18 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 177 à 179 ; La Fin des Illusions, dernière partie :

Je sais ce que pensent certains d'entre vous : tout ceci n'est que de la Science-Fiction. Ou si tout cela doit advenir, ce ne sera pas avant plusieurs centaines d'années… Vraiment ? Eh bien, c'est que les informations que vous suivez régulièrement dans vos journaux, ou sur Internet – peu importe – ne captent pas assez votre attention. Il y a quelques jours, j'ai fait une expérience : quels ont été les principaux sujets des actualités : la crise des migrants. Je vous en ai expliqué les causes les plus flagrantes... [Lire la suite]

17 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 175 à 177 ; La Fin des Illusions, quatrième partie :

Autre conséquence, évidemment, c'est que les entreprises qui s'y sont délocalisées, ont mis au chômage des millions de personnes chez nous. Avec la globalisation et l'échange si simple et si aisé des marchandises entre les différentes parties du monde, pourquoi faire ici ce que l'on peut faire là-bas. C'est donc le moteur de leur croissance ; mais aussi le moteur de notre « décroissance ». Quand on y rajoute la fin de l’Ère industrielle telle qu'elle a existé durant près de 150 ans ; le monde ouvrier n'en finit pas... [Lire la suite]
16 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 174 à 175 ; La Fin des Illusions, troisième partie :

Un petit aparté à ce propos : comme je l'ai déjà mentionné dans un texte antérieur, le fait d'ériger des barrières, ou des « murs », entre ces contrées défavorisées, et l'Occident encore relativement préservé de ces dérèglements, ne va pas régler ce problème. Je dirai même qu'au contraire, il va l'accentuer. Ces barricades ne vont faire qu'accentuer les dissensions entre les peuples victimes de ces transformations du climat. Elles vont faire naître des tensions supplémentaires entre le Nord et le Sud du globe. Elles... [Lire la suite]
15 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 172 à 174 ; La Fin des Illusions, seconde partie :

Néanmoins, chacune de ces extinctions antérieures ont été l’œuvre de la nature ou de cataclysmes. Un seul exemple suffira : la disparition des dinosaures, on le sait maintenant avec certitude, est due à la collision d'un astéroïde de plusieurs kilomètres de diamètre avec la Terre. On en distingue les traces dans le Golfe du Mexique. A la suite de cela, des centaines de milliards de tonnes d'infimes particules ont enveloppé l'atmosphère terrestre pendant des dizaines d'années. Un Hiver nucléaire l'a recouvert, condamnant 90 %... [Lire la suite]
14 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 170 à 172 ; La Fin des Illusions, première partie :

ll ne faut pas être naïf. La Mondialisation, ainsi que de Capitalisme à outrance et triomphant vit ses dernières heures. Combien de temps vont-ils encore résister aux assauts des transformations en profondeur que « subit » notre Civilisation ? Nul ne saurait le dire avec exactitude. Uniquement parce qu'il y a d'innombrables facteurs à prendre en compte : les bouleversements climatiques dont nous observons de plus en plus visiblement les prémisses ; la fin programmée de la surconsommation sans frein ;... [Lire la suite]
11 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 164 à 166 ; Je zappe et je passe, seconde partie :

Oui, en vérité, il est facile de maudire tout ça, et bien d'autres choses encore, lorsque notre quotidien est directement bouleversé par les soubresauts d'une civilisation devant faire face à des défis de plus en plus ardus et complexes à relever. Oui, il est si banal de fustiger les conséquences de fléaux que nous avons contribué à engendrer, sans s'attaquer à leurs véritables causes. Et, ensuite, tranquillement, paisiblement, sereinement, fiers du devoir accompli, de revenir à ce qui nous apparaît si vital pour la poursuite de nos... [Lire la suite]

10 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 163 à 165 ; Je zappe et je passe, première partie :

Il est intéressant de constater à quel point il est aisé d'oublier ce pourquoi on s'est indigné ou révolté hier. Le jour des attentats de Bruxelles, tout le monde s'est élevé contre la monstruosité dont la capitale de la Belgique a été l'objet. La télévision, les radios, la presse écrite, évidemment, ont relayé, parfois pratiquement minute par minute, ou heure par heure – les événements dramatiques qui s'y sont déroulés. Ces actes liés à l’extrémisme le plus barbare, et destinés à nous rappeler que nous sommes les proies de ces... [Lire la suite]
09 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 161 à 163 ; Amalgames, aveuglements et simplification, dernière partie :

Et ce n'est pas en nous cachant les yeux, en nous dérobant à notre part de responsabilité, en feignant l'innocence ou l'ignorance, que les faits changeront. Les faits sont durs, brutaux, sans états d'âme, impitoyables. Ils sont constitués de nuances issues de myriades de particularités, de spécificités, de caractéristiques, d'attributs. Nous en sommes tous les acteurs, volontaires ou involontaires. Nos parents, nos grands-parents, nos ancêtres, également. De même que leurs actions, que leurs engagements, que leurs réalisations, que... [Lire la suite]
Posté par dominique913 à 18:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,
09 août 2017

Mémoires, pages 23 à 25 / 311 :

  Le soir même, après avoir dîné, je me suis mis au lit vers 20h30, comme il était de coutume. Mes parents – ma mère surtout – estimaient que c'était l'heure la plus adéquate pour aller se coucher à un préadolescent de douze à treize ans. Je ne dis pas que je n'aurai pas préféré rester au salon pour regarder la télévision plus longtemps. D'ailleurs, lors des vacances scolaires, mon frère, ma sœur et moi retournions dans notre chambre plus tard ; sauf mon cadet au cours de ses jeunes années évidemment. Ma mère le conduisait... [Lire la suite]
08 août 2017

Brèves Philosophiques, pages 160 à 161 ; Amalgames, aveuglements et simplification, quatrième partie :

C'est tellement plus simple, c'est tellement plus facile, de laisser agir « ceux qui savent », « ceux qui sont aux manettes de nos existences », plutôt que de se questionner sérieusement sur les tenants et les aboutissants de ce à quoi nous assistons quotidiennement. C'est tellement plus simple et plus facile de se dire « Daesh est la cause de tous nos maux », plutôt que d'accepter le fait que notre civilisation occidentale a contribué à engendrer, puis à faire grandir le monstre. Un exemple tout simple,... [Lire la suite]