12 décembre 2016

Tout ce que je mérite, première partie :

  J'ai peu aimé de femmes au cours de ma vie. Et quand je dis peu, c'est concrètement. Parce que dans mon cœur, dans mon âme dans mon corps, au contraire, mes sentiments à l'égard de celles-ci ont maintes fois été mis à l'épreuve. Dans mon quotidien, en me promenant dans la rue, en en croisant durant les multiples périodes où j'ai eu un emploi qui me mettait avec elles, par contre, ce que je ressentais à leur égard à souvent été malmené.   Et pourtant, combien j'aurai apprécié d'avoir ce « don » qu'ont certains... [Lire la suite]

10 décembre 2016

A propos de ce que j'écris, quatrième partie :

Non seulement, ils se trompent, mais ils se trompent lourdement. Car le fait est que mes raisonnements, que mes connaissances, que mes perspectives, se combinent les unes aux autres. De la mème manière que « De Deiteus Mythica », que « le Crépuscule des Demi-Dieux », et que « Chroniques des Semi-Immortels » sont les fragments d'un même récit, d'une même intrigue, d'une même trame, riche, complexe, développée, cohérente, mes articles sur la religion, sur l'actualité, sur la philosophie, sur l'histoire,... [Lire la suite]
08 décembre 2016

A propos de ce que j'écris, seconde partie :

Ainsi, dans les deux « grosses » nouvelles intitulées « Chroniques des Semi-Immortels » qui sont sur le point d'être publiées sous forme de livre, et bientôt disponibles en librairie, à la Fnac, sur Amazon, etc., je me suis appuyé sur plusieurs d'entre elles : les Templiers, les Cathares, les Croisades, l'Alchimie, j'en passe. Cet ouvrage est composé de 210 pages ; et d'autres « Chroniques » liées à l'intrigue que ces deux textes laissent partiellement transparaître, suivront certainement. Car... [Lire la suite]
07 décembre 2016

A propos de ce que j'écris, première partie :

J'écris. J'écris beaucoup et quotidiennement ; sauf le Dimanche. C'est autant mon métier, que ma vocation, ou que ma passion. Depuis mon adolescence, j'ai ça dans le sang. C'est autant un plaisir qu'un besoin. Je pense que je serai extrêmement malheureux, et que je me sentirai amputé d'une partie de moi-même. Que ce soit intellectuellement, spirituellement, vis-à-vis de mon imaginaire, de mes connaissances, etc. Je publie donc beaucoup également. Parfois des poèmes – assez courts habituellement. Tentés de fantastique, de... [Lire la suite]
05 décembre 2016

Au bord du précipice :

C'est assez rare, mais parfois, les émotions que je garde au fond de mon cœur et de mon âme ont tendance à me submerger. C'est un phénomène qui advient alors que je ne m'y attend pas. Il n'y a pas forcément de raison particulière. Néanmoins, il y a toujours un élément inattendu, soudain, particulier, qui le déclenche. Une sorte de déclic lié à des événements qui s'avèrent marquants, qui exacerbent cette sensibilité dont je suis le réceptacle.   Soudain, le Soleil qui m'illuminait jusqu'alors disparaît. Je me retrouve dans le... [Lire la suite]
04 décembre 2016

Ma vie sociale, seconde partie :

Il y en a qui supposent que ce n'est pas grand-chose. Ils imaginent que je ferai mieux d'employer mon temps, mon énergie, mes capacités, à d'autres activités plus rémunératrices ou plus « honorables », « respectables », pour reprendre leurs dires. Mais, ils oublient qu'ils ont la chance de pouvoir se déplacer aisément ; de pouvoir rencontrer facilement des hommes et des femmes à l'extérieur de leur domicile. Qu'ils ont la possibilité d'avoir leurs deux membres – bras et jambe – ayant une agilité optimale. Ce... [Lire la suite]

03 décembre 2016

Ma vie sociale, première partie :

Il y a tant de choses qui se bousculent continuellement dans ma tète. Celle-ci fourmille en permanence d'une multitude d'idées, d'une infinité de projets de textes, d'articles, de poèmes ; de traités sur l'actualité, sur la philosophie, sur les sciences, etc. De tous temps, d'aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours fonctionné ainsi. Et je ne pense pas que je puisse œuvrer autrement. Une fois ou deux, bien entendu, des personnes estimant qu'il serait préférable pour moi que j'agisse d'une autre façon, ont tenté de me... [Lire la suite]
02 décembre 2016

Le 25 Juillet 1998, cinquième partie :

C’est à ce moment-là que je n’ai plus pu retenir mes larmes. Comme un torrent incontrôlable, elles se sont déversées sans que je puisse les retenir. J’ai alors réalisé que, cette fois, tout était terminé. Plus jamais je ne reverrai mon Aymeric. Plus jamais je ne partagerai de moments avec lui. Jamais je ne le verrai avoir une petite amie, se marier, avoir des enfants. Jamais plus il ne serait à mes côtés lorsque j’aurai besoin de son soutien, de son aide face aux épreuves de l’existence qui m’attendaient. Jamais plus il ne... [Lire la suite]
01 décembre 2016

En toute amitié :

Enfin, c'est fait !!! Après avoir passé tout l'après-midi d'hier en compagnie de l'informaticien auquel je fais appel habituellement lorsque j'ai des soucis avec mon ordinateur de bureau, c'est fini.   L'ordinateur portable que j'ai acheté la semaine dernière, et qui est arrivé à mon domicile, est configuré correctement. Les programmes dont j'avais besoin pour écrire, pour créer mes vidéos et mes diaporamas, Skype, etc., sont installés. Internet est disponible. D'ailleurs, lorsque mon informaticien a configuré internet... [Lire la suite]
30 novembre 2016

Le 25 Juillet 1998, troisième partie :

Combien de moments complices avons-nous partagé. Je ne me rappelle plus, tellement ils sont nombreux. Ce sont presque les seuls qui m’aient rendu heureux ces dernières années. Aymeric était le seul avec lequel je pouvais discuter librement, avec lequel je pouvais rire, avec lequel je pouvais jouer à des jeux vidéo, avec lequel je pouvais visionner des films. C’était le seul auquel je pouvais confier ma désarroi et ma souffrance de ne pas être capable de séduire une jeune femme susceptible de m’attirer. C’était le seul qui me disait... [Lire la suite]