20 novembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 947 à 949 / 1803

Au Nord, la république vénitienne doit faire face à la concurrence de Gènes, à la rivalité des Aragonais en Adriatique et bientôt, à la découverte portugaise d’une nouvelle route du Cap, menace pour le lucratif trafic des épices. La guerre contre les Turcs – 1469 – 1479 – la prive de ses points d’appui en Morée et en Epire. Cependant, elle prend sous sa protection Chypre et Salonique et consolide ses possessions de Terre ferme. Elle aménage aussi les terres marécageuses entre Brenta et Pieve pour améliorer les débouchés de ses... [Lire la suite]

12 novembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 941 à 942 / 1803

En 1487 également, la Légende du fabuleux royaume du Prêtre Jean ressurgit une fois de plus ; comme d’autres avant eux, ce lointain pays chrétien intrigue les Portugais. En 1487, Jean II lance deux de ses hommes de confiance dans un périlleux voyage. Il charge Pêro da Covilha – un de ses agents secrets ayant déjà travaillé en Espagne - de visiter l’Inde, et Alfonso de Paiva de recueillir des informations sur le fabuleux royaume. Déguisés en marchands, les deux émissaires arrivent en Egypte. Ils rejoignent Alexandrie, puis le... [Lire la suite]
09 novembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 360 à 361 ; Humanité et religion, troisième partie :

Quoiqu'il en soit, si je tenais à rappeler ces éléments, c'est que malgré ses bonnes intentions, ses belles paroles, ses enseignements moraux, ses injonctions à vouloir nous rendre meilleurs que nous ne le sommes, la Religion – comme toute institution humaine – n'est pas exempte de fautes ou de reproches à lui administrer. Bien entendu, parmi ceux et celles qui ont la foi, il y a des êtres exceptionnels – l'abbé Pierre, Sœur Emmanuelle, Mère Thérésa, Gandhi, Martin Luther King… Mais, quand l'on y regarde de plus près, c'est êtres... [Lire la suite]
02 novembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 356 à 357 ; Humanité et religion, première partie :

Il y a un autre aspect lié au phénomène religieux auquel j'ai songé récemment, et que je souhaiterai développer ici un instant. Car, il faut bien avouer qu'il y a une multitude d'aspects qui sont à creuser en ce qui concerne ce sujet vaste et complexe ; riche, fascinant, passionnant, intéressant, important. Mais également montrant combien la nature humaine qui lui est rattaché, l'est tout autant. L'un des piliers de la Religion – et quelle que soit la confession ou le dogme auxquels on a prêté sa foi – se targue d'enseigner... [Lire la suite]
01 novembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 934 à 936 / 1803

Afrique du Sud, XVème siècle :   Le Grand Zimbabwe est une immense forteresse, longue de 25 kilomètres ; c’est une œuvre aussi colossale que les pyramides égyptiennes. En fait, cette construction est la résidence des souverains Monomopata, dont l’apogée se situe au cours de ce siècle. Leur Empire est l’un des plus puissants de l’époque.   Riche, grâce à ses mines d’or et de cuivre, il commerce avec toute l’Asie. Et les femmes y détiennent des postes clefs dans toute l’administration.     Afrique... [Lire la suite]
31 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 354 à 356 ; Juste un grain de sable, sixième partie :

Il est tout de même intéressant de noter que, dans ce cas là, ces personnes brandissent leurs versets du Coran, leurs passages de la Bible, pour justifier leurs arguments. Comme si elles étaient incapables de raisonner ou de réfléchir en dehors de ce que la religion leur a enseigné. Comme si leur individualité toute entière était prisonnière des dogmes qu'ils ont appris concernant leur foi. Souvent, je leur pose la question : « mais toi, personnellement, en dehors de ce que ce texte religieux te dit, quel est ton opinion,... [Lire la suite]

30 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 932 à 934 / 1803

Les Aztèques possèdent un nombre illimité de divinités. Ils ont ainsi quatre cents dieux pour le pulque, sève fermentée de l’agave, auquel ils attribuent un pouvoir dissolvant. Le nombre de quatre cents symbolise en effet l’infini. Les Mexicas intègrent en outre dans son panthéon les dieux des peuples conquis, au prix de quelques « adaptations ». Tlaloc, le dieu de la Pluie, est le plus important d’entre eux. Représenté avec des crocs à la mâchoire et aux yeux en forme de « lunettes » de serpent, il rivalise en... [Lire la suite]
07 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 341 à 343 ; Pourquoi je ne "crois" pas, cinquième partie :

Sinon, s'il est seul, si les questions qu'il se pose ne peuvent être rattachées au Divin – quelle que soit sa forme -, un gigantesque vide s'emparerait de lui. Si il n'y a rien d'autre, nulle part, s'il n'y a pas de vie après la mort, s'il n'y a pas de guide qui le pousse en avant, auquel il peut se raccrocher dans les moments où il est désespéré, blessé, confronté à des horreurs comme seul il est capable d'en créer. Si cet amour divin, infini, supérieur, est une chimère ; si ce pardon pour les fautes commises n'est qu'un... [Lire la suite]
06 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 340 à 341 ; Pourquoi je ne "crois" pas, quatrième partie :

Bref, ces exemples sont innombrables. Je me demande d'ailleurs, en écrivant ces lignes, si après en avoir terminé avec les origines ésotériques et idéologiques du Nazisme, je ne m’attaquerai pas à la rédaction d'un ouvrage sur la genèse des religions, et des liens sociaux, historiques, philosophiques, etc. avec la naissance, puis le développement, de la civilisation humaine. Puisque tant de personnes lisent les textes sur ce sujet que je publie ici ou ailleurs, je me demande s'il be serait pas plus judicieux que j'approfondisse le... [Lire la suite]
05 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 338 à 340 ; Pourquoi je ne "crois" pas, troisième partie :

Un troisième fait à souligner, est celui qui se rattache à la philosophie. Depuis que l'Homme a vu sa conscience de soi et de son environnement se développer, il a commencé à se poser des questions sur lui, sur sa place au sein de ce monde, de cet univers ; quel était le but de la vie, qu'y avait-il après la mort ; qu'y avait-il avant. Pourquoi le monde est-il ainsi, etc. Ces questions sont légitimes, naturelles, fondamentales même. Avant que nos connaissances scientifiques, de plus en plus poussées et pointues au fil des... [Lire la suite]