24 mai 2017

Quelques instants avec Doris et Louga, seconde partie :

Comme durant les journaux télévisés de la mi-journée ou du soir. Ou comme quand il attrape un bout de ma robe de chambre, ou de la ceinture de celle-ci, pour s'amuser avec. Sans compter toutes les fois où, lorsque je suis à table, en train de manger, et où il me monte sur les genoux. Evidemment, il lorgne alors sur mon assiette, un bout de pain qui traîne. Le plus souvent, cependant, c'est pour me léchouiller. Toutefois, il pèse son poids, et j'ai du mal à m'en défaire quand il s'appuie de tout son corps sur mes genoux. Il est... [Lire la suite]

22 mai 2017

Quelques instants avec Doris et Louga, première partie :

Voilà, ça y est, depuis quelques heures, je suis de nouveau seul à mon domicile. Ma mère et ma grand-mère – ainsi que nos deux boxers que sont Louga et Doris – ont quitté celui-ci aux alentours de 10h30 ce matin. Mon aide-ménagère était présente, puisqu'elle m'a grandement aidé à remettre un peu d'ordre dans l'appartement. Il faut avouer que Doris et Louga prennent de la place. Ils aiment leur confort, s'étaler de tout leur long sur le canapé ; au point que ma grand-mère, ma mère, et moi, devons nous organiser pour s'asseoir,... [Lire la suite]
20 mai 2017

Ecrire sur soi, quatrième partie :

Ce sont ces gens qui, sur des réseaux sociaux comme celui-ci, parcourent en biais des textes comme ceux que je produis régulièrement. Puis qui, ensuite, se font une idée de ce qu’est la vie de gens comme moi, selon leur bref et éphémère perception de la réalité. Ce sont eux qui postent, ici ou ailleurs, des vidéos, des images, des extraits d’articles, des citations, élaborés par d’autres, pour « marquer le coup » en fonction de leur humeur et de leurs centres d’intérêts. Ce sont eux, aussi, qui s’enorgueillissent, qui... [Lire la suite]
18 mai 2017

Ecrire sur soi, troisième partie :

Quoi qu’il en soit, ces hommes et ces femmes ne voient qu’une infime part de moi-même au travers de ce que j’écris ici ou ailleurs. Et ce, même si j’y publie quotidiennement des textes. Il y a peut-être trois ou quatre personnes – elles se comptent sur le doigt d’une main – à qui j’ai ouvert davantage qu’aux autres la réalité de mon existence ; qui sont informés du pourquoi et du comment de mes souffrances, de mes peurs, de mes blessures, de mes cauchemars. Mais aussi, de mes joies, de mes fiertés, de mes bonheurs, de mes... [Lire la suite]
16 mai 2017

Ecrire sur soi, seconde partie :

Il est vrai aussi qu’ils ou elles peuvent voir mes textes comme des provocations à leur encontre, à l’encontre de ce en quoi ils croient, de leurs philosophies, de leurs idéologies, de leurs religions, etc. Des provocations à l’encontre de l’ordre établi ou d’une « norme » à laquelle ils appartiennent et qu’ils ne désirent pas voir modifier ou évoluer. J’en suis conscient, puisque depuis que je me suis lancé dans la rédaction de textes – personnels, philosophiques, idéologiques, sociétaux, ou sur l’actualité… - se... [Lire la suite]
14 mai 2017

Ecrire sur soi, première partie :

C’est un exercice très difficile que d’écrire. Et ça l’est encore plus lorsqu’il s’agit d’écrire sur soi. Tout simplement parce que l’on ne peut pas être totalement objectif quant au regard que l’on porte sur soi. Tantôt, on met les meilleurs cotés de sa personnalité en avant. On montre ce qui peut être l’objet d’admiration, d’honneurs, de respect, de joie, ou de bonheur. Tantôt, on met nos souffrances, nos malheurs, nos blessures, nos épreuves, nos désillusions, en avant. Et là, on est regardé avec inquiétude, horreur,... [Lire la suite]

06 mai 2017

Où écrire à propos de mes figurines conduit parfois ma pensée, seconde partie :

  Dans la foulée, je me suis mis en quête d’un nouveau magasin où je pourrais commander la suite des figurines King and country dont je faisais collection. Cela faisait déjà un moment que, sur Internet, j’avais à plusieurs occasions croisé l’enseigne « Figurines et collections ». Mais, jusqu’alors, je ne lui avais pas prêté une grande attention. Je ne souhaitais pas – c’est toujours le cas, d’ailleurs – me disperser auprès de mes fournisseurs.   J’avais donc Toysoldiers. J’avais – j’ai – également, mon ami Bill... [Lire la suite]
28 avril 2017

Le 10 Janvier 2017, seconde partie :

Seul Aymeric réussissait à me voir tel que j’étais réellement ; au-delà de ces apparences. Seul Aymeric était fier d’avoir un frère aîné qui écrivait ; qui était admiratif devant les connaissances que je possédais, devant ce don pour les mots et les phrases qui faisait partie intégrante de ma personnalité. Seul Aymeric n’avait pas honte de dire à ses amis, à ses proches, que mes préoccupations, mes centres d’intérêts, mes passions, ma vocation, étaient respectables, honorables, valorisantes. Seul Aymeric, dans mon... [Lire la suite]
26 avril 2017

Le 10 Janvier 2017, première partie :

Le 10 Janvier 2017, mon petit frère Aymeric, né le 10 Janvier 1980 aurait eu 37 ans. Et aujourd’hui que je me sens seul, abandonné par ceux et celles que j’apprécie de manières diverses et variées ici ou ailleurs, il me manque encore plus qu’habituellement. Il n’y a pas un jour, pas une heure, pas une minute, où je ne pense pas à lui, où je le pleure. Il n’y a pas un instant, depuis ce fatidique Samedi 25 Juillet 1998 où il a perdu la vie, où cette fêlure ne se rappelle à moi. Car il était cette lumière, cette joie, ce bonheur... [Lire la suite]
24 avril 2017

D'hier à aujourd'hui, seconde partie :

A cette époque, au moins, je souffrais, mais je me drapais dans cette solitude parce que je n’avais pas le choix. Rien ne venait me tenter, me déstabiliser. Il n’y avait rien qui attisait mon envie ou mon désir de partager qui je suis avec des personnes dont la lumière m’attirais irrésistiblement ; malgré moi. Rien ne me donnais l’impression que cette solitude, si elle était un fardeau, n’était pas un poids étouffant qui me broyait régulièrement. Si j’en étais le prisonnier volontaire, je savais qu’un jour je pourrais m’en... [Lire la suite]