08 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 284 à 286 ; Conscience universelle, seconde partie :

Néanmoins, je n'en n'ai cure. Encore une fois, je le revendique pleinement, qu'on l'accepte ou non, qu'on sois d'accord avec moi ou non. Et tant pis si les hommes et les femmes qui tentent de me faire plier sous leur joug me détestent ou s'acharnent sur moi. Ils ne me font pas peur. Je les plains davantage que je ne les méprise. Car la seule rhétorique qui prévaut à mes yeux, dans ce cas comme dans tous ceux me concernant cités précédemment, c'est celle qui se rattache à l'intellect, à la raison, et à la connaissance. C'est celle... [Lire la suite]

07 septembre 2017

Méa Culpa :

J'avoue que ces derniers temps ont été assez éprouvants pour moi. En effet, parfois, la solitude me pèse. Le fait d'être si isolé un un fardeau lourd à porter. De plus, m'occuper quotidiennement de cette personne de ma famille ayant la sclérose en plaques, ne facilite pas ma situation. Attention cependant, je ne lui fais aucun reproche. C'est une situation très pénible pour elle. Elle n'en parle pratiquement pas. Elle n'a jamais eu l'habitude de se mettre en avant. Mais les incapacités qu’entraînent sa maladie sont dures à vivre ;... [Lire la suite]
07 septembre 2017

Mémoires, pages 40 à 42 / 311

La seconde librairie que j'ai visité, j'y avais davantage mes habitudes que celle où ma mère m'a offert ma première boite de l’œil Noir. Elle se situait non loin de l’arrêt de bus proche du lycée. Mais je devais longer plusieurs avenues avant d'y arriver. Je m'y rendais une fois par semaine. Puis, je me dirigeais vers l'édifice où je devais passer ma journée à étudier. J'y entrais, saluant le propriétaire au passage. Je m’avançais vers le fond de la boutique. Je suivais du regard les présentoirs sur lesquels étaient habituellement... [Lire la suite]
06 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 283 à 284 ; Conscience universelle, première partie :

Il me semble que l'une des choses les plus difficiles au monde est de creuser au plus profond de soi-même. Je suis sûr que l'une des choses les plus ardues dans l'existence d'un individu est de se livrer aux autres sans avoir peur d’être critiqué, moqué, rejeté, violenté, ou blessé. Je suis certain que l'un des exercices les plus exténuant est de se dévoiler aux autres tel que l'on est en réalité : avec ses forces et ses faiblesses, ses joies et ses tristesses, ses bonheurs et ses malheurs, ses réussites et ses échecs… Je suis... [Lire la suite]
05 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 281 à 283 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, dernière partie :

Evidemment, cela ne veux pas dire que c'est pour cette raison que nous ne devons pas tenter d'améliorer les choses chez non. Jamais je ne dirai cela. Ceux et celles qui me suivent depuis longtemps, savent que je suis un amoureux de la lecture, de l'écriture, de la connaissance, du savoir. C'est ma raison d'être. C'est dans mes gènes. Néanmoins, je suis conscient d’être un privilégié, comparé à beaucoup d'autres un peu partout dans le monde. Et je trouve insultant, égocentrique, orgueilleux, de pleurer sur nos pauvres petits malheurs... [Lire la suite]
04 septembre 2017

Interlude :

Depuis quelques jours, à la fin de mes publications quotidiennes de "De Deiteus Mythica", je préviens que je ne diffusera peut-être plus mes textes dans un avenir plus ou moins proche. En effet, comme je l'ai spécifié dans ma vidéo "ce que je souhaitais vous dire" récemment, cette situation d'isolement me pèse de plus en plus. Peut-être n'en n'avez vous pas conscience, peut-être est-ce insignifiant, futile, négligeable à vos yeux. Pour moi, ce ne l'est pas. Bien au contraire, il n'y a rien de plus destructeur, cauchemardesque,... [Lire la suite]

03 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 280 à 281 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, cinquième partie :

Comme je l'ai dit hier, l'éducation familiale, le milieu socio-culturel, le lieu de naissance, les voies d'apprentissage, font que quelques-uns réussiront. Par ce moyen, ils trouvent leur vocation. Mais les autres - la grande majorité - se contentent d'aspirations éducatives contraintes. Ils se contentent d'emplois uniquement acceptés afin de payer les factures et de pouvoir faire vivre à peu près correctement le couple ou la famille. D'autres, enfin, décrochent en route parce que mal guidés, poussé vers des voies sans issue. Ou,... [Lire la suite]
03 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 882 à 883 / 1803

A cette époque encore, les collèges doivent permettre aux pauvres clercs d’étudier les disciplines de base. Mais, assez vite, leurs statuts montrent d’autres objectifs : favoriser un certain type d’études, une certaine région. Parfois modestes, parfois grands et somptueux, ils ont souvent leur propre corps professoral. A Paris, ils sont plus de cinquante, dont le plus illustre est le collège de la Sorbonne.   En même temps, dès le début de cette période, l’Université de Paris jouit d’une excellente réputation pour son... [Lire la suite]
02 septembre 2017

Brèves Philosophiques, pages 278 à 280 ; De l'imperfection de l'Enseignement scolaire, quatrième partie :

A contrario, les métiers dits « non intellectuels et ne nécessitent pas de formation universitaire – formations pour des métiers manuels en alternance avec des stages en entreprises. Les métiers de bouche, du bâtiment, commerciaux, etc. - manquent de main d’œuvre. Certes, ,ils sont plus ardus physiquement, plus contraignant au niveau des horaires ou de la vie de famille. Mais ils ont d'énormes débouchés. Au point que certaines entreprises sont obligées d'aller chercher de la main d’œuvre à l'étranger – bâtiment, infirmiers,... [Lire la suite]
02 septembre 2017

De Deiteus Mythica, le Mythe des Demi-Dieux, pages 881 à 882 / 1803

Louis IX est depuis toujours d’une profonde piété. Dès sa jeunesse, il voue une grande admiration aux cisterciens : il a participe même aux travaux d’édification de l’abbaye de Royaumont. Cela ne l’empêche cependant pas d’être vigilant à l’égard des prétentions excessives du clergé et de taxer lourdement l’Eglise, en particulier pour préparer les croisades. Louis IX soutient aussi hospices, hôpitaux et léproseries, et fait montre d’une charité constante pour les pauvres – 10 % des dépenses de la maison royale leur sont... [Lire la suite]