [Lire la suite]
21 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 195 à 197 ; Dieu quelle hypocrisie, troisième partie :

Pour moi, il n'y a rien de pire, avec les violences conjugales et les viols de femmes, que la destruction physique, mentale, morale, psychique, d'enfants. Cela me heurte au plus profond de mon être, de mon âme, de mon cœur, de mon corps. Cela m'attriste, évidemment. Mais plus que ça encore, je méprise et n'ai aucune compassion pour ce que je considère comme des monstres, des barbares. Pour moi, ils sont en marge de l'humanité. Un retour à l'état bestial de la pire espèce. Et si cela ne tenait qu'à moi, une fois mis en prison, je les... [Lire la suite]

19 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 192 à 194 ; Dieu quelle hypocrisie, première partie :

S'il y a quelque chose qui me révolte particulièrement, c'est que l'on s'en prenne aux enfants. Cela me met notablement en colère. Je n'ai pas de mot assez dur, de terme assez virulent, quand c'est le cas. Je n'ai jamais été un enfant battu. Cependant, pour ceux et celles qui connaissent un peu mon parcours pour en avoir lu des bribes dans certains de mes textes les plus personnels, vous savez à quel point celui-ci a été difficile. Il a été parsemé d'épreuves, de souffrances, de blessures – parfois irréparables -, de mort,... [Lire la suite]
17 août 2017

Mémoires, pages 29 à 31 / 311

Le meilleur moyen d'échapper à mes obligations a été de demander à pouvoir rejoindre le rayon des jouets ou des livres. Il était fréquent que mes grands-parents – mon grand-père surtout – me concédait l'achat d'un Lego, d'un Playmobil ou d'un roman de mon age. Ils m'allouaient une somme à ne pas dépasser. Je courais vers linéaire consacré à ces divertissements. J'y restais jusqu’à ce qu'ils aient terminé d'en faire le tour et d'avoir rempli leurs caddies. Puis, ils venaient m'y chercher avant de se rendre à la caisse afin de payer... [Lire la suite]
13 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 168 à 170 ; Tout cela n'est pas bien sérieux, seconde partie :

Toutefois, au contraire de ces charlatans qui s'autoproclament gardiens d'une Vérité inébranlable, inaltérable, indéboulonnable, je ne prétends pas que ce que j'écris n'a pas à être remis en cause. Certes, au gré de mon itinéraire personnel, j'ai acquis de nombreuses connaissances dans maints domaines : Histoire, Mythologie, Religion, Philosophie, Traditions, Géologie, Cosmologie, Ésotérisme, Occultisme, j'en passe. Ceux et celles qui me suivent fidèlement, le savent. Je n'ai pas besoin d'y revenir sans cesse afin de me... [Lire la suite]
10 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 163 à 165 ; Je zappe et je passe, première partie :

Il est intéressant de constater à quel point il est aisé d'oublier ce pourquoi on s'est indigné ou révolté hier. Le jour des attentats de Bruxelles, tout le monde s'est élevé contre la monstruosité dont la capitale de la Belgique a été l'objet. La télévision, les radios, la presse écrite, évidemment, ont relayé, parfois pratiquement minute par minute, ou heure par heure – les événements dramatiques qui s'y sont déroulés. Ces actes liés à l’extrémisme le plus barbare, et destinés à nous rappeler que nous sommes les proies de ces... [Lire la suite]