30 mars 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1041 à 1043 / 1803

En 1584 toujours, par sa politique, Elisabeth rend définitive la rupture avec Rome, ce qui ne facilite pas ses relations avec l’Irlande catholique. Quand Henri VIII s’est fait proclamer roi d’Irlande, en 1541, l’île était loin d’être conquise. Sous Elisabeth, les choses s’aggravent encore. L’Irlande, alliée traditionnelle de l’Espagne, résiste à la domination anglaise, mais ses tentatives de soulèvement populaire sont écrasées. La dure répression des révoltes marque le début d’une colonisation systématique et cruelle dans le... [Lire la suite]

23 mars 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1038 à 1041 / 1803

Angleterre, seconde moitié du XVIème siècle : Après la mort d’Henri VIII en 1547, l’Angleterre vit une période de forte instabilité religieuse et politique. Edouard VI engage le royaume dans la voie de la Réforme, mais sa mort, en 1553, remet en question les orientations de l’Eglise d’Angleterre. En effet, Marie Tudor, qui lui succède, est la fille de la première femme d’Henri VIII, et ses sympathies vont à l’Eglise de Rome. Elle veut tenter d’abattre ce Christianisme Réformé qui a, entre autres, permis à son père de répudier sa... [Lire la suite]
16 mars 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1037 à 1038 / 1803

Pourtant, en 1570, après deux ans de violences, l’édit de Saint-Germain en Laye semble assurer le triomphe des « politiques », partisans de la paix civile, regroupés autour du chancelier Michel de l’Hospital et du connétable de Montmorency. Mais ces efforts sont remis en cause par la situation aux Pays-Bas et par la faiblesse du pouvoir : les édits de pacification, qui renoncent à l’axiome « une foi, une loi, un roi », scandalisent les catholiques. De fait, chez les Guises, la haine grandit contre le puissant amiral de Coligny,... [Lire la suite]
09 mars 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1035 à 1037 / 1803

En 1561, à Poissy, un colloque se réunit en séance solennelle en présence de la reine, du jeune roi et de sa famille. Des représentants du clergé catholique et douze ministres de l’Eglise réformée sont rassemblés pour débattre de problèmes dogmatiques. Les échanges sot d’abord courtois, mais ils n’aboutissent pas. Le climat se tend quand le général des jésuites s’adresse directement à la reine, de surcroît en italien, et qu’il la met en garde contre toute immixtion dans les affaires qui ne concernent que l’Eglise du Christ.... [Lire la suite]
23 février 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1033 à 1035 / 1803

Vers 1590, le nouveau visage de l’Eglise catholique se lit également dans l’art. La pudibonderie qui a voilé les nudités de la Chapelle Sixtine fait désormais place à un « dirigisme esthétique » qui s’appuie sur les règles du concile de Trente : la puissance et la beauté doivent être au service du dogme et permettre le déploiement solennel de la liturgie. Consacrée, l’église romaine de Gesù – la première de l’Ordre Jésuite – en est l’illustration : la nef spacieuse et claire, à l’acoustique soignée, la chaire... [Lire la suite]
16 février 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1031 à 1033 / 1803

D’autre part, l’Espagne est voisine de pays touchés par le protestantisme. En France, le Calvinisme progresse, et, en Angleterre, Elisabeth Ière, qui succède à la catholique Marie Tudor, est décidée à rompre avec Rome. Philippe II, inquiet de cette diffusion des idées réformées, durcit sa politique, et les protestants sont arrêtés à Valladolid, à Zamora et à Séville. Aux Pays-Bas, qui sont sous domination espagnole, la situation est explosive. Le roi a confié le gouvernement de cette province à Marguerite de Parme et il a obtenu du... [Lire la suite]

09 février 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1028 à 1031 / 1803

Vers 1555, l’Espagne ne se préoccupe pas seulement de guerre militaire. Elle se consacre aux combats spirituels. Pilier du catholicisme romain, elle applique les décisions du concile de Trente. L’Eglise espagnole créée des séminaires, s’attache à la catéchèse, aux prédications et à la confession, et développe ainsi toute une pastorale destinée à éduquer les fidèles dans la morale tridentine. Des foyers de théologie nouvelle naissent à Alcala et à Salamanque, et l’on ne compte plus les chrétiens ardents, les prêtres et les moines qui... [Lire la suite]
03 février 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1027 à 1028 / 1803

Après la mort du cardinal Henri, en Février 1580, Philippe II, fort de ses droits imprescriptibles, se proclame roi du Portugal dès le mois d’Avril. Il prend ainsi de vitesse les Cortes. Refusant l’arbitrage pontifical, il renouvelle sa promesse de respecter la souveraineté nationale et répond même par quelques mots de portugais aux hommages de ses nouveaux sujets.   Mais Antonio, le prieur de Crato, ne se résignant pas à renoncer au trône, rassemble quelques troupes de mécontents. Pour les Espagnols, qui ont la meilleure... [Lire la suite]
01 février 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1025 à 1026 / 1803

En 1598, Abbas fait d’Ispahan sa capitale. Le chah établit une ville à l’urbanisme planifié. Au centre de la cité se trouve une place longue de 500 mètres, la place Royale. Elle est bordée de bâtiments à arcades qu’occupent des marchands et des religieux. C’est là qu’on donne les fêtes et que sont annoncées les grandes décisions du royaume.   La place s’ouvre sur de nombreux monuments importants : il y a le Bazar, la Mosquée de l’Imam, avec son dôme de faïence bleu turquoise, celle de Cheikh Lotfollah, décorée... [Lire la suite]
31 janvier 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 1024 à 1025 / 1803

Pour Chah Abbas 1er le Grand, le pouvoir des Séfévides se stabilise et l’Iran se donne des frontières stables.   L’Etat ressemble fort à celui des Ottomans. Comme chez ces derniers, le pouvoir est un lieu de grandes rivalités ; celles-ci se manifestent souvent par des meurtres, car les prétendants au trône prennent vite l’habitude d’éliminer les autres héritiers mâles, frères ou fils de femmes du harem. Comme les Ottomans encore, les souverains Séfévides s’entourent de nombreux esclaves convertis à l’Islam, qui forment la... [Lire la suite]