X2

Depuis des années, je suis plus ou moins volontairement confiné chez moi du fait de la maladie de Sturge-Weber dont je suis atteint. D'autres éléments personnels ou non me contraignent à l'isolement. Ceux et celles qui lisent mes articles dans lesquels je décris qui je suis, mon parcours, etc. savent de quoi je parle ; même si je n'ai jamais tout évoqué par écrit, c'est évident. Donc, cette quarantaine de six semaines n'a presque aucune incidence sur mon mode de vie.

Je laisse derrière moi cette peur dont la plupart des gens sont victimes. Je laisse derrière moi les idiots et les moutons qui sous-estiment l'impact dans d'innombrables domaines de ce que nous vivons. Car le monde d'après ne sera plus le même que celui qui s'est éteint il y a à peine quelques semaines.

Je me retire dans mon antre, parmi mes livres, mes notes rattachées à mes recherches sur l’émergence de la Civilisation. Elles se concentrent en effet entre la dernière Glaciation de Würm 12 000 ans avant notre Ère, et l'apparition des premières Cités-Etats d'Ur, de Sumer, d'Akkad, etc.

J'observe parallèlement la planète et l'Humanité toute entière changer de période civilisationnelle. Puisque le crépuscule de l'ultra-libéralisme, du capitalisme outrancier, et de leurs perversions, est selon moi, enfin arrivé. Et même si nous en ressentirons les effets véritables qu'à longue échéance, cette pandémie n'a fait qu'accélérer leur déclin. Les priorités ne sont plus - ne seront plus jamais - les mêmes qu'avant ce mois de janvier 2020.

Que vous en ayez conscience ou pas, que vous l'acceptiez ou pas, que vous vous sentiez concernés ou pas, n'a aucune importance. Nous sommes tous dévorés par cette tempête qui s'annonce. D'autant qu'il ne faut pas oublier, ne pas négliger, que cette crise du coronavirus n'est que la première vague liée à celle-ci. Le changement climatique, la pollution, la sixième extinction, l'hyper-consommation qui vit ses derniers feux, vont prochainement en engendrer d'autres, et bien plus dévastatrices. Nous sommes à l'aube du Jour d'Après, telle est la réalité, souvenons-nous en...

Donc, je vous laisse vous lamenter sur cette quarantaine aux conséquences dévastatrices ; mais qui ne sont rien comparé à ce qui s’apprête à surgir. Moi, je suis confiné chez moi depuis des années. Dans un sens, cet isolement que je vis depuis longtemps s'avère être finalement un bienfait ; et non une malédiction comme je l'imaginais jusqu'à présent. Et je vous laisse pleurer la disparition d'une époque où l'Homme s'est cru plus puissant que la Nature, et que cette dernière a brutalement remis à sa place.

Dominique Capo