21 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 349 à 351 ; Juste un grain de sable, troisième partie :

Cependant, si modestement, je peux contribuer, par mes textes, par mes analyses, par mes recherches, par ce que je suis tout simplement, à repousser cet obscurantisme dont le monde est la proie, je n'hésite pas une seule seconde. A mon petit niveau, avec mes petits moyens, mes petites possibilités, mes maigres capacités, je m'y emploie, et je continuerai de m'y employer. Quel qu'en soit le risque, tant pis si des armées de dévots se lèvent pour me vouer aux flammes de l'Enfer, je n'en n'ai cure. Ils ne me font pas peur, ils ne... [Lire la suite]

19 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 926 à 927 / 1803

Pendant son règne, Tamerlan veut faire de Samarkand la plus belle ville du Monde. Aussi, lors de ses conquêtes, épargne t’il les meilleurs artisans afin qu’ils viennent embellir sa capitale.   La décoration de la ville s’inspire des arts chinois et iranien ; la céramique y tient une grande place. Les peintures murales y sont assez rares ; ce sont surtout les miniatures qui servent à l’ornementation des lieux. Elles servent aussi à l’enrichissement des manuscrits ; ce travail exigeant de longs mois de travail... [Lire la suite]
14 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 923 à 923 / 1803

Pologne, XIVème siècle :   Le royaume de Pologne s’agrandit considérablement sous le règne de Casimir III le Grand, de 1333 à 1370. Il ne peut alors qu’affronter la puissance régionale que représente l’Ordre des Chevaliers Teutoniques.   Pendant cette période, malgré sa situation entre la Russie orthodoxe et la Prusse aux multiples orientations religieuses, la Pologne reste farouchement catholique. La vie intellectuelle y est dominée par des clercs, souvent venus de l’Ouest. C’est à eux que l’on doit les... [Lire la suite]
11 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 922 à 923 / 1803

Sans enthousiasme...   En 1348 également, Edouard III fonde le prestigieux Ordre de la Jarretière. Il lui donne pour but de restaurer l’idéal incarné par la Table Ronde du Roi Arthur. Il la divise donc en deux Sociétés Secrètes ; l’une devant être dirigée par le souverain lui même ; et l’autre par le prince des Galles. Il identifie ensuite chaque Société grâce à treize Membres Majeurs : Douze Disciples et un Grand Maitre.   Car Edouard III sait très bien, pour l’avoir lu dans les ouvrages de Chrétien de... [Lire la suite]
25 septembre 2017

Mémoires, pages 46 à 48 / 311

Ma grand-mère est une nostalgique de ses « Années Africaines ». Autant, j'ai l'impression que mon grand-père a souffert de son retour en France, mais a à peu près fini par réussir à tourner la page, autant ma grand-mère ne l'a pas réellement accepté. C'est pour cette raison – entre autres – qu'elle ne s'est pas véritablement attaché à notre domicile familial du Doubs. C'est pour ça que, parfois, telle une provocation ou une pique destinée à ma mère ou à ses petits-enfants, elle explique « qu'elle a l'intention de... [Lire la suite]
16 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 892 à 894 / 1803

Philippe le Bel fait donc tout pour maintenir le prestige de la monarchie capétienne et pour affirmer sa souveraineté. Ainsi, il entend que nul dans son royaume – pas même les clercs – n’échappe à sa justice. Il se heurte au pape Boniface VIII, qui défend, quant à lui, la souveraineté suprême et universelle du Saint Siège, doctrine qu’il réaffirme en 1302 par la bulle « Unam sanctam ». Le conflit entre royauté et papauté éclate avec une violence extrême : pour Philippe et son conseiller Guillaume de Nogaret, il faut... [Lire la suite]

05 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 281 à 283 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, dernière partie :

Evidemment, cela ne veux pas dire que c'est pour cette raison que nous ne devons pas tenter d'améliorer les choses chez non. Jamais je ne dirai cela. Ceux et celles qui me suivent depuis longtemps, savent que je suis un amoureux de la lecture, de l'écriture, de la connaissance, du savoir. C'est ma raison d'être. C'est dans mes gènes. Néanmoins, je suis conscient d’être un privilégié, comparé à beaucoup d'autres un peu partout dans le monde. Et je trouve insultant, égocentrique, orgueilleux, de pleurer sur nos pauvres petits malheurs... [Lire la suite]
03 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 280 à 281 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, cinquième partie :

Comme je l'ai dit hier, l'éducation familiale, le milieu socio-culturel, le lieu de naissance, les voies d'apprentissage, font que quelques-uns réussiront. Par ce moyen, ils trouvent leur vocation. Mais les autres - la grande majorité - se contentent d'aspirations éducatives contraintes. Ils se contentent d'emplois uniquement acceptés afin de payer les factures et de pouvoir faire vivre à peu près correctement le couple ou la famille. D'autres, enfin, décrochent en route parce que mal guidés, poussé vers des voies sans issue. Ou,... [Lire la suite]
01 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 277 à 278 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, troisième partie :

L'échec est désormais visible. De plus, il a entraîné toutes les dérives auxquelles nous assistons : violence, drogue, alcool, démission parentale, enfant roi, etc. Ce modèle unique – ce totalitarisme intellectuel – a engendré une génération d'enfants qui ne se retrouvent plus dans l'école telle qu'elle est actuellement. Plutôt que se demander quelles étaient les capacités de l'enfant, on l'a poussé le maximum de connaissances, espérant ainsi que ses Bac + ? lui permettraient d'avoir un métier valorisant financièrement et... [Lire la suite]
31 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 276 à 277 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, seconde partie :

Ce que je veux souligner, en remémorant ces faits, c'est que notre système actuel, si imparfait soit-il, est assez récent. Par ailleurs, les programmes changent quasiment chaque année. Une fois, c'est un certain nombre de matières qui sont mises en avant. L'année suivante, le programme est modifié. C'est quasi-systématique à chaque rentrée scolaire ; que ce soit en primaire, en secondaire, ou pour l'université. Nos enfants ont tant de matières, dont beaucoup qui n'existaient pas, ou qui n'étaient pas mises en avant à l'époque... [Lire la suite]