24 février 2018

Juste un rêve...

Parfois, lorsque je me prends à rêver, je me dis que j'aimerai plus que tout au monde être quelqu'un d'autre que moi. J'aimerai avoir un corps, un visage, différents, pour que les personnes que je fréquente, que je côtoie, me regardent. Pour qu'elles viennent vers moi naturellement. Pour qu'elles me parlent véritablement. Pour qu'elles aient l'envie de partager des moments de joie et de bonheur, de rires et de concorde, en ma compagnie.   Pour qu'elles aient le souhait de développer leurs relations avec moi, en... [Lire la suite]

03 février 2018

Jusqu'à la folie et à la mrt :

Alors que j'écris ces mots, j'ai la gorge nouée. J'ai un nœud d'angoisse et d'anxiété, de malaise, de peur, de souffrance extrême, dans le ventre et dans la gorge. Comme un poids qui m'écrase, comme quelque chose qui m'étouffe, m’empêche de respirer.   Tout à l'heure, j'ai fait une crise de convulsions. Pendant quelques minutes, tout le coté droit de mon corps a été secoué de spasmes. J'ai eu l'impression que mes muscles se tendaient au point de se déchirer. J'ai eu le sentiment que mes os se rebellaient, étaient enserrés dans... [Lire la suite]
26 janvier 2018

Femmes exceptionnelles :

Ma vie est complexe. Elle est davantage centrée vers mes pensées, mes savoirs, mes cheminements intérieurs, que vers ce qui se dévoile au travers des apparences. Elle est teintée de mots, d'émotions, d'imaginaires, de rêves et d'espoirs. Elle est constituée d'épreuves, d'épuisements, de cauchemars, de duretés qui n'ont ni pitié ni regrets ; qui déchirent, qui mutilent, qui brisent. Rares ont été les fois où j'ai touché, ou même frôlé, le bonheur et la joie d'être considéré, aimé, apprécié pour l'individu que je suis... [Lire la suite]
18 janvier 2018

Amour brisé :

Je n'y peux rien, c'est plus fort que moi. Mais à chaque fois que je pense à toi, à chaque fois que je te vois, à chaque fois que je te parle, j'ai le cœur qui saigne, j'ai le cœur qui pleure. Déchiré, torturé, craintif, meurtri, anéanti, il n'a pas d'autre choix que de se terrer dans l'ombre et la solitude. Il n'est pas capable de s'ouvrir à toi – ou a quiconque d'ailleurs -, puisqu'il est trop perturbé, parce qu'il est trop traumatisé, parce qu'il trop ébranlé par les intenses émotions que tu suscite en lui.   Ces émotions... [Lire la suite]
09 janvier 2018

Quelle souffrance :

Il y a des douleurs pires que la pire des tortures. Il y a des douleurs qui vous hantent et vous broient toute votre vie. Elles vous lacèrent, elles vous morcellent, elles vous déchirent. Elles vous conduisent aux portes de la folie. Lentement, progressivement, insidieusement, mais irrémédiablement, elles vous mènent au sein d’un Univers qui n’est que peur et folie.   Ces douleurs, pour ceux et celles qui les ont déjà connues, sont pires que la mort. Parce qu’elles n’ont jamais de fin. Elles se renouvellent, elles se... [Lire la suite]
Posté par dominique913 à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,
18 décembre 2017

Poème spectral :

Il y a des amours qui ne se vivent pas ; il y a des amours qui se subissent. Il y a des amours qui ne sont fait que de larmes et de sang ; ils ne se constitués que de cauchemars et de souffrances : ils ne sont exposés qu'à la folie, à la moquerie, au rejet, et à la médisance.   Il y a des amours qui sont pires que la mort ; pires que l'Enfer le plus terrifiant ; pires que les flammes les plus incandescentes ou la morsure du froid le plus pénétrant. Ils sont solitaires. Ils rappellent ses quêtes nées... [Lire la suite]

02 novembre 2017

Le Serviteur est terrifié :

Le serviteur avoue qu'il est terrorisé par les représailles auxquelles il s'expose désormais. Le serviteur se sent seul, abandonné, banni. Il est conscient que les réactions de l'Impératrice, de la Reine, et de la Princesse, peuvent s'avérer sans scrupules, sans état d'âme, parce que le serviteur a osé dire tout haut ce qui se dissimule derrière les alcôves et dans les souterrains du château.   Le serviteur sait que l'Impératrice, la Reine, et la Princesse, ne sont pas des personnes à tolérer que l'on remette en cause leur... [Lire la suite]
23 octobre 2017

Mémoires, pages 54 à 56 / 311

Ainsi, la route désertant la localité où nous allions chercher le pain frôlait ses vestiges. D'un coté, se trouvait un calvaire religieux. Composé de douze stations relatant les épisodes de la montée du Christ jusqu'au Golgotha, il aboutissait aux premières hautes ramures rocheuses des bois. De l'autre coté, le décor était le même, sauf que la muraille était à nue. Ce n'était que lorsqu'on s'engageait à l'intérieur des bois perchés sur leurs promontoires, que l'on suivait des rocades brouillonnes et infestées de fourrés, qu'on était... [Lire la suite]
17 octobre 2017

Mémoires, pages 52 à 54 / 311

D'autant que mes arrière grands-parents ou mes grands-parents ont eu une nette tendance à s'isoler. Quand ils demeuraient au sein de notre propriété familiale, si ce n'est pour aller faire leurs courses, ils ne se mêlaient pas aux affaires du pays. Que ce soient les fêtes du 14 Juillet, les commémorations du 11 Novembre, les agapes rassemblant tout le monde à la salle de réception de la mairie, ils n'y participaient pas. Chacun savait qui ils étaient, quelle était leur profession, de quelle famille était issu mon grand-père, où il... [Lire la suite]
15 octobre 2017

Repos dominical :

Aujourd'hui, comme chaque Dimanche, je me repose. Comme vous l'avez peut-être constaté du fait de mon manque de régularité dans mes apparitions sur Facebook dernièrement, la semaine qui vient de s'écouler a encore été particulièrement éprouvante. Y compris ce matin puisque la personne ayant la sclérose en plaques dont j'ai la charge est tombée. L'une de ses jambes ne l'a pas porté durant un instant – un symptôme exceptionnel de sa maladie -, et elle s'est écroulée sur le sol.   J'ai eu très peur parce qu'elle s'est cogné... [Lire la suite]