09 janvier 2018

Quelle souffrance :

Il y a des douleurs pires que la pire des tortures. Il y a des douleurs qui vous hantent et vous broient toute votre vie. Elles vous lacèrent, elles vous morcellent, elles vous déchirent. Elles vous conduisent aux portes de la folie. Lentement, progressivement, insidieusement, mais irrémédiablement, elles vous mènent au sein d’un Univers qui n’est que peur et folie.   Ces douleurs, pour ceux et celles qui les ont déjà connues, sont pires que la mort. Parce qu’elles n’ont jamais de fin. Elles se renouvellent, elles se... [Lire la suite]
Posté par dominique913 à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

07 janvier 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 998 à 999 / 1803 :

En 1519 également, curieux, François Ier se fait expliquer les mécanismes liés à la Kabbale par le moine Franciscain Jean Thénaud. Celui-ci décrit alors au roi les thèses de Guillaume Postel, de Pic de la Mirandole, ou de Reuchlin. Il lui apprend que Postel a publié une vingtaine d’années auparavant, une traduction inédite du Sefer Yesara, le Livre de la Création. Il lui explique que lui même vient d’éditer un nouvelle version du Zohar, du Bahir, ainsi qu’un « Commentaire de Menahem de Recatini ». Puis, enfin, il lui... [Lire la suite]
03 janvier 2018

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 993 à 995 / 1803 :

De même que Léonard de Vinci, son Mentor, plusieurs dizaines d’années auparavant, Raphaël peint son « Ecole d’Athènes » - 1509 – de manière énigmatique. En effet, dans son tableau, le vénérable Platon lève le doigt de façon identique à Jésus dans « la Cène ». Mais la référence n’est pas aussi mystérieuse qu’elle pourrait le laisser paraître puisque le Platon de Raphaël a les traits de Léonard de Vinci.   Le mouvement réformateur et la volonté de s’attaquer aux abus apparaissent au sein de l’Eglise avant la... [Lire la suite]
18 octobre 2017

Brèves Philosophiques, pages 347 à 349 ; Juste un grain de sable, seconde partie :

Comme pour n'importe quel autre sujet étudié de façon la plus rigoureuse, la plus sérieuse – et en dehors de tout dogme ou idée religieuse préconçue – possible, les réponses existent. Il suffit de les chercher. Il suffit de lire les ouvrages des professionnels ayant travaillé des années durant, et en se basant sur des données fiables, incontestables et incontestées, rigoureuses, etc, leur permettant d'avancer les enseignements qu'ils en ont tiré. Mème sans lire tous leurs ouvrages systématiquement, des résumés de ceux-ci existent sur... [Lire la suite]
27 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 318 à 319 ; Je suis furieux, Seconde partie :

Je l'ai débuté il y a quelques mois – au mois de Novembre dernier, si mes souvenirs sont exacts -, et j'en ai déjà retranscrit un peu plus de 110 pages. Au final, je pense qu'il devrait contenir, au minimum, près de 500 pages. C'est un travail monumental, exigeant, nécessitant concentration, réflexion, attention, connaissances dans mains domaines pas toujours directement liés au Nazisme – Histoire, philosophie, évolution de la société européenne au cours de ces derniers siècles, religion, etc. C'est à la fois épuisant nerveusement,... [Lire la suite]
11 août 2017

Mémoires, pages 25 à 26 / 311 :

Pour ma part, la lecture de ce livre a été une véritable révélation. Je ne le savais pas encore, mais elle venait de modifier mon parcours personnel. Elle allait lourdement peser sur l'homme en devenir qui sommeillait en moi. Je m'y suis appliqué en toute honnêteté. Chacune des consignes rédigé au terme de chacun des paragraphes, je les ai fidèlement suivi. Quand je devais lancer les dés afin d'affronter un des monstres qui hantaient les corridors et les salles de la Montagne de Feu, je changeais de position dans mon lit afin... [Lire la suite]

09 août 2017

Mémoires, pages 23 à 25 / 311 :

  Le soir même, après avoir dîné, je me suis mis au lit vers 20h30, comme il était de coutume. Mes parents – ma mère surtout – estimaient que c'était l'heure la plus adéquate pour aller se coucher à un préadolescent de douze à treize ans. Je ne dis pas que je n'aurai pas préféré rester au salon pour regarder la télévision plus longtemps. D'ailleurs, lors des vacances scolaires, mon frère, ma sœur et moi retournions dans notre chambre plus tard ; sauf mon cadet au cours de ses jeunes années évidemment. Ma mère le conduisait... [Lire la suite]
29 mai 2017

Modification du décor de l'entrée de mon appartement :

Alors que j'étais sur le point de me mettre à travailler sur les corrections de cette lettre dont je parle depuis un certain temps - et que j'ai pratiquement terminées ; deux pages avant d'en finir -, la porte d'entrée à sonnée. Il s'agissait de la livraison d'une affiche sous forme de tableau, que tout le monde reconnaitra.   En effet, je suis fan de cette série télévisée - mais avant tout, de la série de livres qui l'a inspirée. J'attends d'ailleurs le volume six de G.R.R. Martin avec impatience. Celui-ci a... [Lire la suite]
30 avril 2017

La nouvelle Bibliothèque Nationale, rue de Richelieu, première partie :

Hier soir, quand j’ai visionné le reportage de TF1 sur les bâtiments de l’ancienne Bibliothèque Nationale situés rue de Richelieu à Paris, et en train d’être rénovés, j’en ai presque eu les larmes aux yeux. Tout à coup, une myriade de souvenirs sont remontés à la surface. Des images de moi déambulant dans ses couloirs et dans ses salles, assis à ses tables environné de monceaux de livres à étudier, se sont imposées à ma mémoire. A ce moment-là, j’étais à table, dînant avec ma mère et ma grand-mère notamment. Et je leur ai... [Lire la suite]
08 mars 2017

Conséquences inattendues, troisième partie :

Qu'il soit pauvre ou riche, noir ou blanc, homosexuel ou hétérosexuel, croyant ou non, cultivé ou pas, venant de banlieue ou de pays défavorisé ou non, etc., mon regard sur chacun ou chacune ne se fait qu'en fonction de ce que je viens d'édicter. Par contre, je me suis élevé, je m’élève, et je m’élèverai toujours contre ceux et celles qui voient en la différence – de pensée en l’occurrence pour cette personne que je nommerai pas mais à qui tout le monde songe – une interprétation telle que celle-ci : « Tu as tort, et... [Lire la suite]