16 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 923 à 925 / 1803

Asie Centrale, XIVème siècle :   Au début de ce siècle, Hulagu établit l’Empire Mongol des Ilkhans – ou khanat de Perse -, en Iran. Sa dynastie abandonne le mode de vie des nomades de la steppe pour des cultures sédentaires. Elle se convertit au Bouddhisme et au Nestorisme – doctrine répandue dans le christianisme oriental -.   Les Mongols de la Horde d’Or, fondée par Batou Khan, un autre petit-fils de Gengis Khan, eux, se rallient à l’Islam tout en conservant les traditions des peuples de la steppe. Cet... [Lire la suite]

07 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 916 à 918 / 1803

En 1369 toujours, un Mage décrit une séance d’Invocation Démoniaque dans un de ses traités :   « Les Ombres ayant exécuté cet ordre, l’Apostat et ses Frères, conformément aux instructions qui leur furent données, allèrent aux Fourches. Ils dépendirent le cadavre d’un voleur, lui mirent l’anneau dans la bouche, et l’y laissèrent quelques temps. Puis, après lui avoir ouvert le ventre avec une épée, ils rendirent lesdits objets à la Créature Surnaturelle en lui assurant qu’elle pourrait revenir en ce Monde tant de fois... [Lire la suite]
06 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 914 à 916 / 1803

Dès lors, le triomphe de la Mort apportée par la peste, et qui fait disparaître des familles entières, ou même des villages, orne les murs des églises. Les danses macabres déploient leurs farandoles de squelettes sur les murs des cimetières, où l’on s’assemble pendant des heures pour écouter les prédicateurs en vogue. Sur les tombeaux, les gisants, calmes et hiératiques, qui évoquent la paix du repos de Dieu, se doublent de corps en décomposition sur lesquels grouillent les vers. La pompe funèbre devient écrasante : les... [Lire la suite]
04 octobre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 912 à 914 / 1803

En 1328, à la mort de Charles IV, les Capétiens n’ont plus de successeur direct. Le prince Edouard – futur Edouard III d’Angleterre -, petit-fils de Philippe le Bel par sa mère Isabelle et, à ce titre, héritier le plus proche du trône de France, est un Anglais. Aussi, la noblesse française l’écarte t’elle au profit d’une branche collatérale : Philippe VI de Valois est proclamé roi de France. Edouard lui prête d’ailleurs hommage en 1329 ; mais la rivalité entre les deux pays s’aggravant en Guyenne – le duché d’Aquitaine -,... [Lire la suite]
27 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 904 à 906 / 1803

Empire Byzantin, XIVème siècle :   A partir de la seconde moitié du siècle, les Ottomans parviennent à prendre Gallipoli, ville située sur la rive européenne du détroit des Dardanelles ; cette tète de pont leur permet de bientôt occuper plus la moitié des Balkans, aux dépens des Bulgares, des Serbes, et de Constantinople.   Mais, au moment où les Ottomans franchissent les Dardanelles, l’Empire connaît une très grave crise politique et spirituelle, qui prend le pas sur le souci de défense extérieure. La guerre... [Lire la suite]
19 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 297 à 299 ; Changement de Civilisation, troisième partie :

Un exemple tout simple qui, je l'imagine, va faire grincer des dents à plus d'un : En 2016, le monde est à l'aube de l’Ère « tout-technologies ». Est-ce un bien, est-ce un mal. Pour moi, ce n'est pas la question essentielle. Pour répondre aux gens qui me la poseraient quand mème, je leur dirai ceci : Chaque transformation en profondeur de notre société a ses bons et ses mauvais cotés. C'est indéniable. Les uns ne vont pas sans les autres. Ce n'est pas pour autant que cela l'a défendu d'évoluer. En tout état de... [Lire la suite]

18 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 895 à 896 / 1803

Inde, XIIIème siècle :   Vers 1210, dix Turcs, anciens esclaves, occupent le sultanat de Delhi. Portés au pouvoir par le jeu des intrigues- et par leur compétence -, les membres de cette dynastie des esclaves sont éliminés chaque fois par un rival plus puissant.   Ces Turcs règnent sur une grande partie de l’Inde. Ils espèrent contrôler tout le sous-Continent, mais sans succès. L’influence musulmane rayonne cependant bien au-delà des territoires directement contrôlés par les sultans. Et même si des royaumes hindous... [Lire la suite]
16 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 892 à 894 / 1803

Philippe le Bel fait donc tout pour maintenir le prestige de la monarchie capétienne et pour affirmer sa souveraineté. Ainsi, il entend que nul dans son royaume – pas même les clercs – n’échappe à sa justice. Il se heurte au pape Boniface VIII, qui défend, quant à lui, la souveraineté suprême et universelle du Saint Siège, doctrine qu’il réaffirme en 1302 par la bulle « Unam sanctam ». Le conflit entre royauté et papauté éclate avec une violence extrême : pour Philippe et son conseiller Guillaume de Nogaret, il faut... [Lire la suite]
03 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 882 à 883 / 1803

A cette époque encore, les collèges doivent permettre aux pauvres clercs d’étudier les disciplines de base. Mais, assez vite, leurs statuts montrent d’autres objectifs : favoriser un certain type d’études, une certaine région. Parfois modestes, parfois grands et somptueux, ils ont souvent leur propre corps professoral. A Paris, ils sont plus de cinquante, dont le plus illustre est le collège de la Sorbonne.   En même temps, dès le début de cette période, l’Université de Paris jouit d’une excellente réputation pour son... [Lire la suite]
02 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 881 à 882 / 1803

Louis IX est depuis toujours d’une profonde piété. Dès sa jeunesse, il voue une grande admiration aux cisterciens : il a participe même aux travaux d’édification de l’abbaye de Royaumont. Cela ne l’empêche cependant pas d’être vigilant à l’égard des prétentions excessives du clergé et de taxer lourdement l’Eglise, en particulier pour préparer les croisades. Louis IX soutient aussi hospices, hôpitaux et léproseries, et fait montre d’une charité constante pour les pauvres – 10 % des dépenses de la maison royale leur sont... [Lire la suite]