14 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 290 à 292 ; De ce que je partage au travers de mes textes philosophiques, seconde partie :

Il n'est pas, non plus, inintéressant de constater que c'est il y a quelque mois, lorsque j'ai véritablement débuté cette rédaction intellectuelle d'envergure, que les hommes et les femmes des différents groupes de ce réseau social, d'autres sites se concentrant sur les thèmes que j'aborde, ont commencé de plus en plus à se pencher sur ce que j'écris. La conclusion à en retirer, à mon humble avis, c'est qu'il y a une demande – beaucoup plus importante que je ne le songeais au départ – pour ce style d'article : des articles... [Lire la suite]

14 septembre 2017

Mémoires, pages 42 à 44 / 311

C'est d'ailleurs pour cette raison que le jour où je lui ai menti pour qu'elle me donne un billet de cent francs – une somme non négligeable en 1986 ou 1987 -, je n'étais pas fier. C'était quelques semaines après la rentrée scolaire. Il pleuvait averse. Et comme d'habitude, le jour précédent, je m'étais rendu dans la petite librairie se trouvant sur le trajet du lycée. De nouveaux livres dont vous êtes le héros venaient d’être publiés. Je ne possédais pourtant pas assez d'argent de poche pour les acquérir. Et j'ai dit au vendeur... [Lire la suite]
12 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 286 à 289 ; Conscience universelle, troisième partie :

Toutefois, je le répète, je n'en n'ai cure. Je suis aussi conscient que se dévoiler ainsi, déclamer ses sentiments, ses passions, ses beautés et ses laideurs, ses rêves et ses cauchemars, ses facilités et ses difficultés, n'est pas quelque chose qui se situe dans les « normes ». Surtout au sein d'un lieu tel que celui-ci. Mais, une fois encore, je m'en fiche. Ces médisances, si elles m'atteignent parfois, ne me font pas dévier des buts qui sont les miens. Que ce soient les « amis virtuels » que je fréquente, que... [Lire la suite]
09 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 888 à 889 / 1803

En 1248, en Bavière, soudainement, une secte Satanique voit le jour sans que nul ne sache d’où elle vient et qui sont ses Initiés. Mais, bientôt, elle fait parler d’elle puisqu’elle s’établit au sommet du « Blocksky », le plus haut pic de la chaîne du Hatz.   En effet, la rumeur la concernant prétend rapidement que ses membres masculins se livrent à la débauche avec des Démons leur apparaissant sous une forme féminine ; tandis que ses membres féminins en font de même avec des Démons aux caractéristiques... [Lire la suite]
08 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 284 à 286 ; Conscience universelle, seconde partie :

Néanmoins, je n'en n'ai cure. Encore une fois, je le revendique pleinement, qu'on l'accepte ou non, qu'on sois d'accord avec moi ou non. Et tant pis si les hommes et les femmes qui tentent de me faire plier sous leur joug me détestent ou s'acharnent sur moi. Ils ne me font pas peur. Je les plains davantage que je ne les méprise. Car la seule rhétorique qui prévaut à mes yeux, dans ce cas comme dans tous ceux me concernant cités précédemment, c'est celle qui se rattache à l'intellect, à la raison, et à la connaissance. C'est celle... [Lire la suite]
07 septembre 2017

Méa Culpa :

J'avoue que ces derniers temps ont été assez éprouvants pour moi. En effet, parfois, la solitude me pèse. Le fait d'être si isolé un un fardeau lourd à porter. De plus, m'occuper quotidiennement de cette personne de ma famille ayant la sclérose en plaques, ne facilite pas ma situation. Attention cependant, je ne lui fais aucun reproche. C'est une situation très pénible pour elle. Elle n'en parle pratiquement pas. Elle n'a jamais eu l'habitude de se mettre en avant. Mais les incapacités qu’entraînent sa maladie sont dures à vivre ;... [Lire la suite]

07 septembre 2017

Mémoires, pages 40 à 42 / 311

La seconde librairie que j'ai visité, j'y avais davantage mes habitudes que celle où ma mère m'a offert ma première boite de l’œil Noir. Elle se situait non loin de l’arrêt de bus proche du lycée. Mais je devais longer plusieurs avenues avant d'y arriver. Je m'y rendais une fois par semaine. Puis, je me dirigeais vers l'édifice où je devais passer ma journée à étudier. J'y entrais, saluant le propriétaire au passage. Je m’avançais vers le fond de la boutique. Je suivais du regard les présentoirs sur lesquels étaient habituellement... [Lire la suite]
06 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 283 à 284 ; Conscience universelle, première partie :

Il me semble que l'une des choses les plus difficiles au monde est de creuser au plus profond de soi-même. Je suis sûr que l'une des choses les plus ardues dans l'existence d'un individu est de se livrer aux autres sans avoir peur d’être critiqué, moqué, rejeté, violenté, ou blessé. Je suis certain que l'un des exercices les plus exténuant est de se dévoiler aux autres tel que l'on est en réalité : avec ses forces et ses faiblesses, ses joies et ses tristesses, ses bonheurs et ses malheurs, ses réussites et ses échecs… Je suis... [Lire la suite]
05 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 281 à 283 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, dernière partie :

Evidemment, cela ne veux pas dire que c'est pour cette raison que nous ne devons pas tenter d'améliorer les choses chez non. Jamais je ne dirai cela. Ceux et celles qui me suivent depuis longtemps, savent que je suis un amoureux de la lecture, de l'écriture, de la connaissance, du savoir. C'est ma raison d'être. C'est dans mes gènes. Néanmoins, je suis conscient d’être un privilégié, comparé à beaucoup d'autres un peu partout dans le monde. Et je trouve insultant, égocentrique, orgueilleux, de pleurer sur nos pauvres petits malheurs... [Lire la suite]
04 septembre 2017

Interlude :

Depuis quelques jours, à la fin de mes publications quotidiennes de "De Deiteus Mythica", je préviens que je ne diffusera peut-être plus mes textes dans un avenir plus ou moins proche. En effet, comme je l'ai spécifié dans ma vidéo "ce que je souhaitais vous dire" récemment, cette situation d'isolement me pèse de plus en plus. Peut-être n'en n'avez vous pas conscience, peut-être est-ce insignifiant, futile, négligeable à vos yeux. Pour moi, ce ne l'est pas. Bien au contraire, il n'y a rien de plus destructeur, cauchemardesque,... [Lire la suite]