03 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 280 à 281 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, cinquième partie :

Comme je l'ai dit hier, l'éducation familiale, le milieu socio-culturel, le lieu de naissance, les voies d'apprentissage, font que quelques-uns réussiront. Par ce moyen, ils trouvent leur vocation. Mais les autres - la grande majorité - se contentent d'aspirations éducatives contraintes. Ils se contentent d'emplois uniquement acceptés afin de payer les factures et de pouvoir faire vivre à peu près correctement le couple ou la famille. D'autres, enfin, décrochent en route parce que mal guidés, poussé vers des voies sans issue. Ou,... [Lire la suite]

03 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 882 à 883 / 1803

A cette époque encore, les collèges doivent permettre aux pauvres clercs d’étudier les disciplines de base. Mais, assez vite, leurs statuts montrent d’autres objectifs : favoriser un certain type d’études, une certaine région. Parfois modestes, parfois grands et somptueux, ils ont souvent leur propre corps professoral. A Paris, ils sont plus de cinquante, dont le plus illustre est le collège de la Sorbonne.   En même temps, dès le début de cette période, l’Université de Paris jouit d’une excellente réputation pour son... [Lire la suite]
02 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 278 à 280 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, quatrième partie :

A contrario, les métiers dits « non intellectuels et ne nécessitent pas de formation universitaire – formations pour des métiers manuels en alternance avec des stages en entreprises. Les métiers de bouche, du bâtiment, commerciaux, etc. - manquent de main d’œuvre. Certes, ,ils sont plus ardus physiquement, plus contraignant au niveau des horaires ou de la vie de famille. Mais ils ont d'énormes débouchés. Au point que certaines entreprises sont obligées d'aller chercher de la main d’œuvre à l'étranger – bâtiment, infirmiers,... [Lire la suite]
02 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 881 à 882 / 1803

Louis IX est depuis toujours d’une profonde piété. Dès sa jeunesse, il voue une grande admiration aux cisterciens : il a participe même aux travaux d’édification de l’abbaye de Royaumont. Cela ne l’empêche cependant pas d’être vigilant à l’égard des prétentions excessives du clergé et de taxer lourdement l’Eglise, en particulier pour préparer les croisades. Louis IX soutient aussi hospices, hôpitaux et léproseries, et fait montre d’une charité constante pour les pauvres – 10 % des dépenses de la maison royale leur sont... [Lire la suite]
01 septembre 2017

Mémoires, pages 38 à 40 / 311

De fait, je quittais la maison aux alentours de 7h30 le matin. Je rejoignais l’arrêt du car. A l'horaire prévu, j'y montais. Je m'y installais pour environ une demi-heure de trajet. Généralement, j'y écoutais de la musique sur mon walkman que J'avais enregistré. C'était très artisanal, j'en conviens. Les cassettes étaient parsemées de grésillements et le son était loin d’être parfait. Mais je m'en contentais ; là n'était pas ma priorité. Celle-ci était de me reposer encore un peu avant d’être confronté au grand rush de... [Lire la suite]
31 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 276 à 277 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, seconde partie :

Ce que je veux souligner, en remémorant ces faits, c'est que notre système actuel, si imparfait soit-il, est assez récent. Par ailleurs, les programmes changent quasiment chaque année. Une fois, c'est un certain nombre de matières qui sont mises en avant. L'année suivante, le programme est modifié. C'est quasi-systématique à chaque rentrée scolaire ; que ce soit en primaire, en secondaire, ou pour l'université. Nos enfants ont tant de matières, dont beaucoup qui n'existaient pas, ou qui n'étaient pas mises en avant à l'époque... [Lire la suite]

31 août 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 879 à 881 / 1803

D’un autre coté, l’Empire angevin est désormais démantelé, mais Jean sans Terre menace toujours le royaume, d’autant que son neveu, Otton de Brunswick noue les fils d’une coalition à laquelle adhère Ferrand du Portugal, comte de Flandre.   En 1208, Otton IV a fini par succéder à l’Empereur germanique Henri VI, après l’assassinat du prétendant rival, Philippe de Souabe, qui était soutenu par le pape et la majorité des princes allemands. Mais Otton lui même perd ensuite ses principaux appuis : le pape Innocent III et Jean... [Lire la suite]
29 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 272 à 274 ; De l'Education de nos enfants, dernière partie :

Donc, ce n'est pas une question de forme de société, c'est une question de capacités, de possibilités, de trajectoire personnelle, d'ambition, de rêve ; et à aussi, pour terminer, il est vrai que d'une civilisation mondialisée, d’hyper-consommation, où l'argent-roi et la valorisation sociale dépend de son statut, donc, de niveau hiérarchique où l'on se situe, celui qui n'a pas un "bon métier", qui n'a pas un salaire conséquent après avoir effectué de grandes études, et donc, forcément, avoir acquis un bagage intellectuel et culturel... [Lire la suite]
29 août 2017

Mémoires, pages 37 à 38 / 311

  Progressivement donc, j'ai débuté leur collection. Ça a été ma première, pas ma dernière bien que je ne le sache pas encore. . Non, à ce moment là, le plus important pour moi était de m'en procurer le maximum. Et au fil des mois et des deux ou trois années ultérieures donc – entre 1985 et 1989 approximativement -, elle a pris de plus en plus en plus de place sur les étagères de ma chambre. De « la Sorcière des Neiges » au « Temple de la Terreur », du « Marais aux Scorpions » à « la Planète... [Lire la suite]
27 août 2017

Mémoires, pages 35 à 37 / 311

Il existe, au cours de sa vie, de rares périodes de pure félicité que rien ni quiconque ne vient entacher. Bien que les années 2002 – 2004 aient été parsemées de drames et de profonds déchirements dans ma famille – une fois encore, rien que pour les relater, il me faudrait y consacrer un long texte explicatif -, dévorer le Seigneur des Anneaux, puis, dans la foulée, « les Misérables » de Victor Hugo a été comme un fragment d’Éternité qui m'a alors complètement submergé. Quelques semaines situées en dehors de l'espace et du... [Lire la suite]