X1En 1487 également, la Légende du fabuleux royaume du Prêtre Jean ressurgit une fois de plus ; comme d’autres avant eux, ce lointain pays chrétien intrigue les Portugais. En 1487, Jean II lance deux de ses hommes de confiance dans un périlleux voyage. Il charge Pêro da Covilha – un de ses agents secrets ayant déjà travaillé en Espagne - de visiter l’Inde, et Alfonso de Paiva de recueillir des informations sur le fabuleux royaume. Déguisés en marchands, les deux émissaires arrivent en Egypte. Ils rejoignent Alexandrie, puis le Caire. Ils gagnent Suakim, et de là, s’embarquent sur une petite chaloupe Arabe à destination d’Aden, de l’autre coté de la Mer Rouge.

 

Puis, en 1488, ils débarquent au Yémen. Là, diverses aventures les retardent considérablement : Alfonso de Paiva tombe malade et meurt. Pêro da Covilha, lui, visite ensuite Calicut, Goa, Ormuz, descend jusqu’au Mozambique. En 1493 finalement, il réussit à pénétrer en Abyssinie, et à se faire admettre à la cour du fameux « Prêtre Jean ».

 

Or, quelques mois plus tard, Pedro de Covilhan est incarcéré. Il est accusé d’espionnage pour avoir réussi à recueillir un certain nombre d’informations concernant l’Arche d’Alliance et la cathédrale d’Aksoum. Il a même tenté d’envoyer ses renseignements – sans succès – à des membres de l’Ordre du Christ installés en Afrique du Nord. Et il est condamné à mort.

 

 

Espagne, XVème siècle :

 

En 1412, une ordonnance de Valladolid prescrit aux Juifs de se tenir dans des quartiers clos de murs. Puis, en 1449, le premier statut de « pureté du sang » est proclamé à Tolède.

 

Au niveau Religieux, Sixte IV confère au souverain de Castille la possibilité de nommer des Inquisiteurs : l’Inquisition devient donc un organisme de l’Etat.

 

Son premier autodafé a rapidement lieu : six personnes sont brûlées. Puis, Tomas de Torquemada est nommé Inquisiteur général de Castille ; il combat tout ce qui menace l’unité de l’Eglise espagnole, prenant pour cible ces nouveaux chrétiens – « conversos » - qui demeurent juifs de cœur. Il promulgue une nouvelle organisation, un code de procédure unique et établit des tribunaux locaux d’une redoutable efficacité.

 

En 1469, Isabelle de Castille épouse Ferdinand d’Aragon ; nul ne peut prédire alors au jeune couple un brillant destin. Le prince Ferdinand est certes appelé à succéder à son père, Jean II ; en revanche, les prétentions d’Isabelle à la Couronne de Castille se heurtent à une grande partie de la noblesse castillane : celle-ci voudrait en effet voir monter sur le trône la fille du souverain régnant Henri IV, la petite Jeanne, promise au roi du Portugal Alphonse V. Avec l’appui de ses partisans – qui font valoir la probable naissance illégitime de Jeanne -, Isabelle, demi-sœur du roi, se fait proclamer en 1473 reine de Castille par les Cortes – assemblée représentative – de Valladolid, provoquant ainsi une véritable guerre dynastique.

 

A suivre...