X1Amérique du Nord, première moitié du XVIème Siècle :

 

Un jour de 1509, en Floride, tandis que le crépuscule envahit le ciel, quelques membres d’une tribu Indienne Lenapes des environs, observent une immense flamme jaillissant de la terre pour s’élever jusqu’aux étoiles. Le phénomène dure toute la nuit, puis se reproduit les nuits suivantes. Les témoins le décrivent alors comme une grande clarté naissant à l’horizon oriental, montant très haut à la manière d’une pyramide entourée de flammes, et s’évanouissant bientôt dans les airs.

 

En Août 1532, François Ier se fait présenter un pilote malouin très expérimenté, Jacques Cartier. Le roi lui propose de chercher le mystérieux passage du Nord-Ouest vers Cathay – la Chine -. Deux bateaux et 60 marins sont mis à la disposition de Jacques Cartier, qui part en Avril 1534. En Mai, il touche Terre-Neuve puis découvre l’embouchure du Saint-Laurent. Un mois après son retour, le roi lui renouvelle sa commission. Cartier longe le Labrador et remonte le Saint-Laurent jusqu'à la future Québec. Son expédition lui prouve qu’il n’y a pas là de passage vers la Chine. Après quatorze mois de voyage, il rentre en France en Juillet 1536. Mais, pris par ses affaire politiques, le roi retarde le voyage suivant, qui n’a lieu qu’en 1541.

 

En 1545, les futurs Etats-Unis et le Canada sont occupés par une mosaïque de populations originales, aux croyances généralement chamanistes. Elles sont organisées en tribus réparties à peu près comme suit : dans le Sud-Ouest, au Nord de l’Arizona et dans la vallée du Rio Grande, vivent les Pueblos, les Mandans et les Lenapes. Le village constitue l’unité politique. Le chef est un dignitaire religieux. Les hommes cultivent la terre, tissent, fabriquent des bijoux et des poteries, et ont fort à faire pour repousser les attaques des Navajos et des Apaches, tribus guerrières et nomades.

 

Les populations du Sud-Est sont les héritières de la Civilisation des « Bâtisseurs de Tumulus » : les Natchez, regroupés autour de leur monarque absolu, le « Grand Soleil », et les Creeks, tribus d’agriculteurs très belliqueuses.

 

Plus au Nord, les Apaches et les Cherokees. Sur la cote Atlantique, les tribus Algonkines – Sioux, Mohicans, etc. -, réunies en petites unités ethniques et chassées par les Iroquois. Ces derniers occupent le Nord de l’Ohio, l’Etat de New York et la Pennsylvanie. Ils prônent la guerre comme seule possibilité d’extension. Leurs femmes cultivent la terre et ont souvent un rôle politique important.

 

Les tribus du Nord du Texas, à la frontière canadienne – Sioux, Dakota, Algonkins – sont très diversifiées. Les grandes plaines, quasi-désertes, sont peuplées par quelques chasseurs de bisons tels que, les Cheyennes et les Pieds Noirs au Nord ; et les Apaches et les Comanches au Sud. Les Montagnes Rocheuses et la Californie abritent de paisibles tribus : Ute, Shoshone, Pomo, Cahto, qui se vêtent d’écorces tissées et habitent des maisons de terre quasi-souterraines.

 

Enfin, au Nord des Grands Lacs, cohabitent des chasseurs et des pécheurs : Ojibwa, Cree, dont les sociétés sont assez mystérieuses. Le Canada, quant à lui, est peuplé de tribus animistes dont les principales sont les Esquimaux sur la cote Arctique. Ceux-ci sont dépendants pour leur survie de mammifères marins et du caribou dont la peau sert à fabriquer des tentes ; et les Hurons-Iroquois, à l’Est, peuple sédentaire qui pratique la culture sur brûlis.

 

A suivre...