17 mai 2017

De Deiteus Mythica, pages 787 à 788 / 1804 :

Germanie, Xème siècle :   Si, après la mort de Charles le Gros, en 888, quatre souverains ont porté ce titre, ils n’ont pas été des Carolingiens, et leur pouvoir a été limité à la protection d’une papauté menacée, dans Rome même, par les rivalités de l’aristocratie locale.   Originaires de l’Est de l’Empire Carolingien, les souverains Saxons voient, au cours de cette période, leurs possessions épargnées par les grands flux d’envahisseurs ; depuis le temps du duc Liudolf, ils sont les plus puissants princes de... [Lire la suite]

16 mai 2017

Ecrire sur soi, seconde partie :

Il est vrai aussi qu’ils ou elles peuvent voir mes textes comme des provocations à leur encontre, à l’encontre de ce en quoi ils croient, de leurs philosophies, de leurs idéologies, de leurs religions, etc. Des provocations à l’encontre de l’ordre établi ou d’une « norme » à laquelle ils appartiennent et qu’ils ne désirent pas voir modifier ou évoluer. J’en suis conscient, puisque depuis que je me suis lancé dans la rédaction de textes – personnels, philosophiques, idéologiques, sociétaux, ou sur l’actualité… - se... [Lire la suite]
15 mai 2017

De Deiteus Mythica, pages 785 à 787 / 1804 :

En 956, Hugues a seize ans, le nouveau roi Lothaire son cousin, en a treize. Ils sont placés sous la tutelle de leurs oncles : le roi Otton Ier et l’archevêque de Cologne. Outre son titre, le nouveau duc des Francs possède une dizaine de comtés – Paris, Senlis, Orléans, etc. – et administre plusieurs abbayes dont celle de Saint Martin à Tours, d’où il tire son surnom : Capet venant de Capa, allusion directe au manteau – ou cape – de Saint Martin conservé dans ce monastère. Des liens de famille l’attachent aux plus... [Lire la suite]
14 mai 2017

Ecrire sur soi, première partie :

C’est un exercice très difficile que d’écrire. Et ça l’est encore plus lorsqu’il s’agit d’écrire sur soi. Tout simplement parce que l’on ne peut pas être totalement objectif quant au regard que l’on porte sur soi. Tantôt, on met les meilleurs cotés de sa personnalité en avant. On montre ce qui peut être l’objet d’admiration, d’honneurs, de respect, de joie, ou de bonheur. Tantôt, on met nos souffrances, nos malheurs, nos blessures, nos épreuves, nos désillusions, en avant. Et là, on est regardé avec inquiétude, horreur,... [Lire la suite]
11 mai 2017

Brèves Philosophiques, pages 46 à 48 ; Si Dieu existe, troisième partie :

Personnellement, j'ai assez longuement et profondément étudié l'origine de tous ces mythes, j'ai assez lu ces livres saints, pour déceler derrière la plupart de leurs textes ces fondamentaux plurimillénaires. Quant à ma foi personnelle, si je crois en quelque chose de plus grand que moi, jamais je ne lui donnerai de nom. Jamais je ne me référerai à ces livres afin d'ancrer mes convictions. C'est par l'étude de la diversité et de la multiplicité des vérités et des incertitudes modelées par notre monde et notre univers, que je me forge... [Lire la suite]
09 mai 2017

Brèves Philosophiques, pages 43 à 45 ; Si Dieu existe, première partie :

Il est navrant, et même terrifiant, que, dès que l'on touche au Coran, à la fois musulmane, ou à ses traditions, ceux et celles qui « croient » se crispent et ne supportent pas aucune critique, ou aucune réflexion sensée. Ils arc-boutent sur les textes dont ils ont été instruits depuis leur plus tendre enfance. Ils les défendent sans jamais faire appel à leur raison où ce que la science, l'histoire, la philosophie, ou toute autre connaissance leur indique. Pire encore, beaucoup refusent ces dernières de toutes leurs forces,... [Lire la suite]

08 mai 2017

Brèves Philosophiques, pages 41 à 43 ; Une autre Humanité, première partie :

De mon point de vue, l'Art d'écrire affûte sa capacité à penser, à réfléchir, à philosopher. Autour de moi, parmi ceux et celles que je côtoie au sein de ma Réalité quotidienne, il y en a qui estiment que "philosopher" est comparable au fait de se plaindre, de se lamenter, de ressasser le passé. Il est vrai que ces derniers temps, j'ai beaucoup écris sur les épreuves de toutes sortes que la vie m'a infligée depuis que je suis enfant. Et encore, je n'ai pas tout dis. Je suis farouchement convaincu qu'il n'y a qu'en mettant des mots sur... [Lire la suite]
08 mai 2017

Où écrire à propos de mes figurines conduit parfois ma pensée, seconde partie :

Il faut avouer que mon budget mensuel en figurines, toutes séries confondues, approche les 450 euros. C’est beaucoup, je le sais. En même temps, je ne sors pas, je n’ai pas de voiture, j’ai des revenus suffisants pour me faire ce plaisir. L’un des seuls, avec les livres et les films, que je m’accorde. Les inconvénients de mon état, en tant qu’handicapé, de solitaire dû à mon travail d’écrivain qui ne voit pratiquement jamais personne, etc. sont largement plus lourds à porter. Si je pouvais sortir de chez moi pour aller à la... [Lire la suite]
07 mai 2017

Brèves Philosophiques, pages 40 à 41 ; L'Occident et ses contradictions, troisième partie :

L'Occident est donc, pour toutes ces raisons, et pour bien d'autres encore, aux origines du mal dont il est le jouet. Pour autant, en aucun cas il ne se remettra en cause. En aucun cas il ne s'interrogera sur sa part de responsabilité vis-à-vis de sa déliquescence annoncée. Non, c'est forcément « l'autre », « l'étranger », qui veut sa part de bonheur et de prospérité, qui est le ferment de cette « crise du libéralisme outrancier ».   Il est naturel que « l'homme blanc et bien né »... [Lire la suite]
07 mai 2017

De Deiteus Mythica, pages 778 à 780 / 1804 :

Au Maghreb, la da’i gagne le soutien d’une tribu berbère, les Kutama, en entretenant le mystère autour de la personne d’Ubayd Allah. Il établit une subtile distinction entre l’imam permanent « occulté », ou Ismail, disparu depuis 760, et l’imam « dépositaire » - Ubayd Allah -, qui a été investi par le précédent, et dont il est à la fois le « Voile », la « Représentation » et la « Parole dans le Siècle ».   Grâce aux Kutama, le da’i conquiert l’Ifriqiya. En 909, il en chasse... [Lire la suite]