16 novembre 2017

Mémoires, pages 60 à 62 / 311

Les deux fils de nos arrière-petits-cousins nous ont souvent emboîté le pas. Ils nous rejoignaient dans la cour de leur maisonnée. Nous dévalions ensuite la rue principale dans un sens ou dans l'autre. Car ma mère aimait nous concocter des itinéraires détournés. Nous avons à des dizaines d'occasions emprunté le sentier goudronné bordant les parcelles herbeuses implantées entre notre agglomération et la suivante ; celle où se trouvaient la seule pharmacie et la seule supérette à des kilomètres à la ronde. En nous aventurant... [Lire la suite]

11 novembre 2017

Danser avec le Diable :

Souhaitez vous danser ce soir au clair de lune avec le Diable ? Souhaitez vous vous laisser emporter par ses si délicieux tourments ; par ses si voluptueux cauchemars éveillés ?   Nul ne peut se mesurer au Démon ; surtout lorsqu'il s'incarne en femme !!! En cette sublime beauté qui nous envoûte et nous enchante tant. En cette mirifique luminescence qu'elle incarne avec tant de charme et tant d'aisance. En cette irradiance obscure qui nous ouvre les portes d'un paradisiaque Néant. En ce rêve absolu de... [Lire la suite]
07 novembre 2017

Mémoires, pages 57 à 60 / 311

Quoiqu'il en soit, ma mère est infatigable. Elle a une énergie incroyable. C'est pour ça que, très vite, quand nous avons passé nos Étés et nos Hivers dans le Doubs, elle aussi nous a emmené en promenade. Son chien boxer en laisse, mon frère à nos cotés, elle nous conduisait chez nos arrière-petits-cousins. Nous avons été en contact avec eux pratiquement depuis notre naissance. Nous avons partagé d'innombrables Noëls, 14 Juillet, 15 Août – date importante de commémoration en Franche-Comté -, anniversaires, etc. avec eux. Avant... [Lire la suite]
02 novembre 2017

Le Serviteur est terrifié :

Le serviteur avoue qu'il est terrorisé par les représailles auxquelles il s'expose désormais. Le serviteur se sent seul, abandonné, banni. Il est conscient que les réactions de l'Impératrice, de la Reine, et de la Princesse, peuvent s'avérer sans scrupules, sans état d'âme, parce que le serviteur a osé dire tout haut ce qui se dissimule derrière les alcôves et dans les souterrains du château.   Le serviteur sait que l'Impératrice, la Reine, et la Princesse, ne sont pas des personnes à tolérer que l'on remette en cause leur... [Lire la suite]
01 novembre 2017

Et finalement...

  Hier, ayant reçu des menaces de représailles – y compris judiciaires éventuellement – parce que je parle ici parfois de sentiments ou de faits qui me sont personnels, j'ai pris une décision :   Désormais, comme c'est le cas ce jour, lorsque j'aborderai ce sujet ou d'autres annexes à celui-ci, j'userai de pseudonymes. Ainsi, les personnes qui ne désirent pas être nommément spécifiées au travers de mes textes les concernant – quand c'est le cas – ne pourront pas me taxer de répandre des rumeurs infondées, d'être le... [Lire la suite]
27 octobre 2017

Mémoires, pages 56 à 57 / 311

Quant à ma grand-mère paternelle, on m'a raconté qu'elle a des racines alsaciennes. Son mariage avec mon grand-père a été sa seconde union. Elle aurait précédemment convolé avec un espagnol avant de faire sa connaissance. Elle a été la tenancière d'une brasserie à Alger jusqu'à ce qu'elle, son mari, et son enfant – mon père, alors âgé d'environ dix-huit ans - ne soient contraints d'abandonner tout ce qu'ils possédaient à l'issue des « Accords d'Evian ». Elle a ensuite ouvert un magasin de mode à Marseille. Puisque... [Lire la suite]

23 octobre 2017

Mémoires, pages 54 à 56 / 311

Ainsi, la route désertant la localité où nous allions chercher le pain frôlait ses vestiges. D'un coté, se trouvait un calvaire religieux. Composé de douze stations relatant les épisodes de la montée du Christ jusqu'au Golgotha, il aboutissait aux premières hautes ramures rocheuses des bois. De l'autre coté, le décor était le même, sauf que la muraille était à nue. Ce n'était que lorsqu'on s'engageait à l'intérieur des bois perchés sur leurs promontoires, que l'on suivait des rocades brouillonnes et infestées de fourrés, qu'on était... [Lire la suite]
12 octobre 2017

Droit de réponse à ma maman :

Si je me permets, aujourd'hui, de compléter mes textes précédents concernant les relations difficiles que j'entretiens depuis un certain temps avec ma famille, c'est pour faire suite au commentaire de ma maman de ce matin. En effet, elle a rédigé une petite phrase au bas de mon dernier récit évoquant ce sujet. Je cite : « Comment pouvez-vous me juger sans me connaître si ce n'est par les écrits de mon fils ??? ». Ma maman a tout à fait raison. J'abonde entièrement dans son sens vis-à-vis de ce propos. Et je... [Lire la suite]
05 octobre 2017

Mémoires, pages 50 à 52 / 311

Durant ces années là, mes grands-parents n'ont passé que quelques semaines par an au sein de notre demeure familiale. Le reste du temps, ils ont logé en proche banlieue parisienne, dans une maison qu'ils ont fait construire à leur retour d'Afrique. Le siège de leur entreprise – où ils étaient la plus grande partie de leurs journées – était basé en plein centre de la capitale. Ils quittaient leur foyer très tôt et revenaient très tard. Ils n'avaient que le week-end pour se ravitailler en nourriture au supermarché ou aux halles en... [Lire la suite]
29 septembre 2017

Ce que j'avais à dire :

Ce soir, j'ai la gorge nouée par la tristesse et par le désir de me retirer à tout jamais de ce monde pour lequel je ne suis pas fait. Pour avouer l'entière vérité, cet après-midi, j'avais l'intention de me plonger plusieurs heures dans la poursuite de la rédaction de mon ouvrage sur les origines idéologiques et ésotériques du Nazisme. J'arrive au terme de l'un de ses chapitres d'introduction : un bref historique de l'antisémitisme européen depuis 2000 ans. Plus que quelques dizaines de lignes de notes diverses et variées à y... [Lire la suite]